Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Mme LARDET à l'agglomération, le drôle de choix de M. ASTORG

Publié le 8 Juin 2020 par Thierry BILLET

Toutes les compétences déterminantes pour l'écologie sont au GRAND ANNECY : mobilité, plan climat, qualité de l'air. Il n'y a plus aucune compétence de la Ville dans ces domaines. Or, dans le mariage de Mme LARDET et M. ASTORG, le premier sera maire, et la seconde sera présidente du GRAND ANNECY. Je suis surpris qu'aucun journaliste n'ait eu l'idée de leur poser la question de la raison de ce choix qui est incompréhensible pour qui est préoccupé d'environnement.

Un écologiste conséquent aurait revendiqué la présidence du GRAND ANNECY pour engager la transition écologique du territoire sur les rails qu'il souhaite. Mais M. ASTORG fait le choix inverse : la Ville plutôt que l'agglomération. Bizarre, non ?

Rappelons que la loi exclue désormais les doubles compétences entre les échelons territoriaux : région, département, agglomération, commune. Et l'agglomération a donc - et elle seule - la compétence MOBILITÉ en sa qualité d'autorité organisatrice de la mobilité et la compétence CLIMAT AIR ÉNERGIE, stratégiques pour la transition écologique.

Laisser à une dame "de droite" comme elle l'affirme elle-même les rênes de l'agglomération alors que RÉVEILLONS ANNECY avait la possibilité d'imposer sa vision du climat, de la qualité de l'air, de la mobilité dans la seule instance qui est compétente et qui n'est pas la Mairie laisse rêveur.

J'hésite entre deux hypothèses. Un, la méconnaissance par la tête de liste des règles régissant les exclusions de compétences des collectivités publiques; ce n'est pas à exclure. Deux, la gloriole : la Ville est plus connue par les habitants que l'agglomération.

J'émets une 3° hypothèse, celle de la volonté de Mme LARDET, en prenant l'agglomération d'initier sur notre territoire son projet de péage urbain qu'elle a défendu mordicus à l'assemblée à plusieurs reprises. Elle serait au bon endroit en tant que présidente de l'autorité organisatrice de la mobilité pour faire avancer cette idée qui lui tient à cœur.

Dans tous les cas, le choix de la répartition des sièges n'a pas été politiquement réfléchi d'un point de vue authentiquement écologiste.

commentaires

Le communicant & les deux députées

Publié le 6 Juin 2020 par Thierry BILLET

Disons que ce serait une fable politique qui s'appellerait "le communicant de Jean-Luc MÉLENCHON et les députées d' Emmanuel MACRON" et qui les associerait sur une même liste municipale. Impossible me diriez vous d'emblée, "Thierry, tu divagues" me dirait-on. J'entends déjà vos arguments. "Ils sont aux antipodes politiques. L'un est farouchement contre la réforme des retraites, contre les dividendes aux actionnaires après le COVID-19, bref contre tout ce que fait MACRON; les autres ont tout voté sans broncher convaincues de la nécessité de réformer envers et contre tout portée par le Président." Mais c'est une fable vous dis-je ! Cela ne peut pas arriver. Pourquoi réagissez vous donc aussi vivement ?

Et c'est à ce moment-là que je me réveille à ANNECY et respire un grand coup pour m'apercevoir que la fable est une réalité tangible qu'il nous faut tenter d'expliquer sur le plan politique tant les postures nationales de l'un (M. TATU) et des autres (Mmes LARDET et RIOTTON) ne font aucun doute : ils ne sont d'accord sur rien au plan national.

L'un a fait la campagne média de MÉLUCHE puis a participé au webjournal de LA FRANCE INSOUMISE "le média" qui a capoté dans des accusations de malversations. Chaque jour, ses diatribes sur les réseaux sociaux ne manquent jamais d'attaquer la politique gouvernementale. Il n'y a donc pas d'erreur sur la personne. Les deux autres ont bien tout voté de la politique gouvernementale et sont toutes deux membres du groupe parlementaire LREM. Le constat est clair : ils sont en opposition sur tout.

