Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Liquidation du SITOA, une irresponsabilité rumillienne

Publié le 30 Juin 2017 par Thierry BILLET

Bel exemple d'irresponsabilité :  la dissolution du SITOA, le syndicat de traitement des ordures ménagères de RUMILLY et de l'ALBANAIS. Le SITOA amenait tous ses déchets au SILA, à l'usine de CHAVANOD. Les travaux de rénovation thermique de l'usine et d'adaptation de ses capacités de traitement à la baisse ont été définis en concertation étroite avec les collectivités adhérentes dont le SITOA qui s'était engagé à apporter un certain tonnage. Sur cette base, le SILA a investi de l'ordre de 60 millions d'euros dans un projet ambitieux qui faisait passer l'efficacité énergétique de l'usine SYNERGIE à 60% sur le réseau de chaleur de SEYNOD notamment.

Avec la fusion de la communauté de communes de l'ALBANAIS dans le  GRAND ANNECY, le SITOA devait se dissoudre et organiser la poursuite de la collecte et du traitement des déchets ménagers. A priori aucune difficulté : le GRAND ANNECY est adhérent du SILA et on continue donc comme avant. Mais la communauté de communes de RUMILLY n'a rien trouvé de mieux à faire que d'en profiter pour aller chercher moins cher auprès du SIDEFAGE à BELLEGARDE et quitte donc le SILA pour ce faire !

Résultat des courses : 12 millions d'euros d'investissements qui correspondaient à la part des déchets ménagers provenant de RUMILLY que le SILA aura investi "en trop" et qu'il va falloir faire payer aux habitants restant sur le territoire du GRAND ANNECY.

Tout cela pour un raisonnement financier à court terme (le prix de la tonne est moins cher à BELLEGARDE qu'à ANNECY momentanément puisque nous avons investi pour être à la pointe de la protection de l'environnement et de la valorisation énergétique et pas le SIDEFAGE) et la création d'une surcapacité de traitement à CHAVANOD quand l'usine sera achevée. Bien entendu tout ceci sur fond de logique de clocher de certains élus qui ne veulent absolument pas d'une entrée dans le GRAND ANNECY dans les années à venir.

Les perdants seront bien entendu l'écologie et les citoyens. Il faut que l'Etat prenne le dossier en mains et impute ce surcoût à la communauté de communes de RUMILLY au titre de la parole donnée, du respect de l'environnement et de la cohérence du plan départemental d'élimination des déchets. Plan dont je découvre qu'il ne serait pas prescriptif mais simplement informatif; c'est à dire qu'il ne lie pas les collectivités qui l'ont élaboré et adopté. Autrement dit, il ne sert à rien au cas présent.

Commenter cet article

René JULIEN 30/06/2017 16:41

Voilà qui éclaire sur les limites des "fusions" en cours ( précédent billet), et le professionnalisme des collectivités dans leurs modes de contractualisation !

Le perdant est peut être l'écologie ( encore que ) , mais c'est plus le contribuable que le citoyen qui souffre et voit s'envoler les millions ( on n'aura pas la cruauté d'évoquer en prime les près de 10 millions investis en études pour un projet presqu'ilien condamné par la justice ).

On ne voit pas pourquoi l'état devrait prendre en main des dossiers que les collectivités ambitionnent de les traiter seules comme des grandes depuis les débuts de la décentralisation .