Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Stratégie agricole du GRAND ANNECY

Publié le 20 Novembre 2017 par Thierry BILLET

Nouveauté de ce mandat liée à l'extension de l'agglomération à des territoires agricoles dans l'Albanais ou en Fillières, mais aussi autour du lac, le GRAND ANNECY a engagé ce vendredi en collaboration avec la Chambre d'agriculture la réflexion sur sa stratégie agricole.

A noter le 30 novembre une soirée ouverte à tous sur le maraichage à la Chambre d'agriculture à 18 heures.

Quatre demies journées entières avec un groupe d'une quarantaine de personnes, élus, associatifs et agriculteurs pour réfléchir ensemble aux enjeux de l'agriculture dans l'agglomération vus du point de vue des agriculteurs et du point de vue des urbains et des associations. Et déjà pour moi une "découverte" avec les problèmes rencontrés par les agriculteurs avec les néo-ruraux venus habiter à la campagne par choix ou par économie et qui ne supportent pas l'activité agricole. On a tous lu quelque part les conflits de voisinage ridicules portés devant les tribunaux; mais il semble que cela soit général et récurrent au point d'insécuriser les agriculteurs dans l'exercice de leur métier.

Au-delà de ce constat, le premier tour d'horizon montre une attente certaine autour de l'agriculture nourricière, des circuits courts, de l'adaptation au changement climatique, du côté des non agriculteurs et sans que cela ne soit contradictoire, une demande de sécurisation des terres agricoles, de respect et de rémunération juste de leur travail du côté des agriculteurs. L'herbe et le lait sont les deux mamelles de l'agriculture du GRAND ANNECY avec une valorisation du lait en fromage labellisé qui permet un prix du lait bien supérieur au prix national d'achat et de surcroît une stabilité plus grande et une orientation à la hausse.

Le travail va se poursuivre au cours des trois prochains ateliers pour écrire les scenarii d'évolution de l'agriculture tenant compte de la complexité de la situation agricole globale, des spécificités locales, et des besoins et des attentes des habitants de notre territoire.

commentaires

Rendre compte...

Publié le 19 Novembre 2017 par Thierry BILLET

Pas facile de rendre compte de ses mandats tant la charge de travail est importante dès lors que l'on prend son activité au sérieux. Beaucoup de réunions, beaucoup de temps à lire et se documenter, beaucoup de temps pour travailler avec les services. Je me demande comment faisaient nos cumulards de mandats locaux et nationaux pour être pertinents sur les sujets qu'ils devaient traiter. J'ai l'impression d'avoir du mal à faire le tour de tous les enjeux autour de ma simple délégation "air, climat, énergie" d'une part et "ville numérique" d'autre part !

Bien sûr Facebook est utile : je prends en photo ma table en réunion et j'annonce que je suis là... Sous entendu je travaille, mais comme je prends en photo la réunion le lecteur comprend bien vite que je n'écoute pas ce qui se dit. Surtout si je ne fais que cela comme communication sans jamais aborder le fond.

Mais je persévère à penser qu'un blog permet de rentrer un peu plus dans les détails et d'expliquer ce que l'élu fait et pourquoi il le fait. Alors, malgré le temps à y passer, je vais me forcer à reprendre plus sérieusement mes chroniques sur ce blog...

commentaires

Assises de la mobilité à ANNECY

Publié le 14 Novembre 2017 par Thierry BILLET

Bon travail collectif ce matin sur la mobilité dans le cadre des assises nationales de la mobilité initiées par l'Etat. Le groupe de travail "environnement-mobilités propres- auquel j'ai participé a été particulièrement agréable par la qualité d'écoute des participants et la volonté de construire à partir des contributions des uns et des autres un consensus sur des idées force partagées, en présence de Mme BORNE de la commission nationale du débat public. Bien entendu, nous partons de deux postulats différents. Les uns privilégient l'offre qui doit précéder la demande en matière de transports pour développer les mobilités douces et les autres qui sont plus préoccupés par la nécessité de faire changer les comportements, ce qui induira de nouveaux choix politiques. La vérité est sans aucun doute dans la symbiose de ces deux approches dans une démarche globale qui n'attende pas tout des infrastructures et prenne en considération le nécessaire changement de comportement (par exemple comment expliquer que les hauts savoyards partent le week-end marcher en montagne ou faire des dizaines de kilomètres en vélo, mais prennent leur voiture pour faire 500 mètres en semaine ?). Mais ce qui a été frappant a été le consensus sur le fait que la solution ne serait pas technologique en insistant sur la vision globale qui doit être celle de l'Etat et notamment sur le cycle de vie des produits (hydrogène, électricité) et sur une démarche globale qui mette en mouvement le maximum de personnes.

commentaires

Fermaculture, le point de la situation

Publié le 12 Novembre 2017 par Thierry BILLET

Retour toujours difficile d'un mois au NEPAL tant la déconnexion avec la vie occidentale est forte... Puis  deux jours en AUTRICHE pour le 20° anniversaire des Villes des alpes de l'année que je préside avec bonheur... Ce premier blog de l'année pour bien (re)préciser les choix de la Ville par rapport au projet de fermaculture sur un terrain municipal en face de la cravache d'Annecy à VOVRAY.

La Ville a inscrit ce terrain en terrain à vocation agricole au Plan local d'urbanisme en faisant explicitement référence au projet de fermaculture : on ne pouvait être plus précis. La volonté politique est clairement de favoriser l'agriculture urbaine.

La proposition  unanime de la commune nouvelle après plusieurs échanges avec l'association est la suivante :

  • réalisation d'un parking conjoint avec la cravache : 56 000 euros
  • amenée des réseaux en pied de parcelle : 15.000 euros
  • mise à disposition du terrain pendant 4 ans pour que l'association teste sa viabilité économique, développe son activité dans le temps et puisse s'associer éventuellement avec d'autres structures oeuvrant dans le même sens
  • au terme des quatre ans, transformation de la mise à disposition en un bail agricole, une fois que l'association aura fait ses preuves et montrer sa capacité à gérer le lieu de manière pérenne.

L'association se réunit en décembre pour dire si elle accepte cette proposition ou si elle cherche un autre terrain où elle puisse de suite bénéficier d'un bail agricole.

Denis DUPERTHUY dans un post conteste cette aide à l'association et indique qu'il considère qu'un tel projet doit s'auto financer. Il n'a pas complètement tort mais nous avons estimé que la collectivité devait apporter son soutien à une initiative citoyenne qui mobilise plusieurs dizaines de personnes.

De toutