Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Macro région alpine

Publié le 3 Février 2014 par Thierry BILLET

Semaine dernière intégralement hélvético-autrichienne pour une réunion de travail avec le Secrétaire général du secrétariat permanent de la Convention alpine à INNSBRUCK, suivie d'un séminaire sur la neutralité carbone dans les ALPES à BRIG et de l'assemblée générale bi-annuelle de l'association des Villes des Alpes que je préside depuis quelques mois.

Markus REITERER, le secrétaire général de la Convention alpine nous a reçus dans ses bureaux du coeur de ville d'INNSBRUCK, pour un échange de vues sur la collaboration entre le secrétariat permanent qui est missionné par les pays signataires de la Convention alpine pour animer la vie de la Convention et les associations de communes initiées par la CIPRA (commission internationale pour la protection des alpes) : "Alliance dans les Alpes" et "Villes des Alpes de l'année".

Le secrétariat travaille notamment sur la "commande" de l'Union européeenne de la mise en place d'une "macro région" alpine de manière à y définir les axes stratégiques d'aménagement du territoire souhaités par la Commission européenne et les Etats.

La question de l'association de la société civile à ces travaux est au coeur des discussions préliminaires. Si les pays de langue germanophone sont d'accord sur le principe d'un statut d'observateur à la société civile, la FRANCE semble s'y opposer. Cela ne me surprend plus tant la différence de fonctionnement de la démocratie française jacobine et centralisée et celui des pays déconcentrés comme l'AUTRICHE, l'ALLEMAGNE et la SUISSE me saute aux yeux depuis que je travaille avec la CIPRA. Pour ces pays, la classe politique, même la plus conservatrice, n'imagine plus de pouvoir décider sans qu'une concertation préalable élargie n'ait eu lieu.

Le compromis est leur régle : il faut donc écouter, débattre et ensuite décider en ayant le maximum de chances que la décision prise soit appliquée. A peu près l'inverse de la FRANCE où tout est prétexte à décision rapide, mais jamais évaluée ni même souvent mise en oeuvre...





Commenter cet article

René JULIEN 03/02/2014 18:50


Esr ce que la commission européenne associe la société civile à la définition de la commande qu'elle passe pour les axes stratégiques de développement de cette macro " région" alpine ?...