Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

ACCOYER, les dégâts du progrès

Publié le 27 Décembre 2013 par Thierry BILLET

Eric FERAILLE, président de la FRAPNA, nous alerte sur le projet de loi déposé par des parlementaires UMP pour "déconstitutionnaliser" le principe de précaution. Rappelons que c'est sur la base de ce texte que la Ville d'ANNECY avait obtenu du Conseil d'Etat en octobre 2008 que la loi LITTORAL ne soit pas modifiée.  Peut-être une des raisons de l'obstination de Bernard ACCOYER de remettre en cause ce principe de précaution dont l'utilité juridique demeure limitée par la timidité du Conseil d'Etat, mais qui, symboliquement, demeure essentiel dans de nombreux débats sur l'état de l'environnement. ACCOYER n'a sans doute jamais lui le livre de la  CFDT "Les dégâts du progrés", qui nous alertait il y a 30 ans sur les conséquences du productivisme... Puis-je me permettre de lui conseiller de le lire ?

Ni Martial SADDIER, ni Lionel TARDY n'ont signé ce document, ouf !

 

Chers amis,
Arguant du fait que le principe de précaution est un frein au "progrès", notre ex-Ministre du budget Eric WOERTH s'illustre dans une croisade anti-environnementale. Ralliant un quarteron de députés, il a déposé une proposition de loi dont l'intitulé a le mérite de la clarté : Proposition de loi constitutionnelle visant à ôter au principe de précaution sa portée constitutionnelle. Nous ne sommes pas surpris de trouver parmi les signataires rhônalpins Bernard ACCOYER (Haute-Savoie), Hervé GAYMARD (Savoie) ou Charles DE LA VERPILLIERE (Ain), qui ont le mérite de la constance de leur position ! Il est par contre plus étonnant de trouver parmi les signataires Damien ABAD et Etienne BLANC, deux députés de l'Ain s'affichant comme farouchement opposés à l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels dans leur circonscription. Nous y trouvons aussi avec surprise le député de l'Isère Alain MOYNE-BRESSAN qui nous fit l'honneur de sa présence aux 40 ans de la FRAPNA...
Cette gesticulation parlementaire est à mettre dans un contexte global de tentative de "détricotage" des avancées environnementales majeures de la dernière décennie, à savoir la Charte constitutionnelle puis les lois Grenelle. Ces mêmes députés, qui appartenaient à la majorité de l'époque, ont pourtant voté à la fois la Charte et les lois Grenelle, et ce sont ces mêmes députés qui ont le culot de se demander pourquoi les citoyens ne font plus confiance aux politiques ? Eh bien, la réponse est là, criante : lorsqu'on tient un double langage, lorsque que l'on s'oppose à l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels dans sa circonscription et que l'on attaque le principe de précaution à Paris, comment être crédible ? Et cela vaut aussi bien à droite qu'à gauche. Qui a oublié le spectaculaire revirement d'Arnaud MONTEBOURG, qui fut un des champions de la lutte contre l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels et qui plaide maintenant avec ardeur pour leur exploitation ?
Il est toutefois rassurant de constater que la majorité des parlementaires d'opposition de notre région ne s'est pas ralliée à cette proposition d'Eric WOERTH. C'est aussi l'occasion de nous rappeler qu'à l'UMP comme au PS, il y a des députés sincèrement convaincus de la gravité de la crise environnementale et de la nécessité d'un cadre législatif pour protéger les populations des dommages collatéraux des activités lucratives. C'est bien là le but du principe de précaution, Mesdames et Messieurs les parlementaires et élus de tous bords : protéger les populations. Oui, vous avez bien lu, c'est de l'Homme qu'il s'agit et pas de la protection des petits oiseaux et des petites fleurs à laquelle on aime tant nous réduire !
Eric FERAILLE
Président régional FRAPNA

 

Signataires
Haute-Savoie : Bernard ACCOYER, Marc FRANCINA, Sophie DION.

Commenter cet article