Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

"Des hommes", la guerre d'Algérie, mon père

Publié le 28 Juillet 2011 par Thierry BILLET in C'est personnel

Je vous ai dit le choc qu'avait été la lecture de "Ce que j'appelle oubli" de Laurent MAUVIGNIER :

Choc littéraire : MAUVIGNIER !

Je viens de dévorer "Des hommes", son roman précédent sur les appelés du contingent envoyés en ALGERIE.

La même écriture vibrante, le même foisonnement d'images, l'immédiateté de l'écriture en phase avec la pensée du personnage, la polyphonie des expressions...

Et puis cette histoire du traumatisme profond vécu par les appelés du contingent lors des "événements d'ALGERIE" où l'on envoya des appelés pour des années de combats où certains durent faire et/ou subir les pires atrocités.

Cette lecture a fait remonter à ma mémoire deux souvenirs très personnels.

Celui de mon père d'abord, appelé en ALGERIE, qui jamais n'évoqua cette période de sa vie pourtant nécessairement douloureuse puisque je suis né quand il était là-bas et qu'il a dû rester 18 mois en ALGERIE malgré cela. La biographie de ma mère m'a rappelé que je reconnaissais ses lettres aux flammes militaires de l'affranchissement. Si petit je n'en suis pas sûr, peut-être la volonté de ma mère d'enjoliver cette période si difficile pour elle, seule au travail avec un bébé et son mari dans un pays en guerre. Peut-être est-ce, avec le souvenir de l'occupation, ce qui l'a rendue aussi europhile pour éviter la guerre ?

Et le souvenir du PSU, ensuite, de ses militants que j'ai rejoints en 1973 et qui étaient - pour les plus anciens d'entre eux - issus du PSA (parti socialistes autonome qui avait quitté la SFIO), des réseaux Jeanson ou des amis de Témoignage Chrétien. Ils avaient fait leurs classes militantes contre la guerre d'ALGERIE et avaient vécu la sale guerre intérieure de Maurice PAPON, le massacre de CHARONNE en 1961, etc. Ces militants exemplaires ont marqué mes premières années d'engagement politique et je garde pour eux une amitié et une estime filiales.

Lisez MAUVIGNIER !

Commenter cet article