Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Charles BOSSON, hommage des Amis du Vieil Annecy

Publié le 30 Novembre 2011 par Thierry BILLET

La salle Yvette MARTINET a refusé du public hier soir pour la conférence animée par Michel AMOUDRY et Camille SYLVESTRE à propos de Charles BOSSON.

En présence de ses enfants, Michel AMOUDRY a rappelé la biographie de Charles BOSSON, sa formation, son entrée en politique et ses engagements culturels et sociaux.

Michel a retracé avec précision et rigueur les éléments clés de la personnalité d'un homme qui hésita à faire de la politique son métier. Charles BOSSON qui ne découvrit ANNECY qu'à l'âge de 12 ans...

Camille SYLVESTRE, qui fut son collaborateur direct à la Mairie, a su rappeler ce que l'homme public a apporté à la Ville, non sans souligner l'extrême complexité de la question de la démocratie locale, à propos de la question du referendum municipal notamment.

Si un referendum avait eu lieu à l'époque à propos de la construction de BONLIEU, il ne serait certainement pas construit aujourd'hui... Alors qu'il fait l'unanimité des annéciens aujourd'hui. Je ne savais pas par exemple que Charles BOSSON avait fait venir à ANNECY pour une conférenceHubert DUBEDOUT, l'emblématique maire de GRENOBLE de la fin des années 60, et visionnaire de la démocratie participative.

J'espère que le texte de la conférence sera publié : il permet de mieux comprendre l'attachement des annéciens, par delà les années, à la personnalité de Charles BOSSON.

Bravo aux Amis du Vieil Annecy pour cette initiative bienvenue !

Devant l'affluence, une nouvelle conférence est programmée mi décembre, ne la manquez pas.

commentaires

Corinne LEPAGE à ANNECY le vendredi 2 décembre

Publié le 29 Novembre 2011 par Thierry BILLET dans Environnement

 


Corinne LEPAGE sera à ANNECY le vendredi 2 décembre 2011.
Elle vous invite à participer
de 17 heures à 19 heures, à l'auditorium de ARGONAY, en face de la Mairie.

à une réunion publique autour de son livre :

"La vérité sur le nucléaire, le choix interdit"

Corinne LEPAGE vient de déclarer après le discours de Nicolas  SARKOZY au Tricastin :

"Je suis très choquée. Le président mélange contre-vérités, imprécisions et confusions. Les chiffres qu'il a donnés sont faux : l'Allemagne n'émet pas dix fois plus de gaz à effet de serre que la France, le photovoltaïque ne coûte pas deux fois plus cher que le nucléaire… Mais le plus important, c'est la philosophie générale, celle de la peur. Sans le nucléaire, tremblez, vous n'aurez plus d'emploi ! Totalement faux. Au contraire.

La fermeture de 24 centrales, prévue dans l'accord PS-Verts n'interviendra pas demain : l'accord prévoit la fermeture de deux réacteurs seulement d'ici 2017. Il n'y a pas de menace sur l'emploi. Et puis Nicolas Sarkozy parle d'emplois conservés dans le nucléaire, mais il oublie qu'il en a supprimé 12.000 dans la filière photovoltaïque et qu'il en supprime encore en choisissant de ne pas développer cette filière. C'est une condamnation à mort du renouvelable en France et de l'emploi qui va avec. Criminel".


La salle est facile à trouver en face de la Mairie d'ARGONAY :
http://g.co/maps/jfwv3


Gilles François, Maire d'ARGONAY
Anne HUGUET, Maire adjoint de MEYTHET
Thierry BILLET, Maire adjoint d'ANNECY
commentaires

Philippe MEIRIEU dans la tourmente lyonnaise

Publié le 28 Novembre 2011 par Thierry BILLET dans Politique locale

La désignation de Philippe MEIRIEU, tête de liste régionale EUROPE ECOLOGIE en RHONE-ALPES, et devenu Président du Conseil fédéral des VERTS, comme candidat à LYON se heurte au veto de Gérard COLLOMB, maire de LYON qui multiplie les déclarations pour s'opposer à cette désignation concoctée à PARIS.


Dans LE MONDE du 21 novembre, François LAMY, proche de Martine AUBRY, explique que le PS a compris qu'il n'y aurait pas d'accord si Cécile DUFLOT et Philippe MEIRIEU n'avaient pas "leur" circonscription réservée.

Las, à PARIS comme à LYON, cela ne se fait pas sans cris ni menaces.

