Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

La Bourse à France Inter

Publié le 31 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans C'est personnel

La chronique "bourse" à France Inter est un pur moment de délire burlesque dont je ne me lasse pas.

Ecouter Mme Charline LEGRIS évoquer que la bourse n'a pas atteint son point d'équilibre, que quand elle baisse, c'est que les investisseurs ont empoché leurs bénéfices, que l'indice a baissé de 0,1% depuis deux heures sans savoir par rapport à quoi, ou que si il est hésitant, c'est parce que les initiés attendent la prochaine statistique de quelque obscure université américaine, est un pur moment de bonheur radiophonique.

Aucun auditeur ne peut rien y comprendre, Mme LEGRIS elle-même, si elle avait la moindre notion d'économie, ne comprendrait rien non plus à son jargonnage.

Cela n'intéresse personne, ni les boursicoteurs qui ont je l'espère d'autre tuyaux pour boursicoter, ni les non boursicoteurs qui se demandent pourquoi la radio de service public leur inflige un tel laïus plusieurs fois par jour.

Mais cela doit faire moderne d'avoir une telle information "en direct de la bourse", comme le radioguidage ou la météo...

Sauf que le radioguidage doit servir aux parisiens dans leurs embouteillages et la météo à ceux qui travaillent dehors, mais la bourse plusieurs fois par jour, ça sert à qui ?

A la poésie surréaliste d'une information économique totalement bidon, complétement déconnectée de la moindre réalité (balance des paiements, balance commerciale, etc.)... Juste le plaisir ou l'exaspération d'entendre quelques mots balancés avec aplomb pour  ne pas nous avouer que ce qui se passe à la Bourse est aberrant, totalement découplé de l'économie réelle.

Juste un moyen de nous entretenir dans l'idée que les marchés ont toujours raison et que nous sommes des imbéciles à n'y rien comprendre.

 

Un lecteur du blog, historien avisé de l'histoire savoyarde, me soumet cette hypothèse :

Le cours de la bourse et la météo constituent les rubriques les plus anciennes de la radiodiffusion. Déjà , le général Ferrié (un savoyard) qui avait lancé les premières émissions de radiodiffusion depuis l'émetteur expérimental de la tour Eiffel en 1922, avait programmé les cours de la bourse lus par des soldats du 8e Génie transformés en animateurs radio...

 

commentaires

Vers le peak oil

Publié le 29 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

L'émission d'ARTE de M. VICTOR "les dessous des cartes" est une merveille de pédagogie.

Regardez celle-ci sur le pic pétrolier (et relisez le livre de Yves COCHET à ce sujet).

Nos modes de vie vont être radicalement percutés par la raréfaction du pétrole.

 

commentaires

Agriculture, une analyse remarquable

Publié le 28 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

commentaires

Philosophie de l'écologie politique

Publié le 27 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Eva SAS signe, avec une préface de Alain LIPIETZ, une "philosophie de l'écologie politique" de 1968 à nos jours, aux éditions "Les petits matins".

L'occasion de retrouver les auteurs qui ont marqué mes 20 ans et orienté mon engagement politique : ILLICH et sa société sans école, MARCUSE, Hans JONAS et son "Principe responsabilité".

A cette époque, nous étions considérés comme de doux rêveurs; la fin des trente glorieuses n'était pas encore une évidence et Jacques CHIRAC annonçait en 1976 "la fin du tunnel" (Je me souviens encore de l'autocollant du PSU...).

Que de temps perdu alors qu'ILLICH racontait déjà comment si l'on ajoutait le temps passé pour avoir l'argent pour acheter et entretenir une voiture, on se déplaçait en réalité moins vite qu'en vélo.

Et puis JONAS, qui trente ans avant le principe de précaution, écrivait déjà :

"En matière d'affaires d'un certain ordre de gravité - celles qui comportent un potentiel apocalyptique - on doit accorder un plus grand poids au pronostic du malheur qu'au pronostic du salut."

Ou

"Jamais l'existence ou l'essence de l'homme dans son intégralité ne doivent être mis en jeu dans les paris de l'agir."

Pour finir par ce nouvel impératif catégorique :

"Agis de façon à ce que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d'une vie authentiquement humaine sur Terre."

En ces moments de réflexion avant la nouvelle année, voilà un bien joli sujet de méditation pour chacun d'entre nous.

 

 


commentaires

Plan local d'urbanisme de TALLOIRES

Publié le 26 Décembre 2010 par Thierry BILLET

Une réunion d'information s'est tenue le 22 décembre à TALLOIRES sur le projet de PLU de la commune. Elle a été animée par TALLOIRES DEVELOPPEMENT DURABLE,en la personne de Jean-Loup BERTEZ.

Une trentaine de personnes participaient à cette réunion d'information.

