Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Les mois se suivent, et TUMBACH continue de jouer avec le feu...

Publié le 1 Avril 2018 par Thierry BILLET

Ce n'est pas un poisson d'avril : trois nouveaux arrêtés préfectoraux du 13 mars 2018 pour sanctionner les violations de la règlementation sur les installations classées sur la protection de l'environnement (ICPE) de la part de TUMBACH devenu TRIGENIUM.

Le premier est une mise en demeure de maintenir les stocks de déchets susceptibles de générer ou d'alimenter un incendie à une hauteur inférieure à celle des murs de clôture, de maintenir le volume de déchets de bois en dessous du seuil de 1.200 m3 autorisé, de maintenir propres les voies de circulation. C'est le "sport" préféré de TUMBACH : stocker plus que ce qui est autorisé. En réalité, c'est une pratique permanente, délibérée en espérant que les inspecteurs des installations classées n'ayant que peu de moyens et de temps, l'infraction pourra perdurer.

Le second est un arrêté de suspension de l'activité de transit et de regroupement des déchets de verre.

Le dernier est une série de trois amendes pour avoir violé les arrêtés précédents qui lui interdisaient certaines pratiques ou qui demandaient des mises aux normes. Trois fois 3 000 euros, une paille au regard du chiffre d'affaires supplémentaire permis par ces infractions au long cours puisque les arrêtés en question datent du 11 octobre 2016, et du 16 novembre 2017.

Je n'ai de cesse d'alerter sur cette politique délinquante de la part de cette société depuis tant d'années et suis satisfait que la DREAL mette en place une stratégie de contrôle efficace et commence à prononcer des sanctions administratives avec l'appui de Monsieur le secrétaire général de la Préfecture. TUMBACH jouxte le parking de la SIBRA : un incendie chez TUMBACH pourrait avoir des conséquences gravissimes pour les riverains, pour les autres industriels de la zone de VOVRAY et pour le milieu naturel puisque les effluents de produits chimiques de l'incendie partiraient dans l'ISERNON, puis le THIOU...