Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Marnage du lac, les roseaux sont contents

Publié le 10 Septembre 2018 par Thierry BILLET

Un journaliste parisien m'a appelé à propos de la baisse du niveau d'eau dans le Lac pour parler de son impact sur la biodiversité. Il était surpris que je lui dise que c'était une aubaine pour les roselières du lac. Il pensait que l'impact était nécessairement négatif. Soyons clairs ce n'est pas le cas pour les roseaux.

La diminution de 90% des roselières sur le lac a eu lieu après 1960 quand la mécanisation des vannes sur le THIOU a permis de maintenir réellement la cote 80 sur le lac et donc de supprimer le marnage (c'est à dire la fluctuation du niveau du lac en fonction des apports hydrauliques des saisons). Les "corps morts" flottant sur le lac frappent les pousses de roseaux toute l'année au même niveau et les achèvent avant qu'ils ne sortent de l'eau et se développent. L'absence de marnage a tué les roselières; c'est ce que prouvent les études de l'Université de SAVOIE à la demande du SILA.

La roselière d'ANNECY LE VIEUX est le contre exemple : elle n'est pas soumise aux vents dominants. Protégée des corps morts, elle se développe et accueille des castors. Mais c'est l'arbre qui cache la forêt !

Le marnage actuel est donc une aubaine pour les roseliéres car il les protège de l'action du vent et des embacles pendant de précieuses semaines.

Comme il n'existe aucun modèle d'adaptation de la gestion du lac au nouveau régime climatique et que l'Etat continue de maintenir cette obligation d'une cote à 80 toute l'année, personne n'est en mesure de savoir jusqu'où le marnage peut continuer si la sécheresse actuelle continue. Cette cote décidée au 19° siècle est totalement inadaptée au nouveau régime climatique : il faut adopter une gestion du lac cohérente avec les nouveaux usages du plan d'eau sur le plan touristique, à l'écologie et à la production d'énergie hydro-électrique sur le THIOU, largement déficitaire aujourd'hui.

L'abreuvoir devant la rue Dupanloup est presque à sec et les températures de cette semaine vont maintenir une forte évaporation... pour le plus grand bonheur des roselières.