Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Climat, l’agglo ne fait rien

Publié le 30 Juin 2011 par Thierry BILLET

Je n’ai pas pu assister pour des raisons professionnelles au dernier Conseil communautaire. Je le regrette vivement car je souhaitais intervenir sur le sujet du plan climat de l’agglo.

Ou plus exactement de l’absence de plan climat de l’agglo.

 

C’est à dire que le sujet de l’embauche d’un chargé de mission n’a pas avancé d’un iota puisque toutes les communes de l’agglo ont répondu qu’elles ne pouvaient mettre aucun moyen à la disposition de l’agglo en ce domaine. On le savait déjà et cette interrogation des communes était un subterfuge pour reporter la réponse à la question. Le bureau de l’agglo ne prend pas pour autant la décision qui s’impose, malgré les efforts de Gilles FRANCOIS, maire d’ARGONAY et l’annonce de Pierre BRUYERE que le coût de cette embauche peut être pris en charge sur un budget annexe. Qu’attend le bureau ?

 

Presque plus grave et tout aussi déplorable, la C2A laisse repartir des subventions de la Région sur sa politique climat dans le cadre du Contrat de développement durable Rhône- Alpes (CDDRA) qui s’achève, faute d’avoir fait avancer le dossier ! Alors que l’on nous annonce une situation financière tendue et que le Plan climat sera obligatoire en 2012 pour l’agglo suite au GRENELLE, c’est à dire qu’il faudra bien « y aller » mais sans aide cette fois !

 

Ce manque de diligence me met en colère : on a perdu un temps précieux après le diagnostic du bassin de vie et les préconisations adoptées à l’époque, ce qui date maintenant de 3 ans et l’agglo a perdu une aide significative de la Région !

 

Le problème structurel est que l’environnement n’étant pas une compétence de l’agglo, puisque la commission dite « environnement » est une commission seulement consacrée aux deux thèmes « gestion des déchets » et « eau potable » malgré les efforts de la commission pour sensibiliser le bureau et  étendre son champ de compétence à l’ensemble du champ environnemental à l’initiative notamment de feu Jean-Louis MOLIE et de René BOISSIER.

 

Nous avons pris le soin d’inscrire le plan climat de la Ville d’ANNECY dans une démarche qui lui permette d’être immédiatement en cohérence avec un plan climat de l’agglo et nous avons bien fait de ne pas attendre que l’agglo se décide.

 

Pour autant, l’inertie du bureau de l’agglo dans ce dossier emblématique est inquiétante sur la prise en charge réelle dans leur champ politique des enjeux des dérèglements climatiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Eva JOLY plutôt que Nicolas HULOT

Publié le 30 Juin 2011 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Eva JOLY arrive nettement en tête de la primaire écolo avec presque 50% des voix des exprimés. Elle manque la désignation au premier tour de quelques dizaines de voix : bravo !

Elle peut compter sur le report de voix des deux autres candidats dont l'un a fait campagne uniquement contre Nicolas HULOT, soit de l'ordre de 60% des voix au second tour...

L'affaire semble donc réglée...

L'alliance pour le Congrès des VERTS entre les partisans de Cécile DUFLOT et les proches de Nicolas HULOT pour gagner le Congrès contre Dany COHN BENDIT n'a pas eu les conséquences espérées pour la primaire présidentielle...

Dominique VOYNET et Noël MAMERE doivent être contents. Pour bien les connaître personnellement et avoir fait avec ardeur leurs campagnes présidentielles, je sais qu'ils ont fait un choix politique particulièrement réfléchi.

Que va faire Nicolas HULOT ?

Pas sûr qu'il accepte cette décision facilement.

Mais en acceptant de jouer le jeu des primaires au sein d'EELV, il prenait ce risque majeur de ne pas être adoubé. 

J'avais pensé qu'il ne le prendrait pas et se lancerait directement dans la bataille présidentielle. Je m'étais trompé. Il le regrette peut-être ce soir.

Manifestement, les personnes qui se sont inscrites à la primaire et qui ont versé leurs 10 euros n'étaient majoritairement pas des sympathisants de sa cause, à l'inverse de ce que l'on aurait pu penser.

Reste à Eva JOLY à convaincre au-delà des militants pour sortir les écologistes de la marginalisation électorale à la Présidentielle : voilà un challenge bien ardu et elle va cumuler certains handicaps que sa volonté et son courage devront dépasser. Elle a montré ces qualités dans son métier de juge d'instruction, et sa désignation est le fruit d'un scrutin démocratique indéniable.


 

commentaires

Wake surf, démonstration utile à SEVRIER ce matin

Publié le 29 Juin 2011 par Thierry BILLET dans Environnement

Comme je l'avais indiqué (ici), les partenaires du lac en partage se sont retrouvés ce matin au slipway de SEVRIER en plein chantier de réaménagement pour embarquer à bord de quatre bateaux de wake surf sur le lac et expérimenter avec les professionnels de l'activité les conditions de pratique du wake surf sur le lac.

Y participaient notamment Philippe CHAMBELLAN pour Lac d'Annecy Environnement, Jean-Pierre CROUZAT pour la FRAPNA, Philippe BON pour l'ADEPT ainsi que des représentants du canoe-kayak et de l'aviron aux côtés des professionnels et de représentants de l'Etat.

Cette expérience sur site permet de clarifier les enjeux notamment sur la question de la hauteur et de la diffusion de la vague, mais aussi de la vitesse faible des bateaux (de l'ordre de 17 kilomètres/heure).

Les professionnels font remarquer que le chiffre d'affaires du wake surf est en forte croissance car la pratique est plus ludique que le ski nautique ou le wake board dans la mesure où le pratiquant n'est pas attaché au bateau, mais aussi du fait que la chute dans l'eau est beaucoup plus douce car la vitesse est moindre : les conditions de sécurité sont donc meilleures. Et bien entendu ce sport bénéficie de l'image générale du surf auprès des jeunes...

Après que Philippe BON eût fustigé un article mal intentionné du correspondant du DL à TALLOIRES à propos de ce sujet, les participants ont pu partager leurs impressions et faire part de leurs contraintes, notamment celles de l'aviron qui exige un lac plat et donc des conditions de navigation spécifiques qu'il faut faire respecter.

Une nouvelle réunion de travail aura lieu mi septembre pour avancer sur certains aspects du dossier : la répartition horaire par exemple pour permettre aux activités "douces" de s'exercer sur un lac plat (aviron, pêche) ou la question du détroit de Duingt qui pourrait être simplement une voie de transit, mais sans pratique.

Un problème a été évoqué par tous les participants, celui des nageurs isolés loin du bord, sans signalisation (bonnet et/ou bouée) ce qui les rend particulièrement exposés.



commentaires

AUBRY/HOLLANDE, JOLY/HULOT

Publié le 26 Juin 2011 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Les primaires au sein des écologistes et au sein des socialistes présentent un trait commun qui mérite attention.

Avant de rejoindre EUROPE ECOLOGIE, Eva JOLY avait la réputation d'être une centriste qui avait failli adhérer au MODEM. Aujourd'hui pour gagner la primaire, elle donne des gages d'orthodoxie de gauche, forçant le trait pour se différencier de l'autre centriste de la primaire, Nicolas HULOT, qui lui assure en privé que BORLOO est un écolo.

Au PS, c'est pareil : qu'est-ce qui distingue sur le plan politique HOLLANDE et AUBRY ? Tous les deux issus de l'école Jacques DELORS, tous les deux caciques du PS, tous les deux issus des Grandes écoles, bref on pourrait les interchanger.

Cette proximité idéologique entre les candidats les oblige à s'affronter non pas sur les contenus (ils sont les mêmes !) mais sur la seul image qu'ils vont donner aux électeurs de leur camp en dehors de leurs partis si les primaires attirent réellement les citoyens au-delà des militants.

Le PS espère un million de votants. Les écologistes sont 33.000 à s'être inscrits ( c'est 3 fois le nombre d'adhérents et 5 fois le nombre de votants au Congrès). C'est cet électorat qu'il faut séduire et pour cela, se caler sur la représentation que les responsables des écuries se font de ce que ces "primo électeurs" attendent.

Et il y a fort à parier que ces "primo électeurs" ne choisiront pas leur candidat(e) sur leur programme, mais sur le fait qu'ils estiment que ce candidat peut faire un meilleur score que l'autre.

On choisira HOLLANDE parce qu'on pense qu'il peut battre plus facilement SARKOZY. On choisira HULOT parce qu'il peut faire 10% à la Présidentielle, alors qu'Eva JOLY et son accent épouvantable ne passeront pas la barre...

Les primaires renforcent le rôle des sondages et de l'image au détriment du fond.

