Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

comment rester écolo dans devenir dépressif ?

Publié le 15 Août 2020 par Thierry BILLET

commentaires

Parc des sports, mise au point de Jean-Luc RIGAUT

Publié le 14 Août 2020 par Thierry BILLET

Objet: Parc des sports d’Annecy
Monsieur le Maire,
 
En lisant la presse du 12/08, je lis vos propos accusatoires  concernant l’état du parc des sports d’Annecy.
 
En effet vous dites : «Le parc des sports a été construit en 1963. Depuis rien a été fait en termes de travaux. Ce que nous vivons aujourd’hui est le résultat d’une mauvaise gestion des infrastructures depuis des dizaines d’années. »
 
Je tiens donc, par ce courrier ouvert, à faire le point sur la situation et l’état du parc des sports afin que chacun soit bien informé de la situation, et éviter qu’une décision de fermeture trop hâtive par manque de connaissance vienne priver les Annéciens et les associations sportives utilisatrices du stade et de ses installations.
 
Le parc des sports est un équipement vieillissant, identifié comme patrimoine architectural du XXe siècle par son type de construction en béton armé et béton précontraint, et qui mérite d’être progressivement modernisé et adapté aux besoins des associations sportives.
 
En 1996, suite au séisme qui a touché Annecy, une inspection complète de l’ouvrage a eu lieu, et il a été déclaré en bon état d’usage.
 
En 2001, l’étanchéité des deux auvents a été réalisé, afin de stopper la calcification progressive du béton.
Une vérification récente, en juillet dernier, a montré qu’elle est toujours en bon état.
 
En 2010, des travaux de rénovation des vestiaires et de différents locaux ont eu lieu pour accueillir l’ETG et permettre l’homologation du stade pour des matchs de foot de L2. Des reprises de béton ont été réalisées sur les bandes de rive des auvents. Le cabinet SOCOTEC a attesté du bon état de l’ouvrage.
 
En 2011, divers travaux complémentaires pour l’homologation du stade en L1 ont été réalisés pour améliorer le fonctionnement des installations.
 
En 2015, un projet global de réhabilitation et modernisation du parc des sports a été réalisé par la ville, en partenariat étroit avec les associations sportives utilisatrices, avec un objectif de mise en œuvre progressive sur plusieurs années.
Ce projet a été arrêté avec la création de la commune nouvelle, nécessitant des investissements plus urgents sur des équipements des différentes communes déléguées. Il est toujours d’actualité.
 
En juillet 2019, le cabinet SOCOTEC, mandaté par la ville, a établi le rapport de vétusté du parc des sports, obligatoire pour tous les équipements publics importants de plus de 10 ans.
Elle a alors classé le stade en catégorie C: établissement en état d’usage; et a recommandé des points de suivi complémentaires pour surveiller les traces de dégradations.
 
Au printemps 2020, la ville a saisi la commission d’homologation et de sécurité pour que le stade soit apte à accueillir le football club d’Annecy évoluant maintenant au niveau National.
 
Le 24 juin 2020 cette commission d’homologation s’est réunie et a donné un avis défavorable, demandant des diagnostics et études complémentaires.
La ville s’est immédiatement engagée à faire faire cela par le bureau d’études EGIS, spécialisé en structures bétons, et a demandé à ce que la commission puisse se réunir de nouveau avant la fin août.
 
Le 15 juillet 2020, le bureau d’études EGIS/Plantier a rendu son diagnostic dont les conclusions figurent en page 26 :
 
« le rapport « état de conservation » de Socotec préconise un suivi et un diagnostic de certains éléments. Ce présent rapport répond à cette préconisation en proposant un suivi par instrumentation automatique et un programme de diagnostic du béton.
Aucun élément n’a été coté D , c’est-à-dire dégradations apparentés nécessitant l’engagement de travaux de confortement.
Il est donc proposé de déclencher le programme de suivi et de diagnostic, avant de déterminer un programme de travaux de réparation ponctuel.
....A l’issue de la réalisation de ce programme, une réunion de restitution est proposée, envisagée à l’automne 2020 avec les parties prenantes. ».
 
Le 20 juillet 2020, le cabinet EGIS écrit un complément à son rapport du 15 juillet et précise :
« à ce jour les désordres ayant pu être observés lors de la visite, sur le matériau béton, sont superficiels et n’impliqueraient à court terme qu’un risque de chute de petits éléments de béton ( d’ordre centimétrique).
La partie de l’ouvrage en béton précontraint… devra être diagnostiquée comme indiqué dans le rapport…en vue d’une première vérification de leur bon comportement puis d’un éventuel recalcul si des anomalies apparaissaient (fissuration verticale notamment). ».
 
Enfin le 30 juillet 2020, le cabinet SOCOTEC donne son avis technique de l’examen du rapport EGIS du 15 juillet et conclu en page 3 de son rapport :
« les observations du rapport EGIS sont similaires aux observations du rapport de vétusté SOCOTEC du 26 juillet 2019.
....Le rapport EGIS du 15 juillet 2020....proposant une instrumentation des fissures et un diagnostic de pathologie de béton permet de confirmer la bonne prise en compte des avis concernant les éléments structurels faisant l’objet d’une cotation de vétusté C dans notre rapport du 26 juillet 2019. ».
 
Vous comprendrez donc qu’à la lecture de tous ces éléments, je vous demande de reconsidérer votre position de fermeture, prise probablement à la hâte par principe d’ultra précaution et manque de connaissance de la situation.
 
Je ne peux en effet accepter, en tant qu’ancien maire, encore responsable au nom des élus qui m’ont accompagné et du personnel municipal qui a fait son travail, de voir priver les Annéciens et les associations sportives de cet équipement indispensable à la vie de la ville, alors que la stabilité de la structure est bien garantie.
 
Je vous demande donc de bien vouloir solliciter Monsieur le préfet pour provoquer une réunion de la commission d’homologation de sécurité pour la semaine prochaine, afin d’obtenir son avis à la lecture de l’ensemble des rapports et diagnostics complémentaires effectués, (maintenant la cotation C de l’équipement), et permettant donc la reprise des activités sportives, et notamment un début serein du championnat de national pour le football club d’Annecy.
 
Toutefois, et par mesure de sécurité dans l’attente du résultat des mesures d’instrumentation des fissures des auvents, je vous suggère de maintenir interdit au public l’accès des tribunes couvertes, celui-ci pouvant très bien s’installer dans les virages, sur les sièges découverts.
 
Me tenant à votre disposition et en vous remerciant, veuillez recevoir Monsieur le maire l’expression de mes salutations.
 
Jean Luc RIGAUT
commentaires

L2132-5 du code général des collectivités

Publié le 13 Août 2020 par Thierry BILLET

Je viens d'adresser au Maire d'ANNECY un courrier sur le fondement de l'article L2132-5 du CGCT qui dispose : « Tout contribuable inscrit au rôle de la commune a le droit d'exercer, tant en demande qu'en défense, à ses frais et risques, avec l'autorisation du tribunal administratif, les actions qu'il croit appartenir à la commune, et que celle-ci, préalablement appelée à en délibérer, a refusé ou négligé d'exercer. »

En effet, le maire a été " informé par la protestation électorale de Monsieur Jean-Luc RIGAUT de l’utilisation par Monsieur * de la photocopieuse que la Ville d’ANNECY met à disposition de la MJC de MEYTHET et dont elle paie l’ensemble des frais de fonctionnement." pour imprimer un tract électoral appelant à voter pour RÉVEILLONS ANNECY sous l'intitulé "guide de survie à la réélection de Jean-Luc RIGAUT" à plusieurs milliers d'exemplaires.