COLLOMB traite MEIRIEU de "khmer vert" utilisant l'épisode peu glorieux de la demande du groupe vert de participer aux organes de décision de RHONE ALPES CINEMA.

COLLOMB en tire argument pour mettre en cause la pratique politique des VERTS et leur intégrisme...

Il a répété cela sur FRANCE CULTURE vendredi matin avec fermeté, utilisant d'autres votes des Verts au Conseil régional...

Le maire écologiste du 9e arrondissement, Alain Giordano conteste lui-aussi la candidature de Philippe Meirieu, dans la 1ere circonscription du Rhône.

"La décision nationale d'imposer Philippe Meirieu dans une circonscription où on ne l'a jamais vu, sans même en parler avec le maire écologiste du 9e et les autres élus violent totalement ces fondamentaux", raille-t-il, questionné par Le Progrès, considérant de plus que Philippe Meirieu "est un écologiste de fraiche date". Il termine son propos en le traitant de "Perben vert". 

COLLOMB s'en délecte :

« Pour moi, l’affaire est entendue, il y aura deux candidats à gauche sur cette circonscription, Thierry Braillard et Philippe Meirieu. Que le meilleur gagne » a ainsi déclaré Gérard Collomb au PROGRES. Avant d’ajouter, un brin malicieux : « Il ne vous a pas échappé que déjà un élu Vert a refusé cette candidature Meirieu. Je pense que d’autres suivront bientôt ».


En réalité, ce qui se joue dans cette tragi comédie, c'est la réponse du PS à l'attitude des VERTS à la Région qui n'assument pas, selon le PS, leur rôle de partie prenante de la majorité régionale, et prennent le plus souvent pour cible l'exécutif socialiste, plutôt que l'opposition de droite.


Philippe MEIRIEU n'a rien d'un intégriste, mais le PS de RHONE ALPES lui fait payer le positionnement politique des VERTS au Conseil régional, dont il n'a pas voulu se démarquer alors qu'il est en charge dans l'exécutif régional des dossiers structurants sur l'éducation tout au long de la vie... 


Philippe MEIRIEU adore répéter qu'il faut "sortir par le haut" de toute situation politique. Combien de fois ne me l'a t'il pas écrit alors que j'étais l'objet de toutes les menaces des intégristes verts et des savoisiens... avant de capituler devant eux ?

Philippe MEIRIEU a été fort heureux que je mène pour lui la campagne EUROPE ECOLOGIE des Régionales en HAUTE SAVOIE et particulièrement à ANNECY, après notre succès local aux EUROPEENNES. A l'époque, mon appartenance à l'équipe de Jean-Luc RIGAUT ne lui posait pas de problème. Je lui avais posé la question de confiance lors d'une réunion houleuse en début de campagne à ANNECY au cours de laquelle, en signe fort, il m'avait dit qu'il était prêt à m'embrasser. Il ne rechignait pas alors à s'afficher avec moi, ni à utiliser ma notoriété locale et mon engagement sur le terrain depuis 20 ans contre ACCOYER et l'UMP pour réussir le meilleur score d'EUROPE ECOLOGIE de toute la Région.

Lorsque nous avons rencontré Jean-Luc RIGAUT à la Mairie pendant les Régionales, il savait qu'il  fallait aller chercher les voix centristes que Dany COHN BENDIT avait su mobiliser pour les Européennes.


 

Par la suite, Philippe MEIRIEU a fait le choix d'une alliance avec le binôme DUFLOT/PLACE en remplaçant au pied levé à la présidence des VERTS l'ami Jean-Paul BESSET qui espérait que sa démission créerait un électrochoc politique sur le recentrage de l'écologie politique. Ils lui ont renvoyé l'ascenceur avec une circonscription gagnable exigée du PS dans les négociations nationales.

L'objectif évident de Philippe MEIRIEU est clair : devenir Ministre de l'Education Nationale. Il faudra auparavant convaincre les Lyonnais qu'il est le meilleur député possible pour leur circonscription. 




commentaires

LYON aide le vélo électrique.

Publié le 27 Novembre 2011 par Thierry BILLET

Vélo électrique :le Grand-Lyon remboursera 25% de la facture en 2012

Posté le 22/11/2011  à 14:10 |  lu 391 fois |  0 réaction|
Imprimer l'article Suggérer à un ami Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
flyer_medium ()

Le Grand Lyon en a adopté le principe lundi soir en conseil communautaire. La subvention pour tout achat d'un vélo électrique annoncée par Lyon capitale, entrera officiellement en vigueur au 1er janvier prochain.