Ailleurs en FRANCE, même les alliances municipales au sein de la même famille politique ne se font pas toujours (LILLE, LE HAVRE, SAINT DENIS, etc.), mais à ANNECY, les adversaires nationaux s'allient. Comment est-ce possible ? Il n'y a pas de menace d'extrême-droite comme à PERPIGNAN... Il n'y a pas de menace locale qui exigerait un front commun pour empêcher une fermeture d'usine emblématique par exemple. Pas de menace collective donc qui pourrait justifier une union nationale.

Alors quoi ? La réponse politiquement correcte est qu'ils ont un projet commun génial qui transcenderait leurs clivages irrémédiables au plan national, mais accommodables au plan local qui a laissé sur le carreau la directrice de campagne de Mme LARDET pour ne prendre que cet exemple.

Plus élaborée, il faut lire l'explication de Mme GREBER, conseillère régionale de gauche selon laquelle Mme LARDET - si elle est élue à ANNECY- ne sera plus députée et donc ne votera plus de nouvelles lois comme toutes celles qu'elle a combattues jusque là... CQFD. Autrement dit Mme LARDET votait ces lois à l'insu de son plein gré, et bien encadrée à ANNECY, elle n'aura plus les mêmes idées sur les péages urbains, l'interdiction des phytosanitaires ou l'éloignement des épandages... Une forme de lavage de cerveaux à la mode écolo. Qui peut croire cela ?

Comme si la gestion de la 29° ville de FRANCE ne s'inscrivait pas dans un cadre juridique imposé par la politique nationale : la réforme de la taxe d'habitation, le pacte de confiance et les 1,2% du budget de fonctionnement, la loi PACTE, le financement de l'école libre, etc. Nous avons dû gérer la ville en fonction de ces choix nationaux. Comment M. TATU et Mmes LARDET & RIOTTON envisagent-ils de cohabiter ensemble à ANNECY en soutenant des mesures à PARIS que M. TATU dénoncera simultanément à longueur de chaine TOUTUBE depuis ANNECY ? Chaude ambiance dans les réunions de la municipalité si ils étaient élus ensemble !

Il n'y a donc pas de motif politique, quelle est alors l'explication de cette alliance contre nature ? Je vous laisse à vos réflexions.

commentaires

«Covid-19 : quel développement soutenable pour demain?».

Publié le 5 Juin 2020 par Thierry BILLET

 
 
 

Rejoignez-nous ce mardi à 14 heures en direct

Nous sommes ravis de vous inviter à un cycle de webinaires organisés à l'initiative de l’Université Paris-Saclay et en partenariat avec l'AUF (Agence universitaire de la Francophonie), autour de la question : «Covid-19 : quel développement soutenable pour demain?».

Le premier de ces webinaires se tiendra le mardi 9 juin à 14h sur un sujet fort, qui résonne éminemment avec la crise sanitaire actuelle: «Biodiversité et climat : l’urgence».

Autour de la table seront réunis Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du groupe no 1 du GIEC depuis 2015 et climatologue au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE - Université Paris-Saclay, CNRS, CEA, UVSQ); Anne Charlotte Vaissière, économiste écologique au laboratoire écologie systématique et évolution (ESE - Université Paris-Saclay, CNRS, AgroParisTech) ; Laurent Fonbaustier, juriste de l’environnement et professeur de droit à l'Institut d'études de droit public (IEDP - Université Paris-Saclay), et Mateo Cordier, économiste au laboratoire cultures, environnements, arctique, représentations, climat (CEARC - Université Paris-Saclay, UVSQ). Jane Lecomte, (vice-présidente Développement Soutenable, Université Paris-Saclay) présentera les enjeux du débat dans un propos introductif.

