Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Maire adjoint au développement durable et à la Ville du futur d'ANNECY

Le SYANE s'engage à devenir producteur d'énergie renouvelable

Publié le 14 Décembre 2016 par Thierry BILLET

Réuni le jeudi 8 décembre dernier, le Comité du SYANE a tenu son débat d’orientations budgétaires pour 2017. Tout en maintenant un haut niveau d’investissements sur les réseaux d’électricité et d’éclairage public, le SYANE affirme sa politique en faveur de la transition énergétique. Parmi les orientations nouvelles : la production d’énergies renouvelables et l’engagement dans les démarches TEPOS (Territoires à Energie Positive).

Dans le domaine de l’aménagement numérique, la construction du réseau public très haut débit en fibre optique va s’accélérer en 2017. L’objectif ? Couvrir 140 000 logements à fin 2019, dont 55 000 dès fin 2017. L’ouverture commerciale du réseau, démarrée en 2016 pour les professionnels, s’étendra progressivement aux particuliers, à partir du 2nd semestre 2017.

Enfin, le SYANE affirmera, en 2017, son engagement en faveur de la mobilité électrique, en poursuivant le déploiement des 120 premières bornes du réseau public pour la recharge des véhicules électriques et hybrides. 4 premières bornes ont été mises en service ce vendredi 9 décembre à Chamonix.

Télécharger le communiqué de presse du débat d’orientations budgétaires : http://www.syane.fr/actus-1/2016/debat-d-orientations-budgetaires-un-budget-2017-en-faveur-de-la-transition-energetique

En savoir plus sur la mise en service des 4 premières bornes de charge du réseau public du SYANE pour la recharge de véhicules électriques : http://www.syane.fr/actus-1/2016/mobilite-electrique-mise-en-service-des-1eres-bornes-de-charge-du-syane

commentaires

Tous chez ENERCOOP

Publié le 13 Décembre 2016 par Thierry BILLET

Témoignage de AIR, client et sociétaire professionnel

Chez AIR, notre mission est d'aider les entreprises et les territoires (outdoor, montagne, tourisme) à innover de manière responsable. Nous sommes convaincus que le "développement durable" est en pleine (r)évolution, grâce entre autres à des solutions énergétiques telles qu’Enercoop. Jusqu'en 2014, AIR était installée dans une pépinière d'entreprises et nous n'avions donc pas la main sur le choix de notre fournisseur d'électricité. Quand nous avons déménagés dans nos propres bureaux, il nous a alors semblé évident de souscrire un contrat chez Enercoop afin de nous approvisionner en énergies renouvelables et d’être en accord avec nos valeurs. Nous avons la vision d'un monde où nous ne sommes pas seulement consommateurs mais "consomm’acteurs". Nous partageons nos locaux avec 3 autres entreprises et nos "colocs" ont été convaincu par cette proposition. Aussi, notre métier est de provoquer et d’accompagner le changement chez nos clients, que nous conseillons de passer aux énergies renouvelables. Nous voulons donner envie aux gens de faire de belles choses, et de les faire ensemble.

AIR Agence Innovation Responsable - (74)
 

Tous chez ENERCOOP
commentaires

Les sénateurs veulent (encore) modifier la loi LITTORAL

Publié le 13 Décembre 2016 par Thierry BILLET dans Environnement

Alors que l'équilibre trouve en 1986 a fait ses preuves, la droite senatori essaie une nouvelle fois de modifier la loi LITTORAL. LE MONDE s'en inquiète dans l'édition datée d'aujourdhui.