Sur cette base juridique, j'ai demandé au Maire de bien vouloir "formaliser auprès de Monsieur * une demande de remboursement du coût de l’usage de la photocopieuse de la Ville qui a donné lieu à une convocation de ce dernier par la MJC et au dépôt d’une main courante."

Un rejet tacite ou explicite me conduirait à saisir le Tribunal administratif de GRENOBLE d’une contestation de cette décision ; ce qui conduirait à devoir réunir spécialement sur ce sujet le conseil municipal d’ANNECY en application de l’article L 2132-6 du code général des collectivités territoriales.

 

commentaires

Un pilote pour l'aéroport

Publié le 8 Août 2020 par Thierry BILLET

La question du transport aérien a mobilisé les écologistes quant à son impact carbone. On s'attendait donc à ce que RÉVEILLONS ANNECY prenne à bras le corps la question de l'aéroport de MEYTHET. Et bien ils l'ont fait en mandatant ... un pilote propriétaire d'un avion de tourisme au comité de suivi des nuisances de l'aéroport qui rassemble les associations et riverains en la personne de Monsieur TOE !

Comme pour l'interdiction de la chasse sur le SEMNOZ où ils ont mandaté la fille du Président des chasseurs; ils ont désigné un pilote et fervent défenseur de l'usage de l'aéroport pour limiter les nuisances de l'aviation...

Soit, c'est l'art du contrepied; soit c'est l'incohérence politique complète.

Le plus pertinent est sans doute à chercher dans la sociologie trentenaire et urbaine de centre-ville de la liste RÉVEILLONS ANNECY qui se laisse rouler dans la farine par méconnaissance du territoire et de ses enjeux par ANNECY RESPIRE.

Sombres perspectives pour l'écologie.

 

commentaires

Un contre feu en forme de pétard mouillé

Publié le 3 Août 2020 par Thierry BILLET

Et voici qu'un "collectif citoyen" saisit diverses institutions d'un signalement concernant l'envoi des SMS pendant la campagne municipale. Le Dauphiné s'en fait l'écho sans vérifier l'information auprès de JLR... Et l'inénarrable Gérard FUMEX annonce que cela a été réalisé "avec la complicité de Thierry BILLET". Ce misérable contre feu ouvert par REVEILLONS ANNECY pour qu'ANNECY RESPIRE n'est qu'un pétard mouillé. 

Les numéros utilisés ont été collectés avec l'autorisation des personnes concernées en vue de leur utilisation par une société spécialisée qui les loue ensuite pour des campagnes de communication ciblées notamment géographiquement. Les personnes concernées ont oublié qu'elles avaient autorisé l'utilisation de leur numéro de téléphone; mais la société prestataire de service a la preuve bien entendu de leur acquiescement.

Ils peuvent d'ailleurs demander en répondant "info" au SMS reçu pour obtenir immédiatement le renseignement concernant la collecte de son numéro de téléphone.

De la même manière en répondant "STOP", le numéro est supprimé par le prestataire sans délai.

Eric PIOLLE a utilisé cette méthode à GRENOBLE pour ne donner que cet exemple comme le précise le même DAUPHINE LIBERE le 26 juin 2020 :

https://www.ledauphine.com/politique/2020/06/26/grenoble-ils-recoivent-un-sms-les-incitant-a-voter-signe-eric-piolle

Le coût de cette communication est intégré dans le compte de campagne de JLR comme c'est la loi; et le fichier est bien entendu déclaré par le prestataire à la CNIL et soumis à la réglementation générale pour la protection des données (RGPD). Il y a quelques semaines, Mme LARDET nous accusait d'avoir utilisé les fichiers municipaux; ce qui était diffamatoire et elle n'utilise plus cette allégation mensongère de crainte d'une procédure pénale. On change donc d'orientation en organisant un buzz médiatique sur la saisine de différentes institutions.

Gageons que ce "collectif citoyen" ne communiquera pas sur le résultat de ces démarches vouées à l'échec.

