Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Ne pas se tromper de corvidé...

Publié le 29 Août 2015 par Thierry BILLET

Les annéciens ont remarqué la présence croissante de corneilles en ville : les soirs d'hiver, les retours des oiseaux noirs rappellent le film d'Hitchcok. Tandis que certains habitants se plaignent du bruit et de l'ambiance que crée le rassemblement de centaines, voir de milliers d'oiseaux peu sympathiques d'aspect... Au total, plusieurs milliers de corneilles viennent dormir le soir à ANNECY.

La Ville a mené en 2014 une opération d'effarouchement qui a permis de déstabiliser temporairement les colonies installées, mais ces oiseaux- plus intelligents qu'un chien par exemple- n'ont aucun prédateur en ville et ils sont extrêmement organisés et soudés. Ils savent qu'ils sont en sécurité la nuit à ANNECY comme dans d'autres villes de même taille.

S'ajoutent à ces corneilles des corbeaux freux qui eux viennent nicher à ANNECY avenue d'ALBIGNY de mars à juillet et ils partent définitivement ensuite de la ville; alors que les corneilles nichent à l'extérieur d'ANNECY mais viennent y dormir le soir après la saison des naissances.

Nous avons donc une double population de corvidés qui n'ont pas le même cycle de vie urbaine, mais qui trouvent en ville une quiétude favorable.

La destruction des nids des corbeaux freux avenue d'ALBIGNY est inenvisageable compte tenu de la présence d'autres espèces d'oiseaux nicheurs comme le harle bièvre si joli sur notre lac et qui niche dans les arbres et non pas au raz de l'eau comme je le pensais (merci aux experts de la LPO de nous avoir éclairés...).
Il convient de traiter la question des corneilles en prenant garde de ne pas seulement déplacer les colonies d'un quartier à un autre, et cet objectif est difficile à atteindre en l'absence de prédateur naturel.

 

 

 

Ne pas se tromper de corvidé...

En revanche, la déstabilisation de dortoirs de corneilles à des endroits densément peuplés où la gêne est fortement ressentie peut être envisagée, en sachant que le risque est de simplement déplacer le problème vers d'autres quartiers de la ville... Nous allons y travailler en lien avec la Ligue de Protection des Oiseaux pour expliquer l'écologie de ces colonies de corvidés et les mesures possibles pour en limiter les nuisances.

Commenter cet article