Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Entre 30 et 50 ans, être des surhommes...

Publié le 9 Novembre 2014 par Thierry BILLET

... et des "sur femmes"; avant 30 ans  chercher un travail stable;  et apès 50 ans être jeté(e) parce que trop vieux tout en devant cotiser plus longtemps pour avoir droit à la retraite... LARROUTUROU explique combien cette réduction du temps de travail totalement barbare est suicidaire sur le plan social...

Et de manière pédagogique, il explique qu'à défaut de prier pour Sainte RITA, patronne des causes perdues et donc du retour de la croissance "si vous votez pour moi", il convient de préparer tranquillement un nouveau partage du temps de travail pour partager ensemble les gains de productivité considérables que l'on constate partout. Bon visionnage !

 

Pierre LARROUTUROU auditionné à l'assemblée nationale.

Commenter cet article

René JULIEN 10/11/2014 14:30

Pour se dérouiller les neurones ( ou le contraire , allez savoir ) , ceci en 15 minutes , pour nous épargner si possible , via le " marché du soit disant travail " , le cauchemar du transhumanisme :

http://www.tedxparis.com/nos-enfants-iront-ils-demain-dans-des-ecoles-eugenistes/

Franck Durand 10/11/2014 11:23

Poser le chômage comme cause fondamentale de notre crise actuelle est une ineptie profonde. Il faut ne pas connaître le fonctionnement fondamental d'une entreprise pour pouvoir poser la problématique ainsi. Le problème essentiel est que l'on fait porter aux travailleurs et aux entreprises le poids d'un système social et fiscal que nos politiques n'ont pas voulu réformer suffisamment tôt : 500 milliards par an pour les retraites, 150 Milliards pour la sécurité sociale, 50 milliards pour les allocations familiales. A cela, il faut ajouter le poids de l'Etat qui pèse pour 450 milliards dont entre 100 et 150 milliards d'intérêt de la dette; soit l'équivalent de notre sécurité sociale ! Ces charges sociales (hors fiscalité) pèsent pour 50% de la valeur ajoutée qu'un salarié génère. Penser qu'en réduisant le temps de travail (et donc la productivité d'un salarié) est une solution est totalement suicidaire. La solution ne viendra pas par là. La solution repose sur une souveraineté retrouvée sur un droit régalien essentiel, celui de "battre monnaie" ; c'est le seul moyen de retrouver notre souveraineté et notre indépendance vis à vis des établissements financiers qui ont pris le contrôle de nos états à travers le "chantage" de la loi du marché. Il est également nécessaire d'entreprendre une réforme complète et totale tant de notre système social que de notre fiscalité. Redistribuer les richesses est une nécessité dans une société mais la méthode actuelle, qui n'a pas changée depuis au moins 2 siècles, n'est plus du tout adaptée aux enjeux auxquels nous sommes confrontés. L'impôt est devenu confiscatoire pour certaines tranches de population et ne permet pas, aux plus riches, de contribuer en dûes proportion à l'effort national. Pire, tel qu'existant, l'impôt tue la création de richesse et de valeur et favorise la thésaurisation. Il est par ailleurs totalement injuste et tous les citoyens ne sont pas égaux devant l'im^pot. Comment construire une société sur de telles injustices ? Avoir recours à l'impôt indirect est injustement décrié comme insulte. Il l'est beaucoup plus que le système actuel. Il est nécessaire également de savoir redistribuer mieux au moment de la succession. Il faut également arrêter de taxer le travail pour taxer plus globalement la consommation, seul moyen d'éviter qu'un produit fabriqué en France ne supporte le poids, à l'international, du coût de notre système social et qu'inversement, que le produit fabriqué à l'étranger n'échappe pas au financement de notre système social en France. Il faut également passer d'un Etat illusoirement "Providence" qui démontre un peu plus chaque jour son incapacité à remplir son rôle. Parler d'Assurance "chômage" porte en soi le problème majeur de notre société : on traite les effets sans jamais se donner les moyens de s'attaquer aux causes ! transformons cette assurance chômage délétère en garantie d'emploi. Redonnons à chacun le droit, non d'être dédommagé, mais de contribuer dignement à construire ce pays. Et ce n'est pas en réduisant le temps de travail que nous réussirons à fair face à l'immense enjeu social qui est le nôtre : peut-on imaginer, demain, ne plus assumer notre devoir de solidarité envers nos ainés ? Peut-on imaginer ne pas offrir d'avenir de nos enfants ? Veut on continuer à niveler ce pays vers le bas où le nombre de travailleurs payés au SMIC est de plus en plus important chaque jour ? Ne veut on offrir, comme seule perspective à nos enfants, q'un salaire de misère qui ne permet pas à chacun de vivre dignement ? Et bien, c'est ce qui nous arrivera si nous ne nous remettons pas, tous, au travail et en remoralisant l'ensemble de notre système social ! Et au delà, c'est à travers notre formidable capacité à innover que nous saurons créer la richesse nécessaire pour que nous puissions assumer nos devoirs de solidarité tout en nous offrant la possibilité à ceux qui contribuent à cet effort de vivre dignement.

René JULIEN 14/11/2014 00:33

Et acte IV de propositions pour nous épargner le FN :

http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/13/productivite-competitivite-emploi-et-etat-social-iv-par-michel-leis/#more-70824

René JULIEN 12/11/2014 23:06

Et acte III :

http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/12/productivite-competitivite-emploi-et-etat-social-iii-par-michel-leis/

René JULIEN 11/11/2014 20:36

Acte deux .

Pour les paresseux ou pressés lire in fine le dernier paragraphe .

http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/11/productivite-competitivite-emploi-et-etat-social-ii-par-michel-leis/

René JULIEN 10/11/2014 14:02

Le début ( première partie d'une série annoncée ) d'éclairage d'un sujet pas tellement franco -français , par un homme qui est passionné des articulations Entreprise / Politique / Economie , et avec lequel j'avais eu l'occasion d'échanger :

http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/10/productivite-competitivite-emploi-et-etat-social-i-par-michel-leis/#more-70735


PS : pouvez vous citer vos sources et leur date de fraîcheur ?

René JULIEN 10/11/2014 09:57

Le titre d'appel est très réducteur , et le propos de Larrouturou bien plus fécond . Mais c'est mieux que ça fonctionne dans ce sens d'incitation .

Deux autres liens sur des billets assez courts , et qui montrent , pourvu qu'on ait les yeux et la cervelle ouverts , que des opportunités de pire ou de mieux , s'ouvrent dès que l'on comprend la partie qui se joue , et dans laquelle joueurs -joueuses sont à égalité d'importance avec les règles , potentiellement à changer , de la partie :

http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/05/revenu-universel-et-biens-communs-par-francois-leclerc/#more-70624

http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/05/imagine-demain-le-monde-pourquoi-travaillons-nous-pour-payer-les-interets/

saint valentin idée cadeau homme 09/11/2014 18:25

Je vous approuve pour votre exercice. c'est un vrai travail d'écriture. Continuez

Khaled DEHGANE 09/11/2014 12:24

plutôt que partager un travail qui n'existe plus (mécanisation, robotisation, délocalisations,etc...) pourquoi ne pas partager les richesses qui elles existent bel et bien (et de plus en plus). Vive le Revenu de Base !!!