Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Premier meeting d'EUROPE ECOLOGIE à LYON

Publié le 17 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale


Premier meeting dans la grande région Sud Est de la liste européenne EUROPE ECOLOGIE dans laquelle j'espère beaucoup pour sortir l'écologie politique du ghetto dans lequel une partie des VERTS ont réussi à l' enfermer depuis des années.

José BOVE pour le courant altermondialiste, Sandrine BELIER, ancienne directrice de FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT pour le courant associatif, François ALFONSI pour le courant régionaliste,  Michèle RIVASI, fondatrice de la CRIIRAD, et tête des listes dans le SUD EST et Dany COHN BENDIT, ont dialogué avec une salle bien remplie à LYON

J'ai eu beaucoup de plaisir à revoir Dany qui m'a encore remercié de l'interméde "ski à LA CLUSAZ" que je lui avais réservé lors de sa campagne de 1998 (quelle mémoire !) a insisté sur l'esprit d'ouverture qui présidait à la création de cette liste.

Répondant à une question de la salle selon laquelle, l'écologie était évidemment de gauche, Dany a rappelé que devant l'urgence écologique, la question de l'affiliation à la droite ou à la gauche ne pouvait être un préalable pour les écologistes. Nous devons nous adresser à tous ceux qui s'interrogent sur leur mode de consommation, sur l'avenir de la planète, sur les droits humains, sur les alternatives énergétiques, etc.

Rappelant que le groupe socialiste au Parlement européen avait voté contre la remise du prix SAKHAROV au dissident chinois, et citant d'autres exemples concrets, Dany a confirmé qu'EUROPE ECOLOGIE avait vocation à ne faire aucune exclusive et à essayer, grâce à la proportionnelle, de réaliser un score qui permette enfin à l'écologie politique de sortir de son nanisme politique.

Refusant toute idée d'un accord avec les trotskystes ou avec MELENCHON, José BOVE a marqué son ancrage dans une démarche de présentation d'un programme "concret", fondé sur des expérimentations, et travaillant ensemble grâce à la diversité des origines.

François ALFONSI a insisté sur les enjeux communs en CORSE et sur le continent, par exemple sur un sujet qui intéresse bigrement les annéciens, celui de la Loi littoral que le projet d'aménagement de la Corse veut remettre en question.

J'ai invité Michèle et Dany qui m'ont confirmé leur souhait de venir faire campagne à ANNECY et en HAUTE SAVOIE.

Nous préparerons à la réunion du Comité local d'ANNECY du 20 janvier à 20 heures l'organisation de la campagne au niveau local. Vous y serez le bienvenu.
commentaires

Voeux du Maire, 2° édition

Publié le 16 Janvier 2009 par Thierry BILLET


A la demande générale, les deux autres clips.





commentaires

Walter en résistance, le film

Publié le 15 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Gilles PERRET est un documentariste de talent auquel on doit "ma mondialisation" et "ça chauffe".

Il nous présente le 30 janvier à la TURBINE à CRAN "Walter, retour en résistance"

"A travers le portrait de Walter Bassan, ancien résistant, ancien déporté et en passant de Dachau au Plateau des Glières, la question qui se pose tout au long du film est: le verbe résister se conjugue t-il au présent?"

(Avec la participation de John Berger, Stéphane Hessel et Constant Paisant)

Pour plus d'informations, et toutes les dates de projection :

link
commentaires

Les voeux du Maire : JO 2018 en vidéo

Publié le 13 Janvier 2009 par Thierry BILLET


Les voeux du Maire ont été animés par des projections d'une réplique des DESCHIENS que je vous laisse apprécier. On reconnaîtra MM. Dominique ARNOUX et Eric GUTTIEREZ dans leurs oeuvres.







commentaires

Lac et réchauffement climatique : pour une modélisation

Publié le 11 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans Environnement


Une thèse d'un scientifique du CNRS compare l'impact du réchauffement climatique sur le lac d'ANNECY et sur un lac moins transparent en ALLEMAGNE.

Son étude montre que plus le lac est transparent, plus l'impact du réchauffement climatique est important; ce qui se conçoit assez aisément puisque les rayons du soleil pénètrent plus profondément dans les profondeurs de la masse d'eau.

Dans ces conditions, l'ampleur du réchauffement climatique est telle que l'on peut considérer que le lac d'ANNECY, compte tenu de sa propreté, sera particulièrement affecté.

On pourrait se contenter de s'en réjouir pour les baigneurs, mais c'est toute la dynamique de la masse d'eau et notamment son retournement annuel qui permet d'oxygénation des fonds, qui est en cause.