Plutôt que d'allumer des pétards mouillés, Madame LARDET et Monsieur ASTORG devraient se concentrer sur les réponses à apporter à notre protestation électorale pour laquelle le délai de 5 jours qui leur était imparti pour présenter leur argumentation est dépassé. Et notre avocat n'a toujours pas reçu leur(s) mémoire(s) en réplique. 

commentaires

Mme LARDET, le 23 mai 2019 et l'article L52-8 du code électoral

Publié le 1 Août 2020 par Thierry BILLET

C'est un article qui dresse le portrait de l'ami Jean-Charles VANDENAABELE et c'est dans le FAUCIGNY daté du jeudi 23 mai 2019. Au détour d'un paragraphe, on peut lire : "Le téléphone sonne durant l'entretien. Un assistant parlementaire de la députée Frédérique LARDET, candidate déclarée aux prochaines municipales, veut prendre rendez-vous." Et l'article enchaîne sur les élections municipales puisque l'objet du RV était évidemment la préparation des élections municipales. Une preuve de plus de l'utilisation permanente par Mme LARDET des moyens parlementaires pour sa campagne municipale depuis a minima le 23 mai 2019. Et une pièce de plus pour la saisine de la Commission nationale des comptes de campagne puisque le compte de campagne du premier tour de ANNECY RESPIRE a dû être déposé le 10 juillet au plus tard. Vient maintenant le temps de la vérification et de l'examen par la CNCC des preuves accumulées sur l'utilisation de la permanence parlementaire, des assistants parlementaires, du courriel officiel de l'assemblée, etc. pour conduire la campagne municipale à ANNECY.

MEDIAPART, à propos de la députée LREM Laëtitia AVIA, rappelle :

"Cette pratique est pourtant interdite à la fois par le règlement de l’Assemblée, par le guide de la Commission nationale des comptes de campagne et par le code électoral. « Les permanences parlementaires sont consacrées au travail parlementaire du député et non à ses campagnes électorales, et aucun parlementaire n’est censé ignorer cette règle », explique la Commission nationale des comptes de campagne à Mediapart. Et de rappeler : « Cela est contraire à l’article L52-8 du code électoral, qui précise que l’argent des personnes morales ne peut intervenir dans une campagne électorale. »

Le plus étonnant dans cette violation caractérisée du code électoral par une parlementaire en charge de voter la loi, c'est que le groupe LREM de l'assemblée nationale avait pris soin d'organiser une formation pour attirer l'attention des députés candidats aux municipales sur l'illégalité de ces pratiques. Mme LARDET avait donc pleinement conscience qu'elle violait le code électoral en agissant de la sorte.

commentaires

Un chasseur sachant chasser

Publié le 31 Juillet 2020 par Thierry BILLET

Il faut saluer à sa juste valeur la performance de l'ami André MUGNIER, président de la fédération des chasseurs de la HAUTE SAVOIE et colistier et maire-adjoint de Jean-Luc RIGAUT depuis 2007. JLR ne l'ayant pas reconduit en 2020, c'est sa fille Magali qui a repris le flambeau sur la liste de Mme LARDET avec le soutien d'André. Et qui est maintenant maire-adjoint en charge de l'environnement, le poste qu'occupait justement André de 2007 à 2014... Et cela grâce aux "écolos" de la liste RÉVEILLONS ANNECY... qui promettaient d'interdire la chasse sur le SEMNOZ dans leur programme...  Chapeau l'artiste !

commentaires

Election du bureau du GRAND ANNECY

Publié le 17 Juillet 2020 par Thierry BILLET

Jean-Luc RIGAUT n'a pas été élu président du GRAND ANNECY hier soir. Gueule de bois assurée pour Jean-Luc. Les contacts préalables lui assuraient une majorité. Mais une dizaine d'élus n'ont pas tenu leurs engagements, attirés par des promesses de postes sans doute. Les promesses n'engagent que ceux qui les croient, JLR l'a subi hier soir. Ce n'est que partie remise.