C'est manifestement le côté pervers d'un effort salutaire de démocratie politique.

commentaires

Plan climat d'ANNECY, comité de pilotage

Publié le 25 Juin 2011 par Thierry BILLET dans Environnement

Réunion du comité de pilotage du Plan climat  pour faire le point de la concertation avec les habitants fin mai et de la rédaction du livre blanc et des fiches actions qui composeront le PCET.

J'en tire plusieurs réflexions.

D'abord le constat  que nous devons sur le plan municipal franchir une nouvelle étape qualitative en deux domaines : la réduction de nos gaz à effet de serre et la démocratie locale.

Sur ce second point, on voit bien la différence qualitative entre les ateliers climat que nous avons tenus et les réunions de quartier effectivement bien remplies mais qui ne sont que des litanies de problèmes plus ou moins importants, plus ou moins vérifiables, plus ou moins sérieux, et le lieu d'une information descendante qui ne donne aux habitants qu'un rôle de spectateurs les conduisant à ne réagir que "contre" ou à être passifs.

Bien entendu, ces réunions d'information peuvent être utiles. Mais elles n'épuisent pas l'attente démocratique de nos concitoyens et surtout elles entretiennent un mode de relation avec la population qui me semble dépassé notamment vis à vis de nos concitoyens les moins âgés.

Faire travailler ensemble en groupe de quelques personnes sur un thème donné des citoyens de toute la ville,de tous les quartiers et de tous les âges, voilà qui permet de valider les pistes de travail, de sentir les aspirations et de faire s'exprimer des idées ou des projets que le groupe priorise lui-même.

Il faut généraliser cela.

Sur le premier, deux sources de gaz à effet de serre sont à traiter en priorité : l'habitat et les transports individuels.

L'action municipale doit répondre à ces deux enjeux qui sont les principaux facteurs de GES à ANNECY, avec une prépondérance manifeste pour le bâtiment qui est de loin le principal pourvoyeur de GES.

Voir par exemple  :

Plan climat d'ANNECY (2)

500 millions d'euros pour le parc privé annécien (plan climat n°3)

Plan climat (5)

Pour cela la Ville va devoir investir pour économiser ensuite en fonctionnement, économies d'autant plus importantes que le prix de l'énergie va augmenter dans les années à venir.

En matière de dissuasion de la voiture en ville, les efforts réalisés il y a dix ans avec le réseau de transports en commun en sites propres ne sont plus à la hauteur des enjeux de 2010. 

J'y reviendrai.

 

commentaires

Mauvaise qualité de l’air

Publié le 24 Juin 2011 par Thierry BILLET

L'association ITE Mont Blanc Maurienne communique :


La France assignée en justice

La décision est tombée le 19 mai dernier : la France est assignée devant la cour européenne de justice pour non-respect des valeurs limites de qualité de l'air applicables aux particules (PM10), en 2009. Une quinzaine de zones sont concernées en France, dont toute la région Rhône-Alpes. Cette décision confirme que la Commission européenne ne croit pas que les mesures prises ou annoncées par la France, à ce jour, pourront remédier efficacement à cette situation d'atteinte à la santé publique.

40 000 morts par an en France

Les particules (PM10) sont responsables, à elles seules, de plus de 40 000 décès annuels, selon le Ministère de l’Environnement. Le coût sanitaire, financier et avant tout humain est donc colossal pour la collectivité. L’exposition aux particules fines provoque des maladies respiratoires, des problèmes cardiovasculaires et des cancers.

Des mesures efficaces doivent être prises

La mesure phare annoncée par la France avait été la création de Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air (ZAPA) dans 8 villes en France, dont Grenoble. La France devra aller beaucoup plus loin pour que la qualité de l’air s’améliore réellement. De nombreux Plans de Protection de l’Atmosphère dans les grandes villes françaises n’ont pas apporté d’amélioration significative et le PPA de la vallée de l’Arve devra être exemplaire pour que cette tendance soit inversée.

Quelle image pour le tourisme ?

La carte ci-dessous, des dépassements de pollution aux PM10 va faire le tour de l’Europe pendant la période d’instruction du dossier et toute la durée du procès. Quelle image va-t-elle donner de la région Rhône-Alpes et de ses vallées de montagnes dans lesquelles beaucoup de vacanciers croient encore trouver un air pur ? Les élus, les acteurs socio-professionnels et associatifs de la région doivent enfin parler d'une même voix pour demander des mesures et des solutions ambitieuses et, avant tout efficaces, pour que la qualité de l'air soit améliorée significativement dans notre région.

