Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

MUSTANG...

Publié le 11 Mai 2014 par Thierry BILLET

Le NEPAL, plutôt le MUSTANG, un royaume himalayen de 6.000 habitants, interdit aux étrangers jusque 1991. 3.000 visiteurs par an qui acceptent de verser 50 $ par jour pour découvrir un désert à 4.000 mètres d'altitude parsemé d'oasis de verdure au bord des fleuves cultivées en terrasses grâce à l'irrigation. Des paysans qui vivent de peu, dans une nature hostile et des paysages somptueux. Un tourisme peu intrusif, des dénivelés qui font mal au souffle et les grands sommets himalayens en toile de fond. Magnifique !

Les habitants vivent dans des conditions d'hygiène du Moyen Age, mais avec le téléphone portable, comme ce berger au milieu de nulle part écoutant de la musique sur son téléphone en faisant la sieste sous un rocher, ou ces paysans labourant à l'araire tirée par deux vaches sur des parcelles de quelques dizaines de mètres carrés. Un mode de vie très ancré dans la tradition boudhiste tibétaine : le Dalaï Lama et LHASSA en photo dans toutes les maisons et une forme de détachement vis à vis du monde extérieur qui laisse le voyageur dans une quiétude totale.

Dans la capitale, la rencontre d'un homme extraordinaire, Luigi FIENI, qui restaure les fresques du XV° siècle de temples de l'âge d'or du MUSTANG quand LO MANTANG était un carrefour commercial entre le TIBET et l'INDE. 6 mois par an dans cet environnement rustique, à oublier le minestrone et les lasagnes, et à se consacrer à l'incroyable travail millimétrique de rénovation de fresques où il peut y avoir 100 représentations de Boudha  sur un seul mètre carré de mandala (dont la moitié tête en bas)... Contact immédiatement chaleureux avec ce "fou" heureux qui consacre sa vie à un grand oeuvre culturel qui ne sera pas fini avant 20 ans encore si les financements privés continuent pour ce travail de géant minutieux et porteur de sens, car Luigi forme des jeunes népalais et tibétains à l'art de la peinture traditionnelle. Voici une présentation de son travail sur son site :

 

 

Et voici quelques photos pour vous donner l'idée de ce monde montagnard isolé entre 3.500 et 4.000 mètres d'altitude. L'hiver, la vie est si dure que la plupart des habitants redescendent en plaine... Les photos défilent en cliquant dessus... 

Certaines agences de tourisme font pression sur le gouvernement népalais pour qu'il supprime le droit d'entrée du permis de trek obligatoire pour 10 jours minimum. Funeste proposition commerciale alors que la limitation de l'accès permet de maintenir un équilibre entre le mode de vie traditionnel paysan qui s'accompagne d'un accueil chez l'habitant et un tourisme doux qui ne perturbe pas l'éco système local. Demain si l'on peut aller à LO MANTANG en jeep pour une journée, c'en sera fini de la quiétude de ce lieu mystique balayé par le vent.

 

MUSTANG...
MUSTANG...
MUSTANG...
MUSTANG...
MUSTANG...
Commenter cet article

Véronique 12/05/2014 15:31

Merci de nous faire rêver ... des photos très belles mais aussi des lieux qui arrivent encore à être préservés on a envie d'en voir et d'en entendre +++

jo 11/05/2014 09:15

c'est fou l'impact, l'attirance de ces lieux magnifiques naturellement et attractifs et ressourçants parce que, je pense, l'homme, lui, n'a guère d'impact sur eux
vivant dans notre région où "en bas", c'est l'urbanisme à tout va, n'importe quoi, n'importe où, depuis qq décennies, où "en haut", il faut scruter les cartes IGN pour trouver des randos d'où le paysage ne sera pas trop mité, trop zébré d'aménagements divers, d'où l'on revient heureux mais il faut replonger dans le marasme de notre société ceci dit, l'Himalaya est grandiose, mais survivre à ses hivers, y vivre à l'année ... alors ?

Lyonel 11/05/2014 09:13

Merci Thierry pour ce témoignage, en espérant que le gouvernement népalais ne succombe pas aux sirènes du tourisme de masse…

Marylène 11/05/2014 08:56

Merci Thierry pour ce voyage...
BZ

Chris 11/05/2014 08:45

Merci Thierry…