Mais nombre de ces promesses de postes de vice-présidents ne furent pas tenues par Mme LARDET dont les candidats pressentis ont été régulièrement battus comme Messieurs LECONTE & PONCET  ou Mme GREBERT.

Attardons nous un peu sur cette vice-présidence air-climat-énergie promise à cette conseillère régionale qui avait dû faire la promesse en 2015 de n'avoir que ce mandat électifs. Mais surtout sur le désaveu que lui a infligé le conseil communautaire en lui préférant Marc ROLIN, maire de DUINGT, sur ce poste éminemment stratégique pour des écologistes et pour la planète. Mme GREBERT- que l'on peut situer politiquement à l'extrême gauche ce qui n'est pas une insulte à mes yeux - a fait les frais de ses déclarations à l'emporte pièces, mais aussi de la palinodie magnifique consistant à déclarer que Mme LARDET a voté au Parlement tout ce que Mme GREBERT condamne (retraites, environnement, pesticides, etc.); mais que comme Mme LARDET devait démissionner de son mandat de députée si elle était élue au GRAND ANNECY, elle ne pourrait plus les voter puisqu'elle ne serait plus députée... Et donc qu'il n'y avait pas de problème quant à ces votes de Mme LARDET députée qui seraient "blanchis" par son action locale. Ce genre de déni à l'intelligence se paie toujours à un moment donné. Ce fut ce jeudi soir pour Mme GREBERT et je n'en suis pas fâché.

Il reste à Marc ROLIN à s'emparer de ces sujets nouveaux pour lui et de faire voter au plus vite le PCAET que nous avons préparé et que l'autorité environnementale a validé. Quant à l'exemplarité, on ne peut que s'étonner de l'armée mexicaine mise en place pour piloter l'agglomération avec une trentaine d'élus aux fonctions farfelues et/ou redondantes (Infrastructures et tramway par exemple comme si l'infrastructure unique de ce mandat n'était pas le tramway) ou un conseiller délégué à l'évaluation des politiques publiques qui aura du mal à justifier ses indemnités... quand il ne faudra pas leur apprendre très vite les limites géographiques du GRAND ANNECY que certains ignoraient ce matin au premier bureau.

Les déclarations sur l'éthique en politique s'effondrent en 3 semaines devant les indemnités importantes à se partager. Je me rappelle quand, avec Jean-Louis Molié, nous reversions toutes nos indemnités aux VERTS pour payer le loyer du local de la rue Jules BARUT et je me regarde fièrement dans ma glace.

Et bravo à Denis DUPERTHUY pour son élection de vice-président aux Finances d'où il pourra pointer les errements d'une mandature qui commence dans la confusion.

commentaires

Avis de l'autorité environnementale sur le plan climat du GRAND ANNECY

Publié le 13 Juillet 2020 par Thierry BILLET

On se souvient que les futurs candidats REVEILLONS ANNECY n'avaient pas voté notre Plan climat air énergie territorial du GRAND ANNECY, le trouvant "trop ambitieux"...La mission régionale d'autorité environnementale Auvergne Rhone Alpes vient de rendre son avis sur ce document que j'ai eu le grand plaisir de conduire jusqu'à son arrêt par le Conseil communautaire de février 2020. C'est dire si l'avis de cette autorité indépendante était important pour moi.

En voici la conclusion, et bien entendu sur simple demande par courriel, j'enverrai à toute personne intéressée l'avis dans son ensemble.

"Le Plan d'action, pertinent et de qualité, est fondé sur un diagnostic étayé notamment sur le volet de la vulnérabilité du territoire au changement climatique. Il s'appuie également sur les résultats des ateliers participatifs, sans que les débats de ces derniers soient pleinement restitués. Le tourisme autre que le tourisme d’affaires mériterait d'être pris en compte dans le plan d'action.