Et avec elle bien entendu, toute la vie de l'éco système.

Le SILA a donc écrit au CNRS pour soutenir le projet d'une modélisation de l'évolution de l'impact du réchauffement climatique, tandis qu'une convention de suivi de l'avifaune et des batraciens est en cours de négociation avec la Ligue pour la protection des oiseaux de manière à disposer de bilans annuels comparatifs permettant de donner aux décideurs des éléments de compréhension des phénomènes qui se déroulent sous nos yeux.





commentaires

SARKO, la cohérence d'une démarche

Publié le 10 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


Se donner le pouvoir de nommer le futur président de la télévision publique, contrôler l'ensemble de la procédure pénale en protégeant ses copains par la suppression du juge d'instruction indépendant et en diligentant celles qui sont utiles contre ses ennemis, diminuer le temps de parole de l'opposition à l'Assemblée, nommer son fils au secrétariat général de son parti, qui ne voit pas la stratégie de SARKOZY ?

Dans aucun autre pays démocratique européen cela ne serait envisageable.

En BELGIQUE, le premier ministre a démissionné parce qu'on le soupçonne d'être intervenu dans le domaine judiciaire lors du sauvetage d'un groupe financier...

Mais chez nous, c'est possible.

Parce qu'il n'y a aucune opposition crédible, SARKO se croit tout permis.

Pour autant nous vivons sur des charbons ardents, ceux de la précarité croissante, de l'hôpital public malmené et du chômage grandissant.

Il y a pourtant la voie d'une alternative fraternelle et solidaire fondée sur le partage des richesses et la sauvegarde de la planète. Arrêter la course au toujours plus pour certains et encore moins pour d'autres. Mais cela passe par l'abandon du productivisme et la recherche de nouvelles solidarités. Exactement l'inverse du projet de SARKOZY.

Encore faut-il que la gauche fasse sa révolution culturelle et ne nous annonce pas un "contre-plan" de relance fondé sur l'augmentation de la consommation...qui relancera surtout les importations de produits fabriqués en CHINE.



commentaires

Suppression du juge d'instruction, le point de vue d'Eva JOLY

Publié le 9 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


«C’est un geste d’autocrate»

Interview

Eva Joly, juge de l’affaire Elf, dénonce le bâillonnement d’un contre-pouvoir :

Recueilli par KARL LASKE


Aujourd’hui conseillère du gouvernement norvégien, Eva Joly, l’ex-juge d’instruction de l’affaire Elf, sera candidate sur la liste des Verts aux européennes.


Quel est le sens de l’annonce, par Nicolas Sarkozy, d’une suppression du juge d’instruction ?


J’ai pensé jusqu’au dernier moment qu’il ne s’agissait que d’une fausse rumeur. Ce projet du président de la République est une atteinte majeure à notre Etat de droit et à l’équilibre de nos institutions. Le juge d’instruction est une garantie pour le citoyen d’une instruction à charge et à décharge. Comment croire qu’un parquet aux ordres - qui viendrait le remplacer - conduirait mieux l’enquête ? En réalité, on s’apprête à désarmer la justice, au moment où de grands acteurs économiques portent, par leurs fautes de gestion, une immense responsabilité dans la crise financière. Il est aussi profondément choquant que le président de la République vienne dire que cette réforme pourra entrer en application en 2009. C’est un geste d’autocrate. Envisage-t-il aussi de revenir aux ordonnances ? La procédure pénale ne peut être réformée qu’après un débat parlementaire, et c’est mépriser nos institutions que de l’ignorer à ce point. Il ne fait pas de doute que le Président veut installer une dépénalisation des délits financiers.


Nicolas Sarkozy évoque le respect des droits des personnes mises en examen…


Le véritable projet est de bâillonner et de supprimer les contre-pouvoirs en France. Seules 5 % des affaires viennent devant le juge d’instruction. Mais ce sont les dossiers compliqués, qui ne concernent pas la délinquance ordinaire. Pourquoi penser que la défense des libertés individuelles seraient, dans une affaire, mieux assurées par le parquet et la police qu’avec un juge d’instruction indépendant, contre lequel il existe des recours ? Le juge est une personne identifiée, nommée par décret, après avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature, qui mène l’enquête, contrairement au policiers ou aux parquetiers qui peuvent être mutés, sont interchangeables, et n’offrent pas une garantie de continuité. Si le souci était de mieux garantir les libertés individuelles, il faudrait plutôt mettre fin à la possibilité pour les policiers ou le parquet de placer en garde à vue nos concitoyens pour outrages. Ou encore se pencher sur les comparutions immédiates. On y juge encore le vol de deux bouteilles de shampoing restituées… La commission sur l’affaire d’Outreau n’a pas non plus préconisé la suppression du juge d’instruction. A l’époque d’Outreau, c’est un système entier qui avait dysfonctionné.


Quelles peuvent être les conséquences de cette mesure ?


Repensez à l’affaire Elf. Lorsque je m’apprêtais à mettre en examen l’ancien PDG de la compagnie, le président Jacques Chirac l’avait fait nommer à la tête de la SNCF ! Que croyez-vous qu’il serait arrivé si le parquet avait été chargé de l’enquête ? Que croyez-vous qu’il arrivera demain si des proches du Président sont visés par des enquêtes...

commentaires

Suppression du juge d'instruction = NON en l'Etat

Publié le 8 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans C'est personnel


LA SEULE SUPPRESSION DU JUGE D’INSTRUCTION, UNE DÉRIVE DANGEREUSE POUR LES LIBERTÉS


Le Président de la République vient de faire connaître sa volonté de supprimer le juge d’instruction et de confier toutes les enquêtes judiciaires au parquet, sous le contrôle d’un juge de l’instruction.

Cette annonce d’une réforme essentielle de notre procédure pénale, qui évoluerait vers un système accusatoire, intervient alors que, d’une part, le comité de réflexion sur la justice pénale doit présenter dans six mois des propositions de rénovation du code pénal et du code de procédure pénale, que d’autre part, l’essentiel des 80 propositions de la commission d’enquête parlementaire chargée de rechercher les causes des dysfonctionnements de la justice dans l’affaire dite d’Outreau n’a toujours pas été traduite dans la loi, (malgré les quelques avancées de la loi du 5 mars 2007 tendant à renforcer l’équilibre de la procédure pénale). et enfin alors que l’instauration des pôles d’instruction visant à généraliser la collégialité de l’instruction vient à peine d’entrer en vigueur le 1er mars 2008 ce qui, pour la chancellerie justifiait la réforme, sans concertation, de la carte judiciaire …

Sans être opposé par principe à un tel bouleversement qui devra respecter les orientations proposées dès 1990 par la commission DELMAS-MARTY, le SAF considère que trois conditions préalables à une telle réforme s’imposent pour qu’elle soit envisageable :

- La nécessaire indépendance du parquet à l’égard du pouvoir exécutif qui aujourd’hui le contrôle. A défaut, la réforme constituerait un grave recul des libertés fondamentales en autorisant le classement des affaires politico-financières sensibles sur instruction du pouvoir.

- L’instauration de moyens procéduraux nouveaux dans le respect strict du principe de l’égalité des armes, imposé par la Convention Européenne des Droits de l’Homme  : présence effective permanente de l’avocat dès le début de l’enquête et donc : accès au dossier, assistance lors des interrogatoires et confrontations en garde à vue, saisine du juge de l’instruction en cas de refus d’acte par le parquet. Possibilité pour la victime de mettre en mouvement l’action publique, comme elle peut encore le faire malgré les limitations apportées par la loi du 5 mars 2007 (recevabilité de la plainte avec constitution de partie civile désormais conditionnée par le classement sans suite préalable d’une plainte ou l’expiration d’un délai de trois mois après son dépôt)

- L’accroissement des moyens matériels accordés à la défense afin d’assurer une assistance efficace et égale de tous les justiciables notamment au titre de l’aide juridictionnelle .

En l’état, le Syndicat des Avocats de France ne peut que s’opposer à une réforme qui serait limitée à la seule disparition du juge d’instruction, juge indépendant, et à la mainmise du pouvoir exécutif sur la justice .



                                                                           



commentaires

Yann ARTUS BERTRAND soutient ANNECY 2018

Publié le 7 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale



C'est maintenant officiel, Yann soutient la candidature d'ANNECY aux JO d'hiver 2018 en raison des engagements pris par le Comité de candidature en faveur de Jeux "zéro carbone".

Pour avoir travaillé activement à ce soutien  depuis notre rencontre avec Yann ARTUS BERTRAND à FREIBURG cet automne, je suis très heureux d'avoir obtenu une telle décision de la part d'un écologiste de renom.













Ce soutien est en même temps une garantie que les engagements pris sur le plan environnemental seront respectés et en particulier qu'un bilan carbone "prévisionnel" sera géré en continu sur le projet de JO de manière à aboutir à un impact nul en carbone pour la réalisation de ces Jeux.