Une mesure mise en oeuvre dans le cadre du nouveau plan modes doux du Grand Lyon.

A cette date, tout habitant du Grand-Lyon qui fera l'acquisition d'un vélo à assistance électrique pourra se faire rembourser 25% du coût de son équipement, sur remise de la facture et d'un formulaire téléchargé sur le site du Grand Lyon, dans la limite de 250 euros maximum.

La communauté urbaine prévoit la distribution de 1 000 subventions l'année prochaine. Un dispositif d'aide qui existe déjà à Paris et qui pourra être renouvelé dans la communauté urbaine lyonnaise en 2013, "après évaluation".

A noter que tous les vélos électriques ne sont pas concernés par la subvention. Seuls ceux qui répondent à la réglementation en vigueur en Europe (directive européenne n°2002/24/CE du 18 mars 2002) c'est à dire à la norme française NF R30-020, sont éligibles.

 

Après CHAMBERY, PARIS, voici le Grand Lyon qui donne un coup de pouce au vélo électrique. Je suis déçu que l'agglo d'ANNECY ne veuille pas se lancer dans cette politique utile contre la pollution atmosphérique et la diminution de nos émissions de gaz à effet de serre. Le motif officiel en est que cela n'aurait pas de caractère social... Mais alors comment justifier les aides fiscales qui ne concernent que les gens qui paient l'impôt sur le revenu et que droit et gauche ont mis en oeuvre ? Ce raisonnement n'est pas pertinent lorsqu'il s'agit de lancer une filière écologique nouvelle car cela permet de faire baisser les prix unitaires pour que tous y aient ensuite plus facilement accès.  C'est ni plus ni moins qu'un outil ciblé en faveur des modes doux.

Au demeurant, l'agglo pourrait inclure une clause de revenu maximal au-delà duquel elle estimerait que l'aide n'est pas utile car les gens concernés ont largement les moyens d'acheter sans aide. Un débat à poursuivre.

commentaires

Rénovation thermique en copropriété, l'urgence

Publié le 26 Novembre 2011 par Thierry BILLET

Le Plan climat de la Ville d'ANNECY a identifié clairement que l'enjeu pour tenir nos objectifs de réduction des gaz à effet de serre était la réhabilitation thermique du bâti existant.

 

La Ville d'Annecy, en collaboration avec la FNAIM, la fédération du BTP 74 et Prioriterre organise donc une matinée de conférence et tables rondes sur le thème "Conduire des travaux de rénovation thermique en copropriété", le Jeudi 1er décembre 2011 - salle Pierre Lamy (rue de la République) - Annecy

Cette matinée se déroulera de la façon suivante :

9 h : Mot de bienvenue

9h15 :  intervention de S. CHARPIN et V. PATRIARCA (DDT 74) sur les suites du Grenelle de l’Environnement : quel impact dans les copropriétés ?

9 h 35 : table ronde et questions-réponses avec la salle :

 

  • réaliser le diagnostic thermique  : Y. HERICHER, co-gérant A 3 Energie
  • engager la réflexion au sein de la copropriété : C. GUITTON, directeur de syndic
  • dessiner un plan de financement :  représentant du secteur bancaire
  • illustrer par l'exemple d'une investigation dans une copropriété : F. PELISSON, directeur régional Urbanis
  • trouver des artisans formés (formation FEEBat, marque "Pros de la performance énergétique") : P. DUMAS, directeur de la maintenance Lansard Energie


11 h 45 : conclusion


12 h 00 : apéritif au salon des mariages de l’hôtel de ville.

Si vous souhaitez participer à ces échanges, inscrivez-vous dès à présent par courriel à :
agenda21@ville-annecy.fr

Merci de préciser  :
- vos coordonnées (organisme, téléphone et adresse électronique)
- le nombre de personnes vous accompagnant
- si vous participerez à l'apéritif.

N'hésitez pas à diffuser largement ce message à l'ensemble de vos collègues et contacts professionnels ou à toutes les personnes potentiellement intéressées par cette conférence.

commentaires

Gaz de schiste, réunion le 28 novembre à ANNECY

Publié le 25 Novembre 2011 par Thierry BILLET

Soiree-debat-Non-Gaz-de-Schiste-28-Nov-2011.jpg

commentaires

Dépôt pétrolier, exercice d'évacuation hier après-midi

Publié le 24 Novembre 2011 par Thierry BILLET

L'exercice d'évacuation du périmètre de danger majeur du dépôt pétrolier de VOVRAY a eu lieu hier après-midi.

