Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites

Publié le 25 Octobre 2014 par Thierry BILLET

Voilà que je lis hier matin que notre premier ministre a déclaré qu'il fallait un nouveau contrat de travail pour réduire l'opposition entre des CDI "trop protégés" et des CDD et des intérimaires précarisés. Notre premier ministre sait il combien de salariés en CDI sont licenciés chaque jour dans le cadre des procédures de rupture conventionnelle extorquée sans motivation et sans recours ? Notre premier ministre sait il qu'il est plus difficile de licencier un CDD qu'un CDI depuis les années 1990 ? Et il préconise un contrat de travail unique qui sera sans doute du type du contrat nouvelle génération que proposait VILLEPIN aux jeunes il y a quelques années avec une période d'essai d'un an pour un licenciement sans motif pendant toute cette durée et qu'il a dû abandonner. Vous vous souvenez de cet épisode piteux d'une loi promulguée et aussitôt ajournée ?

Quand les bornes sont franchies il n'y a plus de limites : on ne sait désormais plus jusqu'où ce gouvernement va aller. Annoncer que le modèle social du BENGLADESH est un but pour les socialistes aurait le mérite de la clarté puisqu'on y va tout droit !

Précariser encore plus les salariés alors qu'il n'y a plus aucune embauche directe en CDI mais la multiplication de stages plus ou moins rémunérés, d'interim et de CDD à rallonge, peut-il créer de l'emploi ? Non, toutes les statistiques européennes le prouvent : cela crée des travailleurs pauvres, incapables de faire face à leurs charges, et qui par dépit votent F-HAINE.

Je viens de lire "INSOUMISE", le bouquin de Delphine BATHO, j'y reviendrai. Mais la comparaison entre la compassion accompagnant le communiqué d'annonce de la démission du menteur et du fraudeur CAHUZAC qui avait si bien travaillé, et le licenciement de Mme BATHO, porte parole du candidat HOLLANDE, sans aucun commentaire, est plus parlante que de longs discours.

Pourquoi un tel renoncement ? Ce sera la question que les historiens se poseront sur ce quinquennat.

Quant à François BAYROU qui ose venir comparer à la télévision l'épaisseur du code du travail annoté qui contient plus de jurisprudences que d'articles du code au "code du travail suisse" qui n'existe pas puisque les Suisses n'ont pas codifié toutes les lois qui organisent la relation de travail est d'une malhonnêté qui rappelle son débat avec COHN BENDIT sur la pédophilie de ce dernier. Dans LE MONDE du 15 octobre, le professeur SUPIOT pointe en détail cette méprisable tromperie des électeurs. Malheur à celui qui se prétend sage et impartial et qui utilise ce genre de pratique honteuse !

Commenter cet article

René JULIEN 25/10/2014 15:02

Quand un système économique en arrive à laisser repérer les bornes qu'il franchit , c'est plutôt bon signe ( au moins celui qui s'énonce : au delà de cette limite votre ticket n'est plus valable ).


Encore un petit effort ,et on finira bien par sortir du cadre.

Enfin .

Alain ARNAUD 25/10/2014 09:36

Je fais le même type de constat avec les postures de François Rebsamen notre ministre du travail qui, le 02/09 déclarait qu'il serait souhaitable de traquer les "mauvais" chômeurs et qui déclare ce matin (25/10) que la politique de l'emploi (celle qu'il soutient !!!!) est un échec.......
Ces gens sont des malades mentaux....
Alain