Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Commune nouvelle

Publié le 15 Avril 2015 par Thierry BILLET

En convoquant la presse pour souffler le froid à propos de la création de la commune nouvelle, Bernard ACCOYER essaie de donner l'impression qu'il est encore le centre du débat et le grand manitou du projet de fusion des 13 communes de l'agglo.

Il faut lire entre les lignes l'entretien dans le DAUPHINE daté du 14 avril, qui reprend sans les guillemets d'usage  l'expression « effectif pléthorique » dans la fonction publique territoriale comme si elle allait de soi et était la position du journal... Alors qu'elle est le vade mecum de M. ACCOYER depuis des lustres, au demeurant sans aucune démonstration concrète de la réalité de cette "pléthore" d'agents publics. Comme pour l'ultra libéralisme, ce type de discours contre l'emploi public ne s'appuie sur aucun fondement économique sérieux : il est simplement le nouveau « prêt à penser » de responsables qui n'ont aucune compétence économique mais ont senti l'air du temps; celui du chacun pour soi et du "renard libre dans un poulailler libre". Bernard MARIS, tu nous manques !

Le même article présente un encadré aimablement fourni par ANNECY LE VIEUX sur  son budget de fonctionnement de l'ordre de 950 euros par an par habitant alors que la moyenne de la strate serait à plus de 1.200 euros. Ces chiffres ne prouvent pas la rigueur de la gestion ancilevienne. Par l'absurde, si le budget de fonctionnement de M. ACCOYER était de zéro euro par an, serait-il un excellent maire et les habitants d'ANNECY LE VIEUX sans aucun service public municipal des citoyens comblés ? Chacun voit bien qu'en face des dépenses, il y a des services rendus aux habitants et qu'il ne suffit pas de ne pas dépenser pour être un bon gestionnaire : c'est la comparaison relative entre les services rendus aux habitants et le coût de fonctionnement du service qui est pertinente. De ce point de vue, il faudrait comparer le budget de fonctionnement d'ANNECY LE VIEUX et la qualité et l'étendue du service public rendu aux ancileviens et de le comparer à celui de CRAN GEVRIER ou de SEYNOD. C'est ce que les journalistes auraient dû lui demander : Quel accueil périscolaire ? Quels parcours culturels et sportifs pour les enfants ? Quel âge d'entrée en crèche ? Quelles animations culturelles ? Quelles fêtes ? Quelles initiatives de convivialité ? Combien de jardins en ville ? Quels efforts de réduction de la production de gaz à effet de serre ? Quelle maitrise de l'énergie ? Il ne suffit pas de ne pas coûter cher, il faut gérer le service rendu au public.

Entre les lignes, à propos de la fusion des 13 communes, Bernard ACCOYER dit clairement qu'il n'y croit pas. EPAGNY et METZ TESSY ont déjà dit officiellement non. POISY et ARGONAY sont mezzo voce sur la même posture. Or, il faut l'unanimité des 13 communes. La messe est dite, et Bernard ACCOYER tire l'échelle.

Reste la fusion du coeur urbain de la C2A. Et là encore, Bernard ACCOYER savonne la planche en fixant des objectifs de réduction de la qualité de service rendu aux habitants dont il sait bien qu'ils sont inacceptables par les autres villes. Sans oser le dire officiellement, ce que préconise le maire d'ANNECY LE VIEUX est clairement de sous-traiter au privé les secteurs dont il souhaite que les communes se désengagent : la restauration municipale par exemple. C'est ce qu'il appelle le « projet politique » : celui de saborder le service public pour faire baisser facialement les impôts, et faire payer en douce la prestation à une entreprise sans politique sociale de tarification. Bien entendu, il n'est pas aussi précis dans son entretien, mais c'est clairement ce qu'il dit en « off ». Et puis, bien entendu, il faudra ramener l'offre culturelle à celle de sa commune, c'est à dire à... , oui à quoi d'ailleurs ?

Or malgré le fait que cette fusion du coeur urbain de l'agglo : ANNECY, CRAN GEVRIER, MEYTHET et SEYNOD n'apporterait pas de maintien de la dotation de l'Etat, ne faut-il pas aller vers la création de cette nouvelle municipalité ? ANNECY LE VIEUX y aurait sa place, mais on comprend bien que Bernard ACCOYER n'en veut pas car la fusion diluerait son pouvoir dans le grand ensemble dont il ne sera pas le maire. Sous couvert d'un « projet politique » à valider sans conditions , il cherche maintenant officiellement à créer les conditions du statu quo car il lui serait favorable.

Une agglo exsangue financièrement du fait du désengagement de l'Etat devrait réduire sa voilure culturelle ou de transports collectifs, rien que du positif pour son "projet politique".

Un échec du processus de fusion desservirait le maire UDI d'ANNECY qui s'est engagé vaillamment dans cette stratégie d'avenir, et ce serait toujours ça de pris à quelques mois des régionales où l'UMP veut à tout prix empêcher une liste UDI en RHONE ALPES contre Laurent WAUQUIEZ, l'idéologue des pauvres qui ne foutent rien et à qui on donne trop.

Alors je pense après de longues réflexions personnelles qu'il faut aller à la fusion d'ANNECY, de CRAN, de MEYTHET et de SEYNOD pour donner un sens à l'avenir et un projet à nos équipes municipales et aux centaines de fonctionnaires qui se dévouent chaque jour pour assurer la qualité de vie de nos concitoyens.

Commenter cet article

B perrier 19/04/2015 18:32

Mais tout à fait Thierry

René JULIEN 15/04/2015 17:18

Comment s'analyse le projet de Centre de congrès dans ce pastis ?

René JULIEN 15/04/2015 17:17

J'avais déjà de la peine à expliquer aux touristes égarés la différence entre le vieil Annecy et Annecy le vieux , mais si maintenant il faut que je leur indique l'adresse du vieux d'Annecy le vieux .....;