Les experts seront en direct pour évoquer les questionnements essentiels aux problématiques environnementales, dans le cadre d'une discussion animée par The Conversation France.

Vous pourrez les interroger et nous vous invitons à vous connecter en cliquant sur ce lien quelques minutes à l’avance, mardi prochain.

Une occasion unique d’en apprendre plus et de réfléchir aux actions concrètes à mettre en place dans une société qui a plus que besoin d’un développement soutenable.

A mardi !

Fabrice Rousselot

Directeur de la rédaction

 
commentaires

Listes citoyennes, un cas concret et quelques désillusions

Publié le 4 Juin 2020 par Thierry BILLET

Directeur des Etudes politiques au Collège d'Europe, Sciences Po Bordeaux raconte sur THE CONVERSATION son analyse des listes citoyennes dont il attendait le renouvellement des pratiques politiques. Au moment, où à ANNECY, une députée qui a refusé de voter l'interdiction du glyphosate et a voté tous les reculs sociaux du gouvernement, s'allie à une liste citoyenne écologiste de salon, cette étude académique permet de mieux comprendre de tels errements annonciateurs de catastrophes pour la Ville.

"Il faut aussi rendre justice aux responsables politiques à l’ancienne, ceux qui sont issus des partis et sont tant vilipendés par les candidats dits de la société civile. Ils ont en effet des qualités que les seconds possèdent trop rarement."

"Il reste qu’être un candidat de la société civile n’est pas, par essence, un gage de vertu, d’abnégation et de probité. L’absence de corpus idéologique, de connaissance des règles écrites et non écrites de la vie politique et de contrainte organisationnelle rend possible des dérives opportunistes et des reniements qui seraient impensables de la part d’un candidat issu d’un parti." (...)

commentaires

17 hectares d'éco paturage, c'est parti !

Publié le 3 Juin 2020 par Thierry BILLET

commentaires

Terrasses et accueil scolaire

Publié le 2 Juin 2020 par Thierry BILLET

La Ville d’Annecy s’engage auprès des commerçants, restaurateurs et propriétaires de bars, pour faciliter l’exploitation en terrasse de leurs commerces

L’exploitation des bars et restaurants, dans le respect des règles sanitaires imposées par l’Etat, nécessite l’ouverture et souvent l’extension des terrasses des commerçants. Dans bien des cas, les bars et restaurants ne disposent pas de la place suffisante au droit de leur commerce. La Ville a donc permis l’installation « d’espaces de terrasses » sur des places ou placettes, dans le respect des règles sanitaires.

Ainsi, certains secteurs (places ou placettes) et des zones de stationnement vont pouvoir être investies par des terrasses déportées durant toute la saison estivale. Les terrasses existantes pourront être agrandies sur des espaces mitoyens (avec l’accord des voisins). Des lieux seront dédiés à la livraison de produits et de plats à emporter.

Pour cela, la Ville a lancé un questionnaire auprès des commerçants afin qu’ils puissent auto évaluer leur situation et leur besoin.
La Ville a conditionné cette ouverture au respect de la circulation des piétons et à la tranquillité du voisinage.

Une adresse mail spécifique a été mise en place pour recevoir les demandes : demande.terrasse@annecy.fr
Un arrêté municipal dérogatoire a été pris en conséquence.

Des mesures financières pour accompagner la reprise économique

Le paiement des droits d’occupation du domaine public, terrasses et étalage, pour l’année 2019, est différé. Pour l’année 2020, le règlement de ces mêmes droits est d’ores et déjà annulé jusqu’au 15 septembre.
Les loyers des baux commerciaux, dont la Ville est propriétaire, sont suspendus depuis le début du confinement jusqu’au mois de juin inclus.

Les taxes appliquées aux enseignes (+ de 7m2) sont maintenues et seront réaffectées à des actions en faveur du commerce local.