Cet exercice a permis de tester d'une part, sur le plan de l'incendie, le nouveau réservoir construit par le dépôt pétrolier pour alimenter les sapeurs pompiers en eau pour le cas où les moyens de lutte contre l'incendie propres au dépôt ne le permettraient pas. Et d'autre part, l'évacuation des entreprises et des quelques particuliers concernés par le périmètre de 272 mètres autour du dépôt pétrolier.

Les services de police et de gendarmerie ont donc visité les unes après les autres les entreprises concernées de la zone industrielle de VOVRAY pour vérifier si elles avaient évacué leur personnel, renseigner sur les points de rassemblement, etc.

Cet exercice a permis de pointer des améliorations encore possibles sur le plan de l'information, comme par exemple la responsabilité des chefs d'entreprise dans la formation de leurs personnels aux mesures à prendre en cas d'accident majeur.

Certains matériels qui fonctionnaient le matin ont eu un bug l'après-midi, cela devra être traité.
Mais globalement, l'exercice a permis de constater que l'on pourrait évacuer dans un délai raisonnable les personnes travaillant dans le périmètre concerné et empêcher l'entrée de personnes et de véhicules dans ce périmètre pour ne pas gêner le travail des pompiers et pour ne pas créer de "sur accident".

Un retour d'expérience aura lieu lors de la réunion du CLIC du dépôt pétrolier le 8 décembre prochain à la Mairie d'ANNECY.

 

Autre sujet d'actualité sur la gestion des risques majeurs : le nucléaire.

Le réseau "sortir du nucléaire" publie une analyse de l'accord VERTS/PS.

J'en extrais ceci sur l'aspect politique de ce renoncement.

Le reste est à lire sur le site du réseau sortir du nucléaire : http://www.sortirdunucleaire.org/


EELV : convictions, dissensions, circonscriptions...

Le 13 novembre, sur France 5, Cécile Duflot déclarait : « On souhaite le maximum de députés, mais on fait de la politique parce qu’on a des convictions et on en a de très profondes sur le nucléaire. On sera prêts à n’avoir aucun député – aucun – si on veut nous obliger effectivement à renier ce qui fait l’essence même des convictions des écologistes. ». Mais aux termes de l’accord finalement conclu, le PS concède à Mme Duflot une circonscription parisienne. « Paris vaut bien un EPR », est-ce la morale de l’histoire ?

Le matin du 15 novembre, Yannick Jadot, un des principaux négociateurs d’EELV impliqué dans les discussions avec le PS, déclarait au journal Le Télégramme : « Aujourd’hui, je ne suis pas très optimiste sur la signature d’un accord. […] On négocie sur la possibilité d’un audit. Nous disons : faisons un audit indépendant et gelons les travaux de l’EPR pendant cette période. On est très loin de notre position de départ qui était la sortie du nucléaire. Au point que certains, chez nous, disent même que l’on va trop loin.  » [10] En fin de journée, l’accord était pourtant signé. Sans sortie du nucléaire ; sans arrêt de l’EPR ; sans même un « gel » du chantier ni un énième et bien inutile « audit ».

Et ce mercredi 23 novembre, Yannick Jadot annonçait sa démission du poste de porte-parole de la candidate Éva Joly, pour cause de « désaccord avec sa nouvelle ligne politique  », manifestement encore trop réticente à son goût vis-à-vis du PS et de l’accord passé. Éva Joly semble en effet vouloir se démarquer, en ce qui concerne le nucléaire, de l’accord passé par son parti avec les socialistes. Mardi 22 novembre, la candidate écologiste déclarait ainsi : « Cet accord ne me fait pas plaisir, il ne me fait pas rêver  », ajoutant : « j’en veux aux socialistes d’avoir cédé si visiblement aux lobbys du nucléaire ». Il est permis de penser qu’Éva Joly elle-même compte au nombre de ceux qui pensent qu’EELV est allé « trop loin » dans les concessions...

commentaires

Fusion SAVOIE - HAUTE SAVOIE ?

Publié le 23 Novembre 2011 par Thierry BILLET dans Politique locale

Et voilà que Christian MONTEIL emmène quelques amis à STRASBOURG pour se tuyauter sur la fusion en cours des départements du Haut et du Bas-Rhin...

Histoire de relancer l'antienne de la fusion des deux départements savoyards en une seule entité juridique.