Le transport longues distances responsable

Rhône-Alpes est traversée par d'abondants trafics routiers Nord-Sud et Est-Ouest. 87% des marchandises traversent la région par la route actuellement, mais ce sont les camions effectuant des trajets de plus de 150 km qui représentent, à eux seuls, 80% des tonnes/km transportées et qui ont donc des impacts proportionnellement très lourds sur notre qualité de l’air. Rhône-Alpes est aussi une région très touristique, vers laquelle 85% des vacanciers se dirigent en voiture. Il convient donc de travailler en priorité sur ces aspects longue distance, très émetteurs de polluants dans l’ensemble de notre région, sur lesquels les gains peuvent être rapides pour améliorer la qualité de l’air.

Vous pouvez télécharger le dossier de presse du Ministère de l'environnement sur :


www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DP_Assises_nationales_de_la_qualit_de_l_air_bureau_air.pdf

 

regardez la carte page 5 sur la pollution aux PM 10 et pensez que M. ACCOYER considère que l'on n'a pas assez de routes...

 

commentaires

Hydro électricité versus nucléaire.

Publié le 23 Juin 2011 par Thierry BILLET dans Environnement

J'emprunte au dernier n° de CIPRA Information cet article sur la question de l'hydroélectricité après les décisions allemande, suisse et italienne de sortir du nucléaire.


Mme LAUVERGEON va sans doute partir avec un golden parachute de 1,5 million d'euros... Invraisemblable pour une entreprise publique.

 

 

Bien entendu en France le nucléaire est sans danger et nous pouvons donc continuer notre mono production d'électricité en attendant la catastrophe majeure qui arrivera ici ou ailleurs... En attendant, la CIPRA attire notre attention sur la question stratégique de l'hydro électricité dans les ALPES.

 

Les Alpes sous haute tension
 
L'Allemagne vient de décider de sortir du nucléaire, tout comme la Suisse. Les Italiens ont opposé ce week-end un non massif au retour au nucléaire, et une majorité de Français souhaiterait elle aussi la fermeture des centrales atomiques.
Mais pour négocier ce tournant énergétique, un changement de la société s'impose et la production d'électricité verte doit augmenter.
Les Alpes vont- elles ainsi passer du statut de "château d'eau" à celui de "lac de retenue" de l'Europe?

La Suisse, dont 39% de l'électricité provient du nucléaire, a l'intention de sortir progressivement de l'atome. 57% de l'électricité y est d'ores et déjà produit dans des centrales hydroélectriques. Un pourcentage qui devrait augmenter à l'avenir : en effet, selon le gouvernement de Berne, il faudra investir dans l'accroissement de la production et dans la construction de stations de transfert d'énergie par pompage (STEP). Une étude de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et des universités de Zurich et de Berne montre par ailleurs que le réchauffement climatique pourrait entraîner l'apparition en Suisse d'une quarantaine de grands lacs dus à la fonte de glaciers au cours des prochaines décennies. Selon Wilfried Haeberli, directeur de cette étude, ils pourraient s'avérer très attractifs pour le stockage de l'électricité produite à partir de sources d'énergie renouvelables, dont le rôle va aller croissant à l'avenir.  Plus de 90% de l'électricité aujourd'hui produite dans les Alpes est d'origine hydraulique. Toutefois, les trois quarts des centrales ne fournissent que 4% de l'énergie totale. Pour la seule Autriche, le nombre de petites centrales hydrauliques s'élève à 2 600. Avec pour conséquence que seulement 10% des cours d'eau alpins sont encore intacts au plan écologique. L'heure est donc à un réel tournant énergétique.

"Les centrales existantes doivent être modernisées en tenant compte de critères écologiques, et leur efficience ainsi accrue" préconise Dominik Siegrist, président de CIPRA International. "Mais nous devons avant tout modifier fondamentalement notre consommation d'énergie, de produits et de services énergivores".

Le "château d'eau de l'Europe" a besoin d'une "vision énergétique à l'échelle des Alpes". Cette dernière doit encourager et réglementer les économies d'énergie et les gains d'efficience, et les nouvelles installations de production d'énergie renouvelable doivent être construites de manière à ne pas porter préjudice à la nature et au paysage. 