La Ville signe une convention avec l’Education nationale pour l’accueil des enfants sur les temps scolaires et périscolaires

Les règles sanitaires et de distanciation ne permettent pas à l’ensemble des enfants d’être accueillis en classe par leur professeur, 4 jours par semaine. Afin d’organiser un accueil par d’autres intervenants que les professeurs, la Ville et l’Education nationale ont signé une convention visant à affecter dans les écoles des personnels de différents services municipaux pour encadrer les enfants ne pouvant être pris en charge par le corps enseignant.

Les activités proposées aux enfants s’inscrivent dans le prolongement de leur apprentissage et en complémentarité avec l’enseignement présentiel. Activités artistiques et culturelles, pratique sportive, éducation à la santé, au civisme et à la citoyenneté, ces activités seront organisées dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

Cette convention couvre cette année scolaire.

commentaires

L'autopartage Yea ! s'installe à ANNECY et à CHAMBÉRY

Publié le 2 Juin 2020 par Thierry BILLET

Le service Yea! fait sa révolution

En 2018, l’équipe Citiz Alpes-Loire était fière de lancer le service d’autopartage en freefloating Yea! dans l’agglomération grenobloise : une offre souple, sans station et complémentaire de notre réseau de voitures en stations Citiz.

Pour les 2 ans de notre service Yea!, nous avons décidé de lancer plusieurs nouveautés, qui seront expérimentées uniquement dans notre région ! Nous remercions tous les utilisateurs et utilisatrices qui nous ont fait part de leurs expériences et qui ont inspiré ces innovations.

Les nouveautés en juin 2020 :

  • Le service s’implante à Chambéry et Annecy
  • Les voitures Yea! pourront être déposées d’une ville à l’autre
  • La tarification s’adapte, intégrant dorénavant un forfait de 100 km
  • Une zone de dépose est en projet en gare TGV de Valence Rovaltain

Yea! arrive à Chambéry et Annecy

10 Yea! seront déployées dans chacune des villes, dans une zone de dépose en cœur de ville autour des gares SNCF et routières.

Le + : Toutes nos voitures Yea ! bénéficient de la gratuité de stationnement en voirie.

> Le service Yea! dans ces villes sera disponible au cours des premières semaines du mois de juin. Consultez nos réseaux et l'interface client pour en être informés.

Bougez d’une ville à l’autre : la dépose intervilles Yea!

Autre grande innovation du service Yea! : partir de juin 2020, il sera autorisé de déposer une voiture dans une autre ville, pour plus de confort et de flexibilité. Cette possibilité est facturée 10 €, s’ajoutant au prix de votre location. Expérimentale, cette possibilité n’est proposée qu’entre les villes de Grenoble, Annecy, Chambéry - et bientôt Valence TGV.

Une nouvelle tarification à la durée avec 100 km inclus

Pour répondre à tous vos besoins de déplacements, le tarif Yea! proposé par Citiz Alpes-Loire intègre dorénavant un forfait de 100 kilomètres pour chaque trajet, incluant le carburant. Chaque kilomètre supplémentaire au-delà du 100ème kilomètre sera facturé 0,19 €/km.


Les tarifs sont tout compris : entretien, carburant, assurance et stationnement.
Le service est facturé au 1/4 d’heure avec une dégressivité horaire et journalière automatique.
L'option de dépose "intervilles" : surcoût de 10€ sur le prix de la location.
Tarifs applicables dès le 1er juin 2020.

commentaires

"si on fait alliance c'est pour gagner ce territoire".

Publié le 1 Juin 2020 par Thierry BILLET

"A lui la mairie d’Annecy, à elle la présidence de l’agglo. Telle serait la répartition des rôles en cas de victoire le 28 juin. (...) Entre une députée qui se présente elle-même comme "plutôt de droite" et une liste à la tendance écologiste ancrée à gauche, une telle alliance peut surprendre.(...) "On a bien vu que nos états d'esprit et nos méthodologies de travail étaient très proches et qu'il y avait possibilité de débattre sur des sujets qui pouvaient nous opposer. Et qui nous opposeront, il ne faut pas se mentir", reconnaît Frédérique Lardet.(...) "Je pense qu'on fait un bon alliage", affirme François Astorg, qui réfute la logique du "tout sauf Rigaut". "Moi ce n’est pas ça qui m’intéresse,ce qui me motive c'est le territoire", se défend le candidat avant de conclure : "si on fait alliance c'est pour gagner ce territoire".