Le travail d'analyse du PLU par cette association est exemplaire par la qualité et l'exhaustivité du travail réalisé. Vous pouvez trouver toutes les informations, les commentaires, sur le site internet de cette association.

www.talloiresdd.com/documents.html

commentaires

Voeu de matin de Noël

Publié le 25 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

C'est bientôt l'an neuf, voici un voeu qui en vaut bien d'autres…

 

Le glacier d'Aletsch a provoqué de nombreuses catastrophes dans la vallée de Fiesch/CH. Maintes fois, la glace est tombée dans le lac de Märjele, en bordure du glacier, le faisant déborder. Souvent, l'eau, les éboulis et les matériaux détritiques ont dévalé à grand bruit les pentes du glacier jusque dans la vallée, ensevelissant des villages sur leur passage. En 1678, ne sachant comment se protéger, la population de la vallée forma un vœu : prier pour que le glacier fonde et organiser une procession annuelle.

Aujourd'hui la situation a complètement changé.

 

Le glacier d'Aletsch fond en effet trop vite. Depuis 1870, il a perdu trois kilomètres de longueur et près de 75 mètres d'épaisseur. Il y a deux ans, la commune de Fiesch et la paroisse se sont adressées au Pape Benoît XVI pour lui demander de revoir leur vœu.

 

Le Pape vient d'accéder à cette requête : pour la première fois, l'été prochain, la population de la vallée pourra prier pour que le glacier grandisse.

 

Pourquoi ne pas mettre les habitants de la vallée de Fiesch à contribution afin qu'ils sauvent tous les glaciers alpins ?

 

rechauffement-climatique.j01-pg.jpg
Sources : Neue Zürcher Zeitung, 1.1.2010 (de);

www.rro.ch/cms/home.php?set=2&showNews=45173 (de)

commentaires

Des jouets fabriqués en enfer !

Publié le 24 Décembre 2010 par Thierry BILLET

Je soutiens par un prélévement automatique l'ONG rennaise  "PEUPLES SOLIDAIRES" qui agit pour l'amélioration des conditions de travail des travailleurs dans les pays du SUD où le droit syndical n'existe pas. 

Des jouets fabriqués en enfer  !

Plus de 90% des jouets importés en Europe sont fabriqués en Chine. Au cours de leur production, les droits de l’Homme et des travailleurs sont très souvent bafoués. Dans la plupart des usines, de jeunes ouvrières s’épuisent à la tâche pour des salaires de misère. Contraintes de vivre dans des dortoirs d’usine, elles ne reçoivent pas de contrat de travail, travaillent jusqu’à 15 heures d’affilée, ne bénéficient pas de la sécurité sociale et sont punies d’amendes si elles ont le malheur de s’arrêter trop souvent pour aller aux toilettes ou de parler avec leurs collègues

 

 

.

commentaires

Le gouvernement plante les ENR

Publié le 23 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

Les énergies renouvelables sont en train de faire les frais directs du découpage du Ministère BORLOO : l'énergie est passée sous la coupe de l'ineffable Eric BESSON, élu de la DROME et passionné de nucléaire.

Les dégâts se sont accélérés, faisant du Grenelle de l'environnement une charpie que plus rien ne vient masquer.

D'abord sur le photovoltaïque avec un moratoire sur les raccordements d'installation de plus de 3 mégawatts que dénonce toute la filière, par un décret du 10 décembre.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/recours-conseil-etat-cada-moratoire-photovoltaique-11604.php4

Mais aussi sur la méthanisation :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/methanisation-agriculture-fnsea-tarifs-achat-11600.php4

Ou sur l'éolien :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/lancement-appel-offre-eolien-offshore-11566.php4

Bref, la stratégie est claire : planter les énergies renouvelables pour dégager des moyens au nucléaire et le rendre encore plus prégnant.

Une stratégie démente au moment où les stocks d'uranium sont épuisables et la question des déchets toujours pas résolue.

commentaires

Collecte des déchets à ANNECY, une réflexion de fond

Publié le 22 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

La suppression de la collecte des encombrants en pied d'immeuble a été une décision qui a suscité des appréhensions au sein du conseil municipal : comment allaient réagir les habitants face à ce qu'ils pouvaient considérer comme une dégradation du service public ?

Un an plus tard le bilan est plus que positif : il n'y a pratiquement plus de dépôts sur les trottoirs et les demandes d'intervention des annéciens aux services "déchets" de l'agglo pour déménager des encombrants se comptent sur les doigts de la main; tandis que les apports en déchéterie n'arrêtent pas de croître :

95 tonnes de D3E, 146 lombricomposteurs, et vous.

Le pari sur l'intelligence et la citoyenneté des annéciens a été une fois encore gagné : ils ont bien compris que les déchets sont une ressource et que l'incinération doit être la dernière solution par rapport à ce qui peut être évité et à ce qui peut être trié pour être recyclé.