Les parlementaires tentent de remodeler la loi littoral
La majorité de droite est favorable à la " création de zones d'activités économiques " sur les côtes aujourd'hui protégées

Au sujet de l'avenir du littoral français, les parlementaires nagent en pleine contradiction. D'un côté, des députés s'efforcent de prendre en compte l'érosion côtière en marche - un irrésistible phénomène qui, par endroits, efface huit mètres de côte sableuse par an, avale les dunes, sape les falaises et va fatalement obliger certaines implantations à reculer. De l'autre, certains saisissent l'occasion pour tenter de rogner la loi littoral, qui limite les constructions nouvelles dans les communes côtières.
Mardi 31  janvier, l'Assemblée nationale doit examiner en deuxième lecture la proposition de loi sur " l'adaptation des territoires littoraux au changement climatique ", initialement déposée par les députés socialistes Chantal Berthelot (Guyane), Pascale Got (Gironde) et Bruno Le Roux, qui a depuis rejoint le gouvernement. Ce texte, technique, " ni de droite ni de gauche ", comme le rappelle Mme Got, veut fournir des outils juridiques aux élus locaux démunis face à l'effritement de leur rivage, qui menace le bâti en front de mer. Il propose - mais n'impose pas - de créer notamment des baux particuliers pour des durées données. Il ouvre aussi la voie à une indemnisation des occupants de bâtiments condamnés par les assauts de la houle et la montée du niveau de l'océan.


" Dent creuse "
Adoptée en  1986 à l'unanimité, la loi littoral vise essentiellement à protéger du mitage urbain et du bétonnage massif qui a sévi chez certains voisins européens les paysages et les écosystèmes des bords de mer et des grands lacs. Si elle concentre les attaques de certains élus, c'est qu'elle ne se contente pas de défendre rigoureusement une bande large de cent mètres le long du rivage : elle réglemente aussi les zones attenantes.
Ainsi, jusqu'à présent, il n'est pas permis de construire n'importe où sur la lande ou au-dessus d'une calanque hors d'une zone déjà urbanisée ou d'un hameau. Jusqu'à deux kilomètres environ à l'intérieur des terres, il est aussi interdit de combler une " dent creuse " - c'est-à-dire l'interstice compris entre des constructions déjà existantes, maisons ou bâtisses agricoles.
En première lecture, le 11  janvier, la majorité sénatoriale s'est appliquée à enfoncer des coins dans cette loi appréciée des Français. Ses membres y ont introduit suffisamment de dérogations pour vider de leur substance ces dispositions qui empêchent de densifier les côtes. Foin des défis posés par l'érosion, réduits à quelques brefs échanges : les parlementaires ont finalement adopté un amendement ouvrant généreusement les vannes à " la création de zones d'activités économiques " nouvelles, sans garde-fou.
Le sénateur Jérôme Bignon (LR) avait alors prévenu ses " collègues " qu'il se " désolidarisait " de cette initiative. En tant qu'ancien président de l'Agence des aires marines protégées, il ne pouvait pas contribuer à ouvrir la boîte de Pandore.


La réaction ne s'est pas fait attendre. Une pétition intitulée " Ne touchez pas à la loi littoral ! " a enregistré presque 150 000 signatures en quelques jours. Son auteur, Jean-Laurent Félizia (EELV), un jardinier paysagiste conseiller municipal du Lavandou (Var), n'a pas eu de mal à convaincre d'y joindre leurs noms Yann Arthus-Bertrand, Isabelle Autissier, Allain Bougrain-Dubourg, Nicolas Hulot, Corinne Lepage, quelques parlementaires européens et présidents d'associations de défense de l'environnement.


" Je ne suis pas surpris que des élus s'en prennent à la loi littoral, ce n'est pas la première fois, note M. Félizia. Mais là, c'est quand même un comble, alors que l'on cherche justement à établir un cordon sanitaire face à l'érosion ! Ils jouent aux apprentis sorciers face au changement climatique. "
La Fédération des parcs naturels régionaux a elle aussi envoyé un message à l'Assemblée nationale, lui demandant de revenir sur les modifications apportées par le Sénat, car celles-ci donnent " la possibilité de davantage urbaniser le littoral, fragilisant ainsi les équilibres écologiques, socio-économiques et paysagers de ces espaces sous pression ".
Alors que le temps presse pour les côtes les plus vulnérables, Pascale Got a opté pour la recherche de consensus. " Je veux bien faire une avancée sur les constructions en discontinuité pour les activités agricoles, forestières ou ostréicoles afin de faciliter l'installation de jeunes exploitants ; voyons aussi si on peut s'entendre sur la définition de «dents creuses», concède la députée de Gironde. Mais rien de plus. "


" Briser un tabou "
Les députés seront-ils sensibles à ces concessions et aux appels du public ? Lors de la réunion de la commission du développement durable, le 25  janvier, certains à droite ont repris à leur compte les arguments de leurs homologues du Sénat, qui " ont su briser un tabou en revenant sur les contraintes de la loi littoral ", selon Guillaume Chevrollier (LR, Mayenne).


