Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Mme LARDET écologiste épisode n°2 - les pesticides

Publié le 19 Juin 2020 par Thierry BILLET

Au printemps 2019, le maire de LANGOUET prend un arrêté interdisant l'épandage des phytosanitaires à proximité des habitations. Les associations environnementales montent au créneau pour défendre le maire. L'audience a lieu le 22 août 2019. Mais le 6 aout 2019, Mme LARDET se fait la porte parole des "inquiétudes exprimées par le secteur viticole concernant l'obligation de création d'une zone de non traitement (ZNT) de cinq à dix mètres pour tous les produits phytosanitaires".

Mme LARDET, en pleine campagne écologiste contre les pesticides, se fait la porte parole du lobby des phytosanitaires. Elle avait d'ailleurs déjà annoncé qu'elle était contre l'interdiction du glyphosate lorsqu'elle avait été interrogée par ENVOYÉ SPÉCIAL.

Il n'est donc pas étonnant que RÉVEILLONS ANNECY ne parle pas des engagements pris par la Ville avec FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT pour un territoire sans phytosanitaires depuis 10 ans.

A suivre demain : Mme LARDET écologiste épisode n°3 - l'urbanisation en montagne

Mme LARDET écologiste épisode n°2 - les pesticides

Frédérique Lardet

Question N° 22196 au Ministère de l'agriculture

Question soumise le 6 août 2019

Mme Frédérique Lardet attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur les inquiétudes exprimées par le secteur viticole concernant l'obligation de création d'une zone de non traitement (ZNT) de cinq à dix mètres pour tous les produits phytosanitaires autour des espaces attenants aux habitations et bâtiments d'activité. Le Gouvernement a récemment présenté deux projets de décret et d'arrêté prévoyant notamment la mise en place de « zones non traitées » de cinq à dix mètres de large. Cependant, une ZNT de dix mètres entre les riverains et les parcelles de vigne pourrait amputer le potentiel de production de plusieurs milliers d'hectares dans toute la France et impacter directement l'équilibre économique des petites exploitations. D'autre part, ces projets de textes n'ont été précédés d'aucune concertation avec les viticulteurs et ne prévoient aucune mesure d'accompagnement, ce alors même que le plan de la filière présenté en décembre dernier s'engageait à viser, à terme, la sortie des produits phytosanitaires. Aussi, elle souhaiterait savoir si le Gouvernement entend associer la filière viticole à la mise en place des dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées par des produits phytopharmaceutiques et si des mesures d'accompagnement seront mises en place auprès des acteurs de la filière viticole.