Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Des cours d'eau alpins sans eau...

Publié le 23 Février 2014 par Thierry BILLET

Des cours d'eau alpins sans eau ?

La Communauté de travail des fédérations de pêche des pays alpins lance l'alerte : le débit réservé imposé par les législations environnementales n'est pas respecté dans de nombreux cours d'eau alpins. Avec de graves conséquences - pas uniquement pour la faune et la flore.

Le non-respect des débits réservés met en péril les poissons et autres organismes vivant dans l'eau ou à proximité des cours d'eau.
© Paul-Georg Meister / pixelio

4637_de

La fédération de pêche a compté en Suisse 400 centrales hydroélectriques qui ne rejettent pas suffisamment d'eau en aval. La situation est similaire dans d'autres parties des Alpes : dans le Tyrol du Sud, les exploitants des grandes centrales hydroélectriques profitent de lacunes dans la législation pour réduire le débit réservé. En Slovénie, l'eau est la plupart du temps entièrement dérivée, mais les infractions à la législation ne sont pas contrôlées d'office.
Dans tous les pays alpins, les prélèvements d'eau atteignent des dimensions néfastes aux écosystèmes. L'agriculture et la production de neige artificielle engendrent une pression supplémentaire. La Communauté de travail pour la pêche dans les pays alpins (ArgeFA) exige donc dans un communiqué de presse que les gouvernements des États alpins unissent leurs efforts pour protéger les cours d'eau et conserver ou restaurer des peuplements piscicoles riches en espèces.
" Les humains ont besoin d'une quantité minimale de sang dans le corps pour vivre : il en va de même pour les cours d'eau ", souligne Theo Kindle, membre de l'association ProFisch Alpenrhein et ancien directeur de l'Office de l'environnement du Liechtenstein. Plus de 50% des espèces animales et végétales vivent dans l'eau ou près de l'eau. Une baisse du niveau de l'eau entraîne la destruction des habitats des poissons migrateurs, des microorganismes et de la végétation. Avec aussi des conséquences pour l'homme : la nappe phréatique n'est plus alimentée.
Source et informations complémentaires :

www.lfvbayern.de/aktuelles-presse (de)

Commenter cet article