Le moins qu'on puisse dire de la conférence de presse de Mme LARDET et de M. ASTORG rapportée par FR3 est qu'elle est tout à fait révélatrice de leurs états d'esprit : d'abord, on se répartit les postes maire pour l'un, présidente du Grand ANNECY pour l'autre. Mais au fait, ignorent-ils que la Ville d'ANNECY n'a pas la majorité au Conseil communautaire et qu'il y a un vote des élus réunis : ANNECY ne décide pas du président de l'agglomération ! On reconnaît bien là le mépris de Mme LARDET et M. ASTORG pour les élus des communes qui constituent avec ANNECY la communauté d'agglomération : Mais enfin, "petites gens", Mme LARDET l'a décidé avec M. ASTORG, vous n'aurez qu'à obéir !

Ensuite, l'une est de droite et l'autre est de gauche et donc on s'opposera. Si les électeurs annéciens veulent que leur municipalité sombre dans les combats de chapelle, ils savent ce qui les attend avec cette déclaration puisqu'il est annoncé par avance que les deux leaders s'opposeront. C'est ce qu'on appelle une prophétie auto réalisatrice : elle se réalise du simple fait de sa propre énonciation. Pas rassurant pour l'avenir alors que nous allons devoir affronter une crise économique sans précédent pour le tourisme et l'industrie locale. 2 capitaines qui annoncent qu'ils se chamailleront, pas excellent pour naviguer par gros temps.

Et la conclusion magnifique, ils veulent "gagner ce territoire". La conquête est en vue, allions-nous pour empocher le trésor, une ville bien gérée, reconnue nationalement pour sa qualité de vie; le reste, la droite, la gauche, le projet, on s'en balance on est là pour le casse du siècle : "si on fait alliance c'est pour gagner ce territoire", vous disent-ils la bouche en cœur en se promettant gaillardement de se taper sur la tronche une fois élus sur le dos des annéciens.

 
 
 

 

commentaires

Un petit avant goût du supraways de Mme LARDET

Publié le 31 Mai 2020 par Thierry BILLET

Un petit avant-goût du "supraways" de Mme LARDET avec les déboires du téléphérique de BREST qui devrait fonctionner depuis 2016 et accumule les pannes.

commentaires

Annecy YEA !

Publié le 30 Mai 2020 par Thierry BILLET

La ville d’Annecy augmente le nombre de véhicules en autopartage sur son territoire

Dans la perspective d’évolution des déplacements post covid-19, et pour accompagner la Ville et l’Agglomération dans le plan mobilité, la Coopérative régionale d’autopartage « Citiz » met en circulation de nouveaux véhicules en libre-service intégral à partir du 8 juin prochain.

Ce service complète l’offre existante avec un principe de réservation possible sans limite de durée et sur des trajets illimités (dans toute l’Europe).

Annecy YEA ! (Nom donné à cette offre de service) est avant tout un complément à l’offre SNCF par la présence de ce dispositif sur les 4 grandes villes de la ligne Annecy/Valence-TGV (Annecy, Chambéry, Grenoble, Valence-TGV). Le véhicule peut ainsi être pris à Annecy et déposé dans une autre de ces trois villes.

Les véhicules, au nombre de 10, seront stationnés dans un périmètre autour du cœur de ville incluant la gare SNCF et la gare routière.

Les places de stationnement réservées à ces véhicules (des Smart for Four 4 places) dans toutes les zones de dépose seront gratuites.

 

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 > >>