Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

CEVA, kezaco ?

Publié le 24 Février 2014 par Thierry BILLET

Je suis surpris de constater que le projet de tram franco suisse "CEVA" (Cornavin > Eaux Vives > Annemasse) soit aussi peu commenté et pris en compte dans le bassin annécien alors qu'il va changer la donne des transports collectifs transfrontaliers dès 2017 entre ANNEMASSE et GENEVE. C'est ce que rappelle cet article.

Après le référendum sur l'immigration, le projet de RER franco-suisse dénote

Alors que la Suisse décide de limiter son taux d'immigration, la future liaison ferroviaire transfrontalière entre Annemasse et Genève destinée aux 550 000 travailleurs transfrontaliers quotidiens suit son cours. Pour l'instant, aucun poste frontière n'est prévu sur cette nouvelle ligne ferroviaire, observe Réseau ferré de France, responsable du projet côté français.

 


En 2017, les trains du projet Ceva passeront toutes les 10 minutes pour relier Annemasse à Genève (Auteur : DR)

Le 9 février, nos voisins suisses ont voté par référendum en faveur de l'instauration de quotas d'immigration. Dans ce contexte, le projet de RER transfrontalier Ceva (1) semble presque incongru. Cette future liaison de type RER entre Genève et Annemase, de l'autre côté de la frontière helvétique, est un peu à contre-courant du repli identitaire sorti des urnes.

L'objectif de cette nouvelle infrastructure en cours de construction est en effet de faciliter le flux quotidien de 550 000 travailleurs transfrontaliers des deux côtés de la frontière. Aujourd'hui, ils viennent surtout en voiture faute d'une offre de transports publics  suffisante. Moins de 16% des transfrontaliers utilisent les transports en commun pour faire ce trajet.
Le projet Ceva doit "gommer l'effet frontière dans les déplacements transfrontaliers entre la France et la Suisse", explique le
site officiel de la future liaison ferroviaire.

 

Mise en service fin 2017

Cette nouvelle ligne de chemin de fer de seize kilomètres connectera les réseaux ferroviaires français et suisses avec une desserte cadencée, toutes les dix minutes. "Cela permettra de gagner du temps en reliant Genève Cornavin et Annemasse en 20 minutes, contre des temps de parcours aujourd'hui plus aléatoires", expliquent les responsables du projet.
Y circuleront des trains de nouvelle génération, capables de rouler sur les réseaux suisse et français. Cinq nouvelles stations sont en cours de construction et il n'est pas prévu, du moins pour l'instant, d'y mettre des postes frontières (malgré le résultat du récent réferendum...), confirme Réseau Ferré de France (RFF), responsable des travaux du côté français.

Le Ceva coûte et 1,567 milliard de francs suisses à la Confédération helvétique et 234 millions d'euros à la France, financés par l'Etat à hauteur de 19%, par le département de Haute-Savoie pour 27%, par la région Rhône-Alpes pour 23%, et 14% pour RFF. Le calendrier du projet prévoyait un démarrage des travaux en 2014, pour une mise en service fin 2017 et selon RFF, ce calendrier est pour l'heure totalement respecté.

"Les transports publics ont stoppé l'émigration des Suisses en dehors de nos frontières", expliquait à MobiliCités Philippe Gaudreron, patron de l'infrastructure des Chemins de fer fédéraux (CFF), à l'occasion d'un séminaire de presse organisé en janvier par RFF, à Genève. Grâce au projet Ceva, les transports publics suisses pourraient continuer de garantir une libre circulation des voyageurs, du moins entre la France et la Suisse.

Christophe Guillemin


(1) Ceva signifie : Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse

Commenter cet article