Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Conseiller un étudiant...

Publié le 20 Juillet 2014 par Thierry BILLET

Une étudiante me demande un rendez vous pour parler de son cursus universitaire autour d'une formation sur le "développement territorial"... Quelles perspectives d'emploi ? Comment ce terme est il perçu par les élus ? Comment travaille t'on sur les stratégies d'avenir des territoires ? Utile, cet entretien, peut-être pour l'étudiante, en tous cas pour moi...

Parler de cette thématique, c'est constater d'abord combien on emploie peu ici le terme de territoire. A part dans le cadre du contrat de développement durable Rhône Alpes (CDDRA) où ce langage est utilisé pour marquer la territorialisation des politiques régionales dans le cadre de cette contractualisation entre la Région et un territoire, je ne trouvais pas spontanément de lieu d'utilisation de cette expression.  Le milieu urbain ne se conçoit pas aisément comme un territoire qui est marqué du sceau de la coopération de projet en milieu rural. TERRITOIRE renvoit à PROJET COMMUN, fédérateur, autour d'une réalisation qui rassemble les élus et les habitants d'un "territoire" qui peut être un canton, un pays ou une communauté de communes. Ce sentiment d'appartenance à un territoire renforce la cohésion sur un mode "projet" qui profite à tous.

Les collectivités sont elles disposées à recruter des animateurs de territoire ? des spécialistes de la médiation de projets dans le personnel municipal ? Je pense que ces métiers sont des métiers de tiers facilitateurs, de consultants capables de distance vis à vis des élus et des citoyens pour libérer la parole de tous dans un échange moins connoté des histoires anciennes et de la culture locale et pour développer une technicité spécifique qui soit une réelle valeur ajoutée aux projets envisagés par un territoire. L'emploi est sans doute plus dans le privé que dans le secteur public aujourd'hui car chaque collectivité ne mène pas en permanence de nouveaux projets et il convient de faire appel à chaque fois des facilitateurs techniquement compétents sur chacune des démarches envisagées.
Merci Mademoiselle l'étudiante de m'avoir fait gamberger...

Commenter cet article

René JULIEN 20/07/2014 18:42

Votre gamberge est hélas consternante et symptomatique de l'idée que les élus se font de leur fonction et de l'économie .

Conseillez à votre étudiante de lire Edgar PISANI , et dites lui que selon ma propre gamberge , on ne peut rien et ne connaît rien en ce qui concerne un territoire , tant que l'on n'est pas à la fois "hands in" et "hands on" , à la fois membre et acteur ,pendant une part suffisante de sa vie ( 5 à 10 ans selon moi ).

Quant à tomber dans le piège anglo-saxon de la privatisation "nécessaire" , voilà un nonsense qui trahit la peur que les élus ont des véritables avis et analyses "distanciés".....

"Faciliter" ....quoi et au bénéfice de qui ?!...

Une organisation territoriale démocratique passe d'abord par la redéfinition du pouvoir, la re-discussion du mode, du processus et lieu de décision.

Les cris d'orfraie actuels vis à vis de la réforme que l'on sait peuvent être riches d'enseignement pour un(e) étudiant(e) un peu futé(e) .