Pour autant, nous devons aller plus loin.

Les efforts de tri sélectif et la réduction moyenne des ordures ménagères produites par les annéciens permettent d'envisager une diminution du nombre de tournées de collecte, car les poubelles grises sont sorties seulement deux ou  trois fois par semaine, alors que le camion passe 6 jours sur 7.

La suppression du nombre de jours de collecte apparaît  être un moyen de réduire les émissions de gaz à effet de serre des tournées excédentaires et elle permettrait de consacrer des moyens supplémentaires pour améliorer encore les efforts de tri et de prévention de la production des déchets ménagers, sans renchérir le coût de la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères). Là encore, sans dégrader du tout la qualité de service, il serait possible de renforcer encore nos efforts collectifs de tri en consacrant des agents à de nouvelles collectes spécifiques.

Par exemple, la question des déchets des marchés est importante. Nous avons pris l'habitude que les marchands laissent la Ville dans un état de saleté repoussant, vite oublié grâce à la célérité des services municipaux, au pied de guerre dès la fin du marché. Cette solution où la collectivité prend à sa charge un nettoyage qui relève entièrement de la responsabilité des commerçants ambulants n'a pas son pareil, par exemple en SUISSE. Elle est contraire au principe de responsabilité élargie du producteur de déchets et au principe pollueur/payeur. La réflexion doit donc porter sur la responsabilisation des commerçants ambulants qui devraient se charger du tri et de la collecte de leurs propres déchets après le marché.

De la même manière, la collecte du verre en vieille ville est un vrai casse tête. Les riverains se plaignent du bruit des camions qui sont de plus en plus gros pour réduire les coûts de collecte et passent de bonne heure pour ne pas se trouver pris dans la circulation. Mais les éloigner reviendrait à réduire les volumes collectés qui sont directement en relation avec la proximité des containers. Il faut donc envisager d'autres moyens de collecte du verre, notamment auprès des restaurateurs  et des cafetiers qui en produisent beaucoup. C'est un enjeu essentiel : le verre est recyclable à l'infini et il pèse lourd dans nos poubelles.

Ce ne sont là que quelques exemples du chantier qui s'ouvre en ce début 2011 en collaboration évidemment avec la C2A qui a la compétence "déchets".


 

 

commentaires

YASUNI

Publié le 21 Décembre 2010 par Thierry BILLET dans Environnement

Charbonnières-les-Bains, le 17 décembre.

La Région vient de voter son soutien à un projet de préservation d’une zone de biodiversité essentielle en Equateur. Un projet à forte portée symbolique qui, selon la vice-présidente de la Région Véronique Moreira, devra être accompagné d’une vraie concertation avec les représentants des peuples autochtones.

Le Parc Yasuní est une réserve naturelle qui constitue un concentré de vie : 2 774 espèces d’arbres, 165 espèces de mammifères, 700 d’oiseaux... Il est habité par des communautés indigènes d’Amazonie telles que les Tagaeri et les Taromenane, qui vivent en isolement volontaire. Le gouvernement équatorien propose de ne pas y exploiter quelque 850 millions de barils de pétrole. En échange, il demande à la communauté internationale une contribution à hauteur de 3,5 milliards de dollars, correspondant à la moitié des bénéfices auxquels il renonce sur ce gisement. Il s’appuie sur le principe onusien de responsabilité commune mais différenciée pour des problèmes environnementaux globaux.


La biodiversité plutôt que le pétrole Yves Paccalet, conseiller régional, s’interroge : « Le monde (et surtout celui des riches, toujours prêt à clamer qu’il veut « faire du bien à la planète ») se mobilisera-t-il pour appuyer cette initiative admirable et exemplaire ? Aurons-nous, enfin, une bonne surprise signée Homo sapiens ? »

 

La démarche Yasuní est soutenue depuis plusieurs années par le mouvement Europe Ecologie - Les Verts et ses eurodéputés.

Ainsi, le groupe Europe Ecologie - Les Verts a voté l’amendement inscrivant dans le budget de la Région un soutien à ce projet à hauteur de 150.000 euros au titre de la coopération au développement. Ce projet aura pour objectif d’éviter l'émission d’environ 410 millions de tonnes de CO2, de favoriser la conservation de la biodiversité en Amazonie, d’éviter la déforestation et de respecter les droits des peuples indigènes. Le fonds permettra donc d’éviter la déforestation et de conserver 44 aires protégées, correspondant à 4,8 millions d’hectares, soit 20% du territoire équatorien. La reforestation et la régénération naturelle d’un million d’hectares de forêt seront engagées. Des investissements seront faits dans l’éducation, la santé, la recherche, l’habitat et dans la création d’emplois dans des activités soutenables comme l’écotourisme...

commentaires
1 2 3 4 > >>