Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Réseau de chaleur, relocalisation de l'économie

Publié le 3 Décembre 2014 par Thierry BILLET

Pour ma première participation à la réunion annuelle des copropriétés raccordées au réseau de chaleur de NOVEL, j'ai vraiment pris plaisir à la discussion avec les représentants des copropriétés et des techniciens en charge de la mise en route de la chaufferie bois.

Les habitants ont posé toutes les questions qui leur semblaient utiles pour comprendre le fonctionnement de la chaufferie, les délais de raccordement, les méthodes de fixation du prix unitaire, etc.

Un débat fort intéressant a eu lieu sur le thème de la ressource en bois aux alentours d'ANNECY et sur le renouvellement de celle-ci. Nous avons convenu de présenter à la prochaine réunion l'analyse réalisée qui prouve que la ressource est à peine utilisée aujourd'hui et que les perspectives sont toutes favorables, à la fois sur la structuration d'une filière bois régionale efficace, mais aussi sur l'entretien de la forêt publique et surtout privée et enfin sur la nécessaire lutte contre la fermeture des paysages par la croissance de la forêt au détriment des prairies d'altitude.

J'ai insisté sur l'intérêt de cette filière dans l'économie locale puisque le bois utilisé à ANNECY vient de moins de 80 kilomètres : cet achat d'énergie locale se substitue au même montant d'énergie fossile des pays exportateurs de pétrole ; c'est donc une économie directe sur notre déficit commercial. On relocalise ici une dépense qui sert à déevelopper une filière régionale créant des emplois locaux dans toute la chaine de production du bois déchiqueté qui est utilisé à NOVEL. Pour donner deux chiffres, en hiver 2013/2014, le montant de la dépense était de 1,673 million d'euros et pour l'hiver 2012/2013 de 2,040 millions d'euros... Si l'on garde le même montant pour cet hiver et les hivers suivants cet argent, soit la facture énergétique du quartier de NOVEL, sera dépensé intégralement dans un rayon de 80 kilomètres autour d'ANNECY. Un exemple concret de relocalisation de l'économie.

Et un élément de plus au dossier du réchauffement climatique : la moyenne annuelle des jours nécessitant la mise en route du chauffage estimée par METEO FRANCE en "degrés jour unifiés" est en diminution constante. En 2013/2014 de 2.247 contre 2.797 en moyenne trentenaire de 1970 à 2000...

Commenter cet article

François R. 10/12/2014 14:45

Bonjour,
Qu'en est il précisément des émissions de particules fines dans l'atmosphère annécienne, déjà régulièrement saturée en pollution aux PM10 / 2.5 ?
Merci

BILLET 10/12/2014 15:39

La DREAL a imposé des règles plus draconiennes que l'état actuel de la réglementation et a prévu la possibilité d'arrêter la chaufferie bois en cas de besoin. On a donc renforcé les chaudières au gaz dans cette éventualité. Cordialement, TB

Bokhamy mohamed 03/12/2014 11:16

Bonjour Thierry
L'idée de la relocalisation est bonne sur le plan économique. Le bois comme énergie de substitution pour les chaufferies urbaines situées à l'intérieur d'une ville (le cas de Novel) pose un problème logistique avec une incidence environnementale.
En effet, pour une chaufferie urbaine dont les besoins en énergie sont importants (plusieurs milliers, voire des dizaines de MWH), la quantité de bois nécessaire se chiffre à des milliers de tonnes. Il faut transporter le bois par des camions sur un rayon de 80 km. Il faut imaginer le nombre de camions qui vont faire le trajet en flux tendu par jour. Problèmes, de circulation, de stockage du bois et cerise sur la gâteau, pollution engendrée par la navette incessante des camions, sans parler d'une éventuelle grève des transporteurs..

BILLET Thierry 05/12/2014 14:11

Bien moins pire que d'exploiter et de faire venir du gaz ou du pétrole de milliers de kilomètres... Combien de centaines de camions par jour au dépôt pétrolier de VOVRAY pour 4 à 5 camions de bois par jour à NOVEL ? Dans tous les cas, le projet est bénéficiaire sur le plan environnemental, surtout que les camions ne rentrent pas du tout en ville : la chaufferie est en limite à proximité de l'autoroute et de la route. Amitiés, T