Quelques belles photos, un verre de gewurztraminer dans la main... Et cela donne deux pages dans le DAUPHINE...

Mais quels élus veulent de cette fusion ?

La majorité UMP du CG de SAVOIE la veut sans doute : fusionner les deux CG empêcherait la gauche de prendre la présidence du CG de SAVOIE à la prochaine échéance.

Mais en HAUTE SAVOIE, qui y a intérêt ?

Car ce qui frappe dans ce déplacement, c'est que l'on n'évoque pas les raisons politiques d'une telle fusion.


On voit bien les raisons politiciennes :

  • sauver la majorité UMP de SAVOIE,
  • créer un contre pouvoir à la Région Rhône Alpes qui est fortement ancrée à gauche,
  • s'acoquiner avec quelques régionalistes aujourd'hui au chaud chez les VERTS, mais uniquement motivés par leur projet régionaliste, pour déstabiliser l'écologie politique dans les deux départements,

Mais les raisons politiques ?

Vous n'en trouverez aucune. Car il n'y en a aucune.

La fusion si elle n'a pour objectif que de faire des économies de personnel en mutualisant certains services (et il faudrait encore prouver que ce soit possible et réellement bénéfique) aurait pour conséquence des délais d'instruction des dossiers allongés, des processus de décision complexifiés, etc.

La réforme des collectivités territoriales sera remise sur le chantier par le prochain gouvernement de gauche. Heureusement...

 

 


commentaires

Pollution à l'iode 131, l'affaire n'est pas close

Publié le 22 Novembre 2011 par Thierry BILLET

A propos de la détection d’iode 131 dans l’air ambiant en Europe, la CRIIRAD indiquait dans un communiqué de presse du 16 novembre :

« Le plus préoccupant est le fait que plusieurs semaines après le début de la contamination, aucune autorité, ni au niveau international, ni au niveau national de quelque pays que ce soit, n’a été en mesure de désigner l’origine de la contamination. Il y a urgence car les populations proches de la source pourraient avoir été et être encore exposées à des doses importantes.

S’agissant de l’iode 131 rejeté dans l’atmosphère, les doses subies par ingestion dans les jours suivant le rejet
peuvent être plus élevées que celles liées à l’inhalation. Des irradiations inutiles peuvent donc être encore évitées siles populations concernées sont informées et que des mesures de protection sont prises ».

http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/aiea/iode131.html

Nous avons appris le 17 novembre par un communiqué de l’AIEA que l’Autorité à l ’Énergie Atomique Hongroise (HAEA) avait informé l’agence onusienne du fait que la source des rejets d’iode 131 était très probablement un institutde production de radioisotopes à Budapest. Les rejets seraient intervenus du 8 septembre au 16 novembre 2011.

source : http://www.iaea.org/newscenter/pressreleases/2011/prn201127.html 

Selon les informations publiées sur le site officiel HAEA, l’institut de production de radioisotopes (Izotop Intezet) disposerait d’une autorisation de rejets annuels de 1 600 GBq soit 1 600 milliards de Becquerels. La traduction du texte ne nous permet pas de savoir si cette autorisation concerne l’ensemble des substances radioactives ou spécifiquement l’iode 131. Il serait nécessaire de disposer des autorisations de rejet officielles pour s’en assurer. Cependant le directeur de l’institut se réfère à cette limite pour indiquer que les rejets d’iode 131 effectués depuis le début de l’année (624 GBq) sont à 39 % de l’autorisation annuelle, ceci conforte l’idée que les 1 600 GBq peuvent concerner l’iode 131.

Selon le directeur de cet institut, l’installation aurait rejeté 300 GBq d’iode 131 à l’atmosphère de janvier à mai 2011.
Elle aurait ensuite été arrêtée de juin à fin août compte tenu de niveaux de rejets radioactifs anormalement élevés, puis redémarrée fin août. La question de savoir si de nouveaux systèmes filtrants ont été mis en place et testés n’est pas claire. Les autorités indiquent en tout cas un rejet de 324 GBq d’iode 131 entre septembre et le 16 novembre.
Il s’agit d’une valeur très élevée.

source :
 http://www.haea.gov.hu/web/v2/portal.nsf/hirek_hu/192B87A50B67A20EC125794B00269FD0 
 http://www.izotop.hu/




Un rejet d’iode radioactif de 300 + 324 GBq soit 624 GBq tel que celui déclaré par Izotop Intezet pour l’année 2011 est en effet 28 300 fois supérieur aux rejets d’iode radioactif effectués en 2009 par la centrale électronucléaire du Tricastin (France) et 130 fois supérieur à ceux effectués par l’usine de retraitement de La Hague (voir tableau ci-dessous).

