Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Made in Germany

Publié le 14 Novembre 2014 par Thierry BILLET

J'ai dévoré le bouquin de Guillaume DUVAL, rédacteur en chef de ALTERNATIVES ECONOMIQUES, "Made in Germany" qui fait un heureux parallèle entre la situation économique de la FRANCE et celle de l'ALLEMAGNE, et tord ainsi le cou à des idées fausses sur les succès économiques allemands, par exemple sur la "réussite" de la politique social-libérale de SCHRODER. DUVAL prouve que malgré ces réformes, l'ALLEMAGNE a conservé nombre de ses atouts et des différences importantes, par exemple démographiques sont déterminantes pour comprendre les écarts constatés.

Et d'abord la démographie négative des allemands qui leur posera peut-être des problèmes à terme mais qui aujourd'hui fait que le coût du foncier en ALLEMAGNE est bien moins cher qu'en FRANCE, ce qui permet de se loger même avec des salaires bas... Bas comme ceux des femmes à temps partiel sans smic horaire dans les services et qui accomplissent les tâches que leur laisse leur vocation première en ALLEMAGNE: s'occuper des enfants à la maison parce qu'il n'existe pas de structure publique prenant en charge la petite enfance et l'école élémentaire. Autant "d'économies" pour les collectivités locales allemandes alors que c'est un poste de dépense considérable en FRANCE. Bref, le "modèle allemand" est aussi un modèle sexiste.
La bulle immobilière française est impressionnante qui oblige les français à consacrer toujours plus d'argent à se loger : les Français sont les 4° dans le monde en termes de patrimoine possédé par chaque adulte selon le CREDIT SUISSE dont les 2/3 dans la pierre. "Contrairement aux allemands, nous privilégions la rente foncière plutôt que l'investissement productif", écrit DUVAL.

Autre différence, alors que les gouvernements de droite et de gauche n'ont de cesse en FRANCE  de faciliter les licenciements, en 2009, au plus fort de la crise en ALLEMAGNE, il y eut 1,5 million de salariés allemands en chômage partiel contre 275.000 en FRANCE. L'ALLEMAGNE y a consacré 6 milliards d'euros, la FRANCE 600 millions. Quand la reprise a été là, les salariés étaient toujours dans l'entreprise et pouvaient y répondre.

Guillaume DUVAL résume : "Les vraies causes de ce succès et les éléments du modèle allemand qu'il faudrait parvenir à acclimater se situent plutôt du côté de la codétermination et des pouvoirs étendus reconnus dans l'entreprise aux salariés, d'un management moins autoritaire et hiérarchique, de la valorisation du travail industriel dans la société, d'une mobilité sociale plus forte dans un pays qui ignore nos fameuses grandes écoles, d'un système éducatif moins fondé sur la concurrence permanente et la sélection par l'échec, d'une organisation plus équilibrée des territoires".
Bien loin de la vulgate libérale qui voudrait qu'il n'y ait d'issue que dans la suppression du code du travail, du code de l'environnement et de toutes les contraintes de régulation du capitalisme...

Au Seuil, "Made in Germany, le modèle allemand au-delà des mythes" Guillaume DUVAL