 


Vous pouvez vous abonner : www.cipra.org/alpmedia 

 

Source et informations complémentaires: www.nfp61.ch/E/projects/cluster- hydrology (en), www.sonntagszeitung.ch/home (de), www.lepoint.fr/monde , www. actu-environnement.com/ae/news , www.cipra.org/fr/alpmedia/dossiers/15 , www.tagesanzeiger.ch/schweiz/standard (de) Économiser de l'énergie ?

 

commentaires

La Grèce...

Publié le 22 Juin 2011 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Je ne sais pas vous, mais moi je n'y comprends rien à la crise financière grecque.

J'ai compris que les gouvernements grecs avaient manipulé leur comptabilité publique pour cacher l'endettement du pays et la violation des critères de MAASTRICHT (tiens, on n'en parle plus de ceux-là !)

J'ai compris que le sport national des grecs était l'évasion fiscale et que le gouvernement actuel utilisait les photos satellites pour repérer les piscines non déclarées par des gens dans le besoin qui ne paient pas l'impôt.

J'ai entendu que l'on parlait de 300 milliards d'euros à prêter à la GRECE rapidement.

J'ai entendu que le débat entre la France et la Banque centrale européenne d'une part et l'Allemagne d'autre part était de savoir si il fallait que les banques privées participent au renflouement ou pas, mais sans comprendre l'enjeu.

J'ai vu la colère du peuple grec et je mesure bien les conséquences d'une violente politique déflationniste en GRECE avec la braderie annoncée des entreprises publiques et le cortège de licenciements pour les rendre profitables.

Mais je reste dubitatif, me demandant quelle politique économique progressiste peut s'opposer à cet état de faillite de tout un pays, conséquence d'un système politico économique irresponsable depuis tant d'années.

Quant au budget de l'Armée, personne ne semble demander qu'il soit réduit alors qu'il obère les finances grecques comme si la TURQUIE était un mal pire que la faillite !

commentaires

Micro crédit : aidez ZEBUNET !

Publié le 22 Juin 2011 par Thierry BILLET

Je ne sais plus si dans les 1.289 articles de ce blog, je vous ai déjà parlé de "ZEBUNET", cette association qui développe le micro crédit dans les pays du Sud, en ce moment surtout à MADAGASCAR par l'achat d'un animal en vue de sa mise à disposition d'agriculteurs locaux.

Je vous invite à participer à cette aide directe, relayée localement par des ONG et qui assure une réelle aide aux paysans locaux grâce à un suivi sérieux et une adaptation au plus près des besoins des habitants.

Notre zébu familial sera bientôt prêté à une famille de MADAGASCAR : vous pouvez choisir une donation ou un investissement (que vous pourrez transformer en don le moment venu !).

Réellement, une démarche décentralisée qui s'appuie sur un partenariat local.

Pour adhérer et investir dans un animal de ferme :

http://www.zebu.net/site2/client/index.php

commentaires

ANNECY, au top du classement de la Fondation Abbé Pierre

Publié le 21 Juin 2011 par Thierry BILLET dans C'est personnel

La Fondation Abbé Pierre a publié son classement des villes qui respectent ou pas la loi SRU.

MEDIAPART en a tiré l'article ci-joint.


Une fois de plus, ANNECY  est citée en exemple de respect de la loi sur le logement social et se trouve en 4° place nationale :

 

 

La moitié des communes ne respectent pas la loi sur le logement social, selon l'échantillonnage (682 communes étudiées) de la fondation Abbé-Pierre.

Mais il y a trois ans, quand elle a commencé son classement, ce chiffre était plus élevé de 10 points.

Les récalcitrants sont connus: ce sont les villes de la Côte d'Azur, Nice, Hyères, Toulon... et la banlieue cossue de Paris, avec l'inévitable Neuilly. La Fondation relève que la sanction financière (157 euros par logement manquant) n'est que médiocrement dissuasive: il y a trois ans, sur les 400 villes fautives, seules 240 avaient été sanctionnées.

En outre, les communes développent des contournements en proposant leurs logements sociaux non aux plus démunis, mais aux classes moyennes.

Dix-sept communes ont ainsi construit 100% de leurs HLM dans le cadre du PLS (prêt locatif social), ce qui permet de prélever un loyer plus élevé et de mieux choisir ses administrés.

 

Pour recevoir le document de la Fondation, il suffit de m'envoyer un courriel.

commentaires
1 2 3 > >>