" Il y a une application obsolète " d'un texte vieux de trente ans, sujet à interprétation de la part des juges et qui aurait besoin " non pas d'une remise en cause mais d'une adaptation ", a défendu en substance Jean-Marie Sermier (LR, Jura). Ce dernier a demandé par la même occasion de revisiter la toute récente loi montagne, adoptée en décembre  2016.
La fin de la législature approchant, si les parlementaires se mettent d'accord lors du nouvel examen du texte par le Sénat, prévu le 13 février, la proposition de loi sera adoptée. Dans le cas contraire, Mme Got met en garde les élus tentés par un blocage : " Ils prennent la responsabilité de pénaliser les maires qui attendent des réponses et les propriétaires qui sont en train de perdre leurs biens. "
Martine Valo


 

commentaires

Contre la pollution, Roule & Co a la solution !

Publié le 9 Décembre 2016 par Thierry BILLET

L'actuel niveau de pollution inquiétant n'aura échappé à personne.


Pour contribuer à améliorer la qualité de l'air , Roule & Co lance une nouvelle opération et équipe gratuitement toute la famille pour passer au vélo :

- un vélo en parfait état de fonctionnement pour chaque membre de la famille.
- 1 an d'entretien sur ces vélos.
- 5h de vélo-école pour chacun, pour apprendre à rouler sereinement et en toute sécurité.

En contrepartie et pour prouver votre engagement, vous nous donnez la voiture dont vous vous servez au quotidien, quel que soit son carburant et son âge.
Celle-ci sera désossée, recyclée et finira peut-être en vélo ... !

Et comme Roule & Co agit sur le fond et pas uniquement durant les épisodes de pollution médiatisés, cette opération aura cours sur toute l'année 2017.

Soyez acteur de l'avenir de votre lieu de vie, Roule & Co vous y aide !

commentaires

Publié le 8 Décembre 2016 par Thierry BILLET

commentaires

L'Isernon ouvre le bal de la rénovation thermique

Publié le 7 Décembre 2016 par Thierry BILLET

"J'écorénove ma copro" : l'Isernon ouvre le bal !

06/12/2016

Lundi 5 décembre, Jean-Luc Rigaut, maire d’Annecy ,et Thierry Billet, maire-adjoint chargé de l’environnement, étaient aux côtés des copropriétaires de l’Isernon pour la réception des travaux de rénovation énergétique.

Cet immeuble de 52 logements situé chemin de la Croix-Rouge est en effet le premier à avoir bénéficié du dispositif « J’écorénove ma copro », une initiative innovante mise en place par la Ville d’Annecy pour agir sur la consommation d’énergies fossiles.

commentaires

Perturbateurs endocriniens, agissons !

Publié le 3 Décembre 2016 par Thierry BILLET dans Environnement

 

Halte à la manipulation de la science !

Près de cent scientifiques demandent à l'Europe et à la communauté internationale d'agir contre les perturbateurs endocriniens. Ils dénoncent la fabrication du doute par les industriels, déjà à l'oeuvre dans la lutte contre le changement climatique

Depuis des décennies, la science est la cible d'attaques dès lors que ses découvertes touchent de puissants intérêts commerciaux. Des individus dans le déni de la science ou financés par des intérêts industriels déforment délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse. Cette manufacture du doute a retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la santé des populations et l'environnement.

Les " marchands de doute " sont à l'oeuvre dans plusieurs domaines, comme les industries du tabac et de la pétrochimie ou le secteur agrochimique. A elle seule, l'industrie pétrochimique est la source de milliers de produits toxiques et contribue à l'augmentation massive des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique, à l'origine du changement climatique.