Les objectifs stratégiques du PCAET placent le territoire sur une trajectoire ambitieuse, compatible avec la stratégie nationale bas carbone à échéance 2030.L'intégration de certaines actions relatives à la mobilité, à l'urbanisme et à l'aménagement dénote une volonté de mise en cohérence des politiques publiques conduites par l'agglomération.

La réussite du PCAET dépendra de la qualité de son animation pour mobiliser tous les acteurs et de son suivi pour s'assurer du respect des objectifs. Des indicateurs précis conféreraient d'avantage de robustesse à la démarche."

Le GRAND ANNECY aura à prendre en compte les quelques remarques de l'autorité environnementale sur le tourisme et sur la finalisation des indicateurs sur tous les domaines du plan d'actions, travail qui n'avait pas pu être terminé pour février 2020, mais qui sera achevé losque le PCAET sera adopté en septembre prochain.

Il ne reste plus à souhaiter que la dynamique engagée par le GRAND ANNECY ne soit pas altérée par une nouvelle présidence déconnectée du terrain et aux prises de position radicalement incompatibles avec l'esprit de mobilisation de tout le territoire vers la transition écologique. Le vote du Conseil communautaire du 16 juillet pour la présidence du GRAND ANNECY est de ce point de vue crucial.

commentaires

Mme LARDET, le cumul des mandats et le droit à réintégration chez ACCOR

Publié le 9 Juillet 2020 par Thierry BILLET

Les députés ont le privilège parmi les élus d'être les seuls à disposer d'un droit à réintégration automatique dans leur précédent emploi à l'issue de leur premier mandat. Mme LARDET - qui ignorait qu'elle ne pouvait pas utiliser ses assistants parlementaires pour mener sa campagne électorale (cf. les courriels de  ses assistants parlementaires donnant par exemple le courriel en date du 11 mars 2020 qui explique aux colistiers quels sont les éléments de langage pour le « phoning » du 13 mars 2020, ou  les réunions ou les photos de liste dans sa permanence parlementaire attestés par plusieurs colistiers...) - n'ignore certainement pas qu'elle a droit à sa réintégration chez ACCOR à l'issue de son premier mandat de députée.

Elle a donc astucieusement utilisé la possibilité qui lui est offerte de cumuler son indemnité de maire adjoint d'ANNECY et de députée pendant le temps du recours engagé par POUR ANNECY NATURELLEMENT contre l'élection de RÉVEILLONS ANNECY le 28 juin 2020 en vertu de l'article LO 151 du code électoral :

I.-Le député qui se trouve dans un des cas d'incompatibilité mentionnés à l'article LO 141 est tenu de faire cesser cette incompatibilité en démissionnant d'un des mandats qu'il détenait antérieurement, au plus tard le trentième jour qui suit la date de la proclamation des résultats de l'élection qui l'a mis en situation d'incompatibilité ou, en cas de contestation, la date à laquelle le jugement confirmant cette élection est devenu définitif.

Pendant le temps d'examen du recours, Mme LARDET peut cumuler ses indemnités.

Et à la fin, si le recours est couronné de succès, Mme LARDET pourra rester députée et bénéficier d'un droit de retour automatique chez ACCOR si elle est battue aux prochaines législatives ou si elle est déclarée inéligible suite au rejet du compte de campagne de François ASTORG pour utilisation des moyens de la parlementaire pour l'élection municipale.

Les listes ayant fusionné, c'est François ASTORG qui assumera les conséquences d'une annulation des comptes de campagne consolidés entre les listes du premier ANNECY RESPIRE et du second tour RÉVEILLONS ANNECY POUR QU'ANNECY RESPIRE. Je crains que les mandataires financiers des deux listes aient du souci à se faire dans les mois qui viennent pour clôturer le compte de campagne de RÉVEILLONS ANNECY : omettre les dépenses de la députée, ce qui serait illégal; ou les intégrer, ce qui serait illégal...

"Bad trip", diraient les anglicistes.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 > >>