Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

ANTICOR

Publié le 7 Février 2020 par Thierry BILLET

Le travail conduit par l'association ANTICOR pour la déontologie de l'action publique est essentiel. ANTICOR interpelle les élus français à respecter des règles notamment sur les conflits d'intérêts qui sont devenues des standards en EUROPE mais qui restent mal compris en FRANCE. L'épisode tragicomique de M. DELEVOYE n'en est qu'une expression récente. Ce n'est bien entendu pas l'apanage des élus : de nombreux scientifiques, médecins et "experts" "oublient" de déclarer leurs liens avec les entreprises.

C'est ainsi que les candidats de la liste de Jean Luc RIGAUT se sont engagés à respecter les principes de la charte ANTICOR pour les municipales dans la continuité des pratiques politiques annéciennes. Je raconte toujours comment, saisi par un jeune homme qui voulait faire un stage à la Mairie sur l'éclairage des vitrines en vue de réduire la consommation électrique, l'administration municipale m'avait retoqué la candidature au motif qu'il était le fils d'un conseiller municipal, ce que j'ignorais et alors qu'il n'était en concurrence avec aucun autre candidat. Le principe était qu'il ne fallait pas que les annéciens puissent penser qu'il avait obtenu son stage à cause du mandat de son parent. J'avais trouvé cela injuste pour le jeune; mais je me félicite tous les jours de cette rigueur municipale.  

Pour autant, l'utilisation malsaine de la charte proposée par ANTICOR aux élus municipaux repose encore et toujours sur des ragots qu'il faut combattre. Il en est ainsi s'agissant de Jean-Luc RIGAUT de la limitation des mandats. JLR a deux mandats du "bloc communal" : maire et président d'agglomération. Il n'a pas de mandat départemental, régional ou national. Il a été élu président de l'association nationale des communautés de communes et d'agglomération, fonction (et non mandat)  bénévole et temporaire. ANTICOR n'interdit évidemment pas que les associations nationales d'élus élisent l'un des leurs pour présider ces associations; ce qui de fait empêcherait le fonctionnement de ces associations nationales. 

J'attends que l'on me reproche de présider l'association des "Villes des ALPES de l'année".