La lutte pour la protection du climat est entrée dans une nouvelle ère avec l'accord de Paris de 2015, malgré la farouche opposition de climatosceptiques sourds au consensus établi par les scientifiques engagés pour travailler dans l'intérêt général. Une lutte comparable fait rage autour de la nécessaire réduction de l'exposition aux perturbateurs endocriniens. La Commission européenne s'apprête à mettre en place la première réglementation au monde sur le sujet. Bien que de nombreux pays aient également manifesté leur inquiétude à l'égard de ces produits chimiques, aucun n'a instauré de réglementation qui les encadrerait globalement.

Jamais l'humanité n'a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal : cancers du sein, du testicule, de l'ovaire ou de la prostate, troubles du développement du cerveau, diabète, obésité, non-descente des testicules à la naissance, malformations du pénis et détérioration de la qualité spermatique. La très grande majorité des scientifiques activement engagés dans la recherche des causes de ces évolutions préoccupantes s'accordent pour dire que plusieurs facteurs y contribuent, dont les produits chimiques capables d'interférer avec le système hormonal.

Des sociétés savantes signalent que ces produits chimiques, appelés les perturbateurs endocriniens, constituent une menace mondiale pour la santé. Parmi ceux-ci : les retardateurs de flamme présents dans les meubles et l'électronique, les agents plastifiants dans les matières plastiques et les produits d'hygiène, ou encore les résidus de pesticides dans notre alimentation. Ils peuvent interférer avec les hormones naturelles lors de périodes critiques du développement, pendant la grossesse ou la puberté, lorsque notre organisme est particulièrement vulnérable.

Une réglementation nécessaire

On ne peut faire face à ce fardeau croissant de maladies à l'aide de meilleurs traitements médicaux : non seulement ces traitements n'existent pas toujours, mais les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé sont bien souvent irréversibles. Les possibilités de réduire notre exposition à un niveau individuel en évitant certains produits de consommation sont, elles aussi, limitées. La plupart de ces substances atteignent notre organisme par le biais de notre alimentation.

Seule solution pour enrayer la hausse des maladies liées au système hormonal : prévenir l'exposition aux produits chimiques à l'aide d'une réglementation plus efficace. Or le projet d'établir une réglementation de ce type dans l'Union européenne est activement combattu par des scientifiques fortement liés à des intérêts industriels, produisant l'impression d'une absence de consensus, là où il n'y a pourtant pas de controverse scientifique. Cette même stratégie a été utilisée par l'industrie du tabac, contaminant le débat, semant le doute dans la population et minant les initiatives des dirigeants politiques et des décideurs pour développer et adopter des réglementations plus efficaces.

Les discussions sur le changement climatique et sur les perturbateurs endocriniens ont toutes deux souffert de cette déformation des preuves scientifiques par des acteurs financés par l'industrie. La plupart des scientifiques pensent qu'exprimer publiquement leur point de vue sur des questions politiques et participer aux débats de société pourrait compromettre leur objectivité et leur neutralité. Ce serait effectivement inquiétant si nos opinions politiques obscurcissaient notre jugement scientifique. Mais ce sont ceux qui nient la science qui laissent leurs opinions politiques obscurcir leur jugement. Avec, pour conséquence, des dommages irréparables. La manipulation de la science concernant les effets de la fumée du tabac a coûté des millions de vies.

Nous considérons qu'il n'est plus acceptable de nous taire. En tant que scientifiques, nous avons en fait l'obligation de participer au débat et d'informer le public. Nous avons la responsabilité de rendre visibles les implications de nos travaux pour la société et les générations futures, et d'attirer l'attention sur les graves dangers qui nous menacent. Les enjeux sont importants, et l'action politique pour endiguer l'exposition aux perturbateurs endocriniens et les conséquences des émissions de gaz à effet de serre est devenue une urgence.

Scientifiques spécialistes des perturbateurs endocriniens ou du changement climatique, nous avons uni nos forces, car un grand nombre d'actions essentielles à la limitation des effets des perturbateurs endocriniens contribueront également à lutter contre le changement climatique. La plupart des substances chimiques synthétisées par l'homme sont des dérivés de combustibles fossiles produits par l'industrie pétrochimique. Une réduction de la quantité de pétrole raffiné permettra aussi de réduire la quantité de sous-produits utilisés dans les plastiques et celle de plastifiants : ces produits chimiques compromettent la santé reproductive masculine et contribuent au risque de certains cancers.

Une réduction de la dépendance aux combustibles fossiles et un encouragement au développement des énergies alternatives entraîneront non seulement une baisse des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de celles de mercure. Le mercure, un contaminant issu du charbon, émis dans l'air et accumulé dans le poisson, finit par atteindre nos organismes et compromet le développement du cerveau.

Créer l'équivalent du GIEC

Bien que de nombreux Etats aient exprimé la volonté politique de traiter le problème des gaz à effet de serre, la traduction des connaissances scientifiques sur le changement climatique en action politique effective a été bloquée, notamment à cause de la désinformation du public et des dirigeants. Les gouvernements sont déjà en retard. Il est important de ne pas répéter ces erreurs avec les perturbateurs endocriniens, et d'apprendre de l'expérience des scientifiques du climat et de la recherche en santé publique.

La Commission européenne a l'occasion de choisir des instruments de réglementation qui pourront fixer de nouveaux standards pour le monde entier afin de nous protéger des effets nocifs des perturbateurs endocriniens. Nous sommes cependant préoccupés par les options réglementaires que propose aujourd'hui la Commission, très éloignées des mesures nécessaires pour protéger notre santé et celle des générations futures. Les options proposées pour identifier les perturbateurs endocriniens requièrent un niveau de preuve bien plus élevé que pour d'autres substances dangereuses, comme celles cancérigènes. Dans la pratique, il sera très difficile de reconnaître une substance dangereuse comme perturbateur endocrinien dans l'Union européenne.

Des actions urgentes sont nécessaires sur les deux thèmes. Pour cette raison, nous appelons à la mise en oeuvre de mesures qui s'attaqueraient aux perturbateurs endocriniens et au changement climatique de façon coordonnée. Un moyen efficace pourrait être la création, sous les auspices de l'Organisation des Nations unies, d'un groupe ayant le même statut international et les mêmes prérogatives que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Ce groupe serait chargé d'évaluer les connaissances scientifiques destinées aux responsables politiques dans l'intérêt général et mettrait la science à l'abri de l'influence des intérêts privés. Nous le devons aux générations qui vivront demain.

Collectif

commentaires

NATURA 2000, marais de l'enfer

Publié le 1 Décembre 2016 par Thierry BILLET

Réunion du Comité de pilotage "NATURA 2000" du marais de l'enfer à SAINT JORIOZ que je préside pour faire le point annuel des problèmes rencontrés et des actions engagées dans le marais financés par des fonds européens au titre de la directive "HABITAT" de l'Union européenne.

Ces réunions associent autour du SILA qui anime l'action territoriale sur ce secteur et d'ASTERS qui assure la gestion du site, les associations de défense de l'environnement, les pêcheurs, les chasseurs, le conservatoire du littoral, les propriétaires fonciers, l'agriculteur qui cultive une partie du terrain concerné, etc.

Ce secteur est devenu un lieu de repli du gros gibier (cerfs, sangliers,...) lorsque la chasse commence; ce qui pose des problèmes de sécurité sur la route toute proche. Si le nombre d'accidents est plus faible que dans le secteur de DOUSSARD, il devient préoccupant et les efforts des chasseurs sont insuffisants pour réduire la présence des sangliers.

Les aménagements piétons réalisés par le conservatoire du littoral sur la digue à Caillès demandent à être entretenus et mieux compris par certains usagers : le vélo est bienvenu sur la voie verte, mais pas sur le cheminement.

L'ensemble des questions soulevées sur la baignade ou sur la superposition de mesures d'origine différente sera étudié au cours de l'année 2017 avec la rédaction d'un plan de gestion global du marais de l'enfer qui sera ensuite partagé par tous les services en charge de la protection du marais. Il sera co-construit avec toutes les parties prenantes de l'exploitation et de la protection du marais. Un bel exemple de collaboration territoriale sur un espace qui est l'un des rares espaces ouverts entre le SEMNOZ et le lac, véritable coupure verte qu'il convient de faire vivre pour mieux la protéger.

 

commentaires