Un rejet de 624 GBq d’iode 131 est susceptible de conduire à des doses inacceptables pour la population locale. Pour calculer les doses, il faudrait connaître la répartition des rejets dans le temps, la hauteur du point de rejet, les conditions météorologiques, déterminer s’il existe des espaces cultivés et des champs dans les environs. Nous ne disposons pas de ces éléments. Mais à titre de comparaison, il est utile d’indiquer que les autorités belges responsables de la fixation des autorisations de rejet en iode 131 de l’IRE (Institut national des Radioéléments) à Fleurus considéraient qu’une dose efficace de 1 milliSievert (pour le groupe de population le plus exposé) correspondait à un rejet annuel de 279 GBq (conditions de rejet classiques) ou à un rejet concentré de 84 GBq sur 35 jours.

Dans le cas de l’institut de Budapest, les populations locales pourraient donc subir une dose supérieure à 1 milliSievert c'est-à-dire à la dose maximale annuelle admissible admise au niveau international (CIPR).

La CRIIRAD demande donc que soit lancée en urgence une expertise du niveau de contamination en iode 131 dans l’environnement du site à Budapest et que, en l’attente des résultats, il soit demandé aux populations locales de ne pas consommer les produits végétaux et les produits laitiers d’origine locale.


Outre la contamination par l’iode 131, il est important de vérifier également les niveaux de rejets pour d’autres
substances radioactives (autres produits de fission et d’activation) sans omettre les gaz rares, le tritium et le
carbone 14. L’iode 131 est en effet extrait à partir de matériaux irradiés par un réacteur nucléaire qui jouxte
l’institut des isotopes.

Il convient de vérifier rapidement si le dispositif de mesure des rejets de ces installations (réacteur nucléaire et institut des isotopes) est fiable et si la quantité de rejet d’iode 131 annoncée n’a pas été sous-estimée.

Il conviendra également de traiter les dysfonctionnements graves que révèlent cette affaire : fixation d’autorisations de rejet très élevées, défaut de maîtrise des rejets, manque de transparence, défaut de protection des populations.

 

Rédaction : Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, responsable du laboratoire de la CRIIRAD
(Valence, le 20/11/11)

 

 

 



commentaires

Accord Verts/PS : le commenter ?

Publié le 21 Novembre 2011 par Thierry BILLET

 

J'emprunte ce dessin à un courriel d'une amie adhérente de SAVOIE...


389545_10150368745015547_671420546_8389125_2145740472_n.jpg

 

J'ai longtemps hésité à commenter la validation par les membres de l'appareil des VERTS de l'accord signé avec le PS.

Au-delà des termes de l'accord, la démarche elle-même pose problème.

Plutôt que d'aller conquérir une circonscription de droite, la secrétaire nationale des Verts se fait offrir le siège "imperdable" d'une députée socialiste sortante. Au nom de la parité et de la "politique autrement" ?

C'est moins le fond de l'accord que la méthode qui choque...

Il y aura donc un groupe parlementaire écologiste qui pourra embaucher un paquet de collaborateurs et renflouer les caisses d'un parti au bord du dépôt de bilan.

Mais on ne comprend plus du tout à quoi va servir la campagne d'Eva JOLY puisque la messe est dite et que le PS ne tiendra pas plus compte demain qu'aujourd'hui de la question nucléaire.

Je lis avec amusement toutes les bonnes raisons données par les ténors de presque tous les courants pour justifier cette décison. Chaque courant sera bien représenté dans le groupe parlementaire, doit-on en réalité décoder.

Pour le reste, qui peut sincérement croire que l'écologie a gagné quelque chose à l'épisode de la semaine dernière ? Qui, autour de vous, a compris, voulu, et estime fondé la démarche des VERTS ? Je n'en ai trouvé aucun autour de moi.

Pour une analyse sérieuse de l'accord, je vous conseille cet article qui montre bien les contradictions de l'équipe Duflot/Placé qui dirige le parti : afficher une radicalité forte pour gagner les congrès en interne et mener une politique de compromis avec le PS en contradiction avec cette radicalité... Je ne sais pas combien de temps cela pourra durer..

http://gaetan-a.blogspot.com/#!/2011/11/accord-electoral-majorite-2012-eelv.html
commentaires
1 2 3 > >>