Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Centre de congrès, pas de pourvoi devant le conseil d'Etat

Publié le 1 Août 2019 par Thierry BILLET

Projet de centre de congrès sur la Presqu’île d’Albigny Point presse du 1er Août 2019

Rappel du contexte

L’agglomération d’Annecy bénéficie d’une très forte attractivité touristique due à un environnement naturel exceptionnel qui a permis à notre territoire de développer un domaine d’activité très porteur et créateur d’emplois : le tourisme d’affaires.

La forte demande dans ce secteur a conduit la Communauté de l’Agglomération d’Annecy, en Novembre 2010, à lancer des études pour la création d’un Centre d’Expositions, de Séminaires et de Congrès.

Le choix de la Presqu’île d’Albigny a été retenu pour deux raisons stratégiques :

- Une complémentarité avec l’actuel centre de l’Impérial Palace, apportant la surface d’exposition manquante

- Un site exceptionnel rendant la destination attractive pour les congressistes

Le Préfet de la Haute-Savoie a signé, le 12 Septembre 2016, l’arrêté de reconnaissance d’utilité publique du centre de congrès.

Cette signature a constitué une étape majeure dans l’avancée du projet puisqu’elle a permis d’engager les acquisitions foncières des derniers terrains privés bordant le lac.

Suite à un recours contentieux devant le Tribunal administratif, la déclaration d’utilité publique prise par l’État a été annulée. La Cour administrative d’appel a alors été saisie. La Cour administrative d’appel vient de confirmer l’annulation de la DUP.

Décisions du Grand Annecy

Le Grand Annecy ne fera pas appel de cette décision et ne saisira donc pas le Conseil d’État.

La justice a tranché de manière très stricte.

Nous le regrettons, convaincus qu’il s’agissait d’un très beau projet, bien intégré et répondant aux besoins de notre territoire.

En effet, l’interprétation qui a été faite de la Loi Littoral autorise la construction de 2 500 m2 sur la parcelle concernée alors que le projet en comptait 10 000, en grande partie enterré.

Nous prenons donc acte que l’équipement d’envergure dont nous avons besoin ne pourra pas se réaliser à cet endroit.

Nous allons donc retravailler avec tous les professionnels et avec les habitants pour imaginer un nouveau projet sur un autre site, en adéquation avec les demandes des congressistes (qui ont évolué depuis 2010), car il est de notre devoir de doter notre territoire d’une offre de congrès à la hauteur de ses besoins.

Par ailleurs, nous voulons poursuivre les acquisitions foncières sur la Presqu’île, afin de maîtriser totalement ce périmètre pour l’ouvrir pleinement au public.

Il est utile de le rappeler : la majeure partie des dépenses engagées ont servi à acquérir ces terrains qui sont devenus notre bien commun.

Enfin, nous allons étudier comment apporter à l’Impérial les aménagements complémentaires dont il a cruellement besoin, en utilisant au mieux les 2 500 m2 autorisés par la Loi Littorale à cet endroit.

Ils devront être parfaitement intégrés au site, à son environnement et pourquoi pas totalement souterrains.

Les études nous diront s’il est pertinent ou non d’explorer cette piste.