Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

SMART GRIDS, kézaco ?

Publié le 24 Juillet 2014 par Thierry BILLET

Qui y a t'il derrière le terme de SMART GRIDS ? Derrière ce langage technique se jouent des enjeux majeurs de capacité de production d'électricité d'origine renouvelable qu'il convient de consommer au plus près. UNIVERS NATURE fait un point utile sur le sujet.

Fabrication du nouveau compteur electrique Linky d'ERDF chez Landis+Gyr

"Alors que le gouvernement prépare actuellement son projet de loi pour la transition énergétique, on parle beaucoup des réseaux intelligents, qui font recours aux technologies informatiques pour améliorer l’efficacité du réseau électrique. Plus précisément, les permettront aux appareils du réseau de dialoguer entre eux. A Toulouse, le réseau Sogrid de Toulouse sera déployé fin 2015 sur 1000 points de livraison d’ERDF, dont les compteurs seront alors remplacés par des compteurs communicants capables de transmettre leur consommation en temps réel. Le principe s’appuie sur la technologie CPL outdoor, une technologie qui permet de transmettre des informations chiffrées via des lignes électriques, et qui existe déjà dans certains foyers équipés des box internet dernière génération.

Plusieurs milliers de foyers expérimentent aujourd’hui les smartgrids de façon plus ou moins complète, via un total de 100 projets existants actuellement sur le territoire. Pour la Commission de régulation de l’énergie (CRE), il est temps de passer de la phase expérimentale à la phase opérationnelle, afin que les smart grids deviennent la réalité de l’ensemble du territoire de l’hexagone. Au fait, pourquoi a-t-on besoin des smartgrids ? Et que vont-ils changer pour les clients d’électricité ? Et, question bonus, combien cela va-t-il coûter au consommateur ?

L’effacement diffus pour lisser la consommation

Depuis que la France s’est engagée sur la voie du nucléaire civil au début des années 1980, le système électrique a toujours eu pour enjeu de lisser sa courbe de consommation. En effet, un des défauts majeurs des centrales nucléaires est qu’il n’est pas possible de les arrêter ou de les relancer rapidement. Elles continuent donc de tourner pendant les heures de la nuit, alors que la consommation des ménages et des entreprises est en nette baisse. A contrario, lors des pics de consommation, la production des centrales nucléaires n’est parfois pas suffisante, et le réseau doit alors solliciter des centrales thermiques (au charbon, au fioul ou au gaz) fortes émettrices de CO2. Pour réduire les écarts au fil de l’année et de la journée, EDF a alors mis en place les systèmes de l’effacement jour de pointe (EJP) et des heures pleines / heures creuses. Ces systèmes, qui incitent les clients à reporter leur consommation des périodes de pointe vers les périodes creuses, sont encore en vigueur dans la moitié des foyers français. Mais ils présentent un problème : ils ne sont pas automatiques.

A contrario, dans un foyer connecté à un smartgrid, le boitier communicant (du type des boîtiers Linky qui seront installés d’ici 2020 dans tous les foyers français) est en mesure de recevoir des informations du réseau en temps réel, ce qui lui permet d’adapter la consommation du foyer en conséquence. Ne sont déplacées que les consommations qui peuvent l’être sans nuire au confort des habitants, comme par exemple celles du lave-linge, du lave-vaisselle, du chauffe-eau, et dans une certaine mesure via des micro-coupures, du chauffage et de la climatisation. Ces petites économies d’énergie, répercutées systématiquement au bon moment sur l’ensemble du réseau, lui permettent d’atteindre plus facilement l’équilibre. Ce système est rendu nécessaire aujourd’hui par l’augmentation de la part de l’éolien et du photovoltaïque, dont la production est par nature très variable car dépendante de la météo. Les énergies renouvelables constituaient 16,4% du mix énergétique français en 2012, une part qui devrait monter à 23% en 2020… Il s’agit donc d’adapter une consommation intermittente pour qu’elle puisse se conformer avec une production également de plus en plus intermittente.

L’installation des compteurs Linky, si elle ne devrait donc pas avoir d’impact sur la qualité de vie des habitants, aura cependant un coût estimé entre 123 et 240 euros par compteur. Or celui-ci sera répercuté sur le prix de l’électricité via la CSPE, une taxe permettant de financer le développement la transition énergétique.

Un stockage et une production décentralisés

Dans certains cas, la production sera plus élevée que la demande en énergie, ce qui nécessite soit de retirer des centrales du réseau, soit, de façon plus avantageuse, de pouvoir stocker l’énergie en surplus. Aujourd’hui, le stockage de l’énergie se fait essentiellement via les stations de pompage-turbinage situées en haute montagne. Leur principe est simple : lors d’un pic de production d’électricité, l’eau d’un bassin est pompée vers un bassin supérieur, ce qui permet de laisser s’écouler cette eau pour activer une turbine au moment où le réseau aura de nouveau besoin d’électricité. Cette technique offre plutôt un bon rendement avec une perte d’énergie d’environ 20% occasionnée par la conversion en énergie cinétique. Mais son développement a atteint ses limites : ce genre de structure coûte cher à mettre en place, et occupe beaucoup d’espace à flanc de montagne.

Pour continuer à développer le stockage, les scientifiques se tournent donc vers d’autres moyens comme le stockage sous forme d’hydrogène, ou encore le stockage urbain au sein des bornes de recharge de véhicules électriques. Parmi les 41 recommandations remises par la CRE au début du mois, figure en première position l’idée de mettre à contribution les bornes déjà existantes dans une trentaine de villes françaises, et de les transformer en véritables réservoirs à énergie modulables en fonction de l’offre et de la demande.

La production d’énergie, également, pourra devenir de plus en plus locale et se produire à l’intérieur des villes, grâce à la multiplication des panneaux photovoltaïques et des éoliennes urbaines. Cette production verte locale est d’autant plus intéressante qu’elle donne lieu à des pertes énergétiques restreintes, contrairement à un cas de figure où l’électricité devrait circuler sur de longues distances pour atteindre le client final. Grâce aux smartgrids, cette production pourra être anticipée grâce aux prévisions météo, permettant un pilotage des flux en temps réel, avec un objectif majeur : maintenir les flux d’énergie à un niveau local pour éviter les déperditions d’énergie liées aux transports.

Un gain de rentabilité pour ERDF

Mais alors, quelles différences pour le client final ? Elles ne sont pas nombreuses, mais la principale est sans doute que la consommation du foyer pourra être calculée en temps réel, ce qui permettra à votre fournisseur de facturer à la consommation réelle plutôt que sur la base d’une estimation. En plus de ça, les compteurs intelligents pourront être commandés et configurés à distance, réduisant ainsi considérablement les délais d’intervention. Les nouvelles technologies permettront même de repérer plus précisément les dommages survenus sur une ligne, et même dans certains cas, de les réparer à distance.

Les bénéfices pour le client final, elles seront rendues plus évidentes d’ici 20 ou 30 ans, quand la transition écologique, que certains appellent la « troisième révolution industrielle », aura fait son chemin. Car les smartgrids permettront alors de concilier développement des énergies vertes, économies d’énergie, et à terme, une éventuelle baisse des prix de l’énergie."