Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Un contre feu en forme de pétard mouillé

Publié le 3 Août 2020 par Thierry BILLET

Et voici qu'un "collectif citoyen" saisit diverses institutions d'un signalement concernant l'envoi des SMS pendant la campagne municipale. Le Dauphiné s'en fait l'écho sans vérifier l'information auprès de JLR... Et l'inénarrable Gérard FUMEX annonce que cela a été réalisé "avec la complicité de Thierry BILLET". Ce misérable contre feu ouvert par REVEILLONS ANNECY pour qu'ANNECY RESPIRE n'est qu'un pétard mouillé. 

Les numéros utilisés ont été collectés avec l'autorisation des personnes concernées en vue de leur utilisation par une société spécialisée qui les loue ensuite pour des campagnes de communication ciblées notamment géographiquement. Les personnes concernées ont oublié qu'elles avaient autorisé l'utilisation de leur numéro de téléphone; mais la société prestataire de service a la preuve bien entendu de leur acquiescement.

Ils peuvent d'ailleurs demander en répondant "info" au SMS reçu pour obtenir immédiatement le renseignement concernant la collecte de son numéro de téléphone.

De la même manière en répondant "STOP", le numéro est supprimé par le prestataire sans délai.

Eric PIOLLE a utilisé cette méthode à GRENOBLE pour ne donner que cet exemple comme le précise le même DAUPHINE LIBERE le 26 juin 2020 :

https://www.ledauphine.com/politique/2020/06/26/grenoble-ils-recoivent-un-sms-les-incitant-a-voter-signe-eric-piolle

Le coût de cette communication est intégré dans le compte de campagne de JLR comme c'est la loi; et le fichier est bien entendu déclaré par le prestataire à la CNIL et soumis à la réglementation générale pour la protection des données (RGPD). Il y a quelques semaines, Mme LARDET nous accusait d'avoir utilisé les fichiers municipaux; ce qui était diffamatoire et elle n'utilise plus cette allégation mensongère de crainte d'une procédure pénale. On change donc d'orientation en organisant un buzz médiatique sur la saisine de différentes institutions.

Gageons que ce "collectif citoyen" ne communiquera pas sur le résultat de ces démarches vouées à l'échec.

Plutôt que d'allumer des pétards mouillés, Madame LARDET et Monsieur ASTORG devraient se concentrer sur les réponses à apporter à notre protestation électorale pour laquelle le délai de 5 jours qui leur était imparti pour présenter leur argumentation est dépassé. Et notre avocat n'a toujours pas reçu leur(s) mémoire(s) en réplique.