Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

La redevance sur le trafic des poids lourds (RPLP) en Suisse

Publié le 9 Mars 2010 par Thierry BILLET in Environnement

 

Neuf ans après l'introduction de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations RPLP sur les routes suisses, l'Office fédéral du développement territorial ARE fait le point.


Le rapport " Equitable et efficiente - La redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) en Suisse " montre que l'efficience du transport par poids lourds a pu être massivement accrue grâce à la RPLP et au relèvement de la limite de poids à 40 tonnes pour les poids lourds et les trains routiers instauré simultanément.


Toutefois, le pourcentage du transport de marchandises par le rail n'a pas subi de changement considérable malgré la hausse des coûts de transport routier des marchandises.


Selon le rapport, de 2001 à 2006, le nombre de poids lourds acheminant des marchandises à travers les Alpes est passé de 1 400 000 à 1 180 000. Une diminution confirmée par Alf Arnold, directeur de l'association " Initiative des Alpes ". Interrogé sur la question, A. Arnold a toutefois indiqué que depuis l'ouverture du tunnel routier du St- Gothard en 1980, le train avait perdu,1 à 2 % de part de marché par an dans le secteur du transport de marchandises.


Et d'ajouter : " La tendance est à l'augmentation de la part de marché de la route. La RPLP et le relèvement du poids maximum autorisé n'ont amorti que provisoirement la hausse du transport de marchandises par la route ".


En 2007 et 2008, le nombre de trajets effectués à travers les Alpes serait de nouveau reparti à la hausse, ce qui est d'ailleurs confirmé par le rapport. A. Arnold a pronostiqué une perte massive du train dans la part de marché totale. Les mesures centralisées pour contrer la tendance actuelle seraient l'introduction rapide de la bourse de transit alpin et le nouveau calcul de la RPLP. Les coûts externes, notamment les coûts climatiques, devraient faire l'objet d'un nouveau calcul et la compensation de la hausse des prix devrait être prise en compte.

Qu'attend la FRANCE pour engager une telle démarche, qui devrait trouver sa cohérence dans une démarche européenne ?


Rapport à télécharger : http://www.are.admin.ch/dokumentation/ publikationen/00080/index.html?lang=fr (de/fr/en)

Autre source : http://www.initiative-des-alpes.ch (de/fr/it/en)

Commenter cet article