C'est au demeurant ce que rappelle Yann  :

Les infrastructures olympiques fondées sur la démesure et l’utilisation d’importantes quantités de matériaux et d’énergie mènent souvent à une impasse. De nombreuses villes olympiques ont construit d’immenses structures coûteuses devenues aujourd’hui des éléphants blancs.

Mes échanges avec Thierry Billet, votre maire-adjoint à l’environnement, m’ont éclairé sur un point : Annecy souhaite développer un modèle de ville Olympique responsable dont l’empreinte écologique serait la plus réduite possible.

Devant l’urgence climatique, il est nécessaire aujourd’hui de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, partout. La stratégie de votre ville, candidate aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’Hiver 2018, semble cadrer avec les exigences des scientifiques de réduire notre impact sur le climat et l’environnement.

Le bilan carbone qu’a pris l’engagement de réaliser votre ville est un premier pas vers votre objectif « zéro carbone » pour les Jeux de 2018. La mairie d’Annecy s’engage d’ores et déjà à compenser les émissions incompressibles de CO2 générés par les Jeux, mais surtout à établir un bilan carbone prévisionnel de ces Jeux de manière à faire les choix technologique qui permettront de les réduire autant que faire se peut. Je vous soutiens pleinement dans ce sens.

Je soutiens également votre plan d’augmenter les investissements en infrastructures des transports ferroviaires, sans augmentation de l’offre de transports routiers ni aérien. Les villages olympiques construits par la mairie d’Annecy devront être des villages « passifs » en énergie. Vous veillerez aussi à aborder avec mesure la question de la production de la neige. Comme nombre de scientifiques et d’environnementalistes,  je ne suis pas partisan de la neige artificielle. 
 
Relevons donc ce défi ensemble, pour que ces jeux d’hiver 2018 soient conçus de manière à préserver les équilibres naturels de la montagne auxquels nous sommes tous tant attachés.

Ces Jeux d’hiver 2018 doivent être exemplaires à l’image de Fribourg-en-Brisgau que nous avons visitée ensemble.

Reste à savoir si ce soutien de poids sera de nature à convaincre le Comité national Olympique, mais, ajouté à la valeur technique et sportive du dossier, je pense qu'il est de nature à prouver que notre projet est clairement aux antipodes des projets mégalo que d'autres villes ont pu présenter jusqu'alors.




commentaires

Du bio dans la restauration municipale

Publié le 6 Janvier 2009 par Thierry BILLET dans Politique locale


La question de l'introduction du "bio" dans la restauration municipale est centrale dans une logique d'excellence environnementale, comme le montre bien l'exemple deu village de BARJAC dans le film "Nos enfants nous accuseront".

D'ores et déjà la Ville intègre dans ses menus des produits bio (tomme, reblochon, etc.).

Elle a décidé d'aller plus loin et de respecter le calendrier prévu par le GRENELLE  de l'environnement c'est à dire 20% de bio d'ici 2012.

C'est une décision importante au regard du nombre de repas servis : 3.500 repas par jour dont 2.200 pour la restauration scolaire, le reste pour les personnes âgées.

Marylène FIARD, maire adjoint en charge de la restauration municipale, a donc provoqué une réunion avec le Président de la Chambre d'agriculture pour aller de l'avant.

L'idée de la Ville est de contractualiser avec des agriculteurs les plus proches possibles d'ANNECY et qui souhaitent s'installer ou développer une production bio pour leur assurer un débouché sûr pendant le temps de leur reconversion qui prend environ trois ans.

La contractualisation permettrait d'assurer une sécurité financière à l'agriculteur local à un prix fixé par avance qui rémunère correctement son travail et assure un bilan carbone le plus faible possible en réduisant les coûts de transport.

La Chambre a répondu très favorablement à cette sollicitation dans la mesure où elle cherche à diversifier le modèle agricole du département, jusqu'alors essentiellement laitier avec une transformation à un bon niveau de prix grâce à des fromages AOC. Mais la déréglementation menace ces "niches" de qualité fondées sur un cahier des charges strict.

Les techniciens vont maintenant lister les besoins de la restauration municipale et les confronter aux potentialités connues de la Chambre d'agriculture dans la profession agricole départementale de manière à soutenir des projets existants, ou à susciter des conversions de production ou des installations d'activités maraichères, dans la perspective de la signature d'une convention d'ici juin 2009 entre les différents partenaires.










commentaires
<< < 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 320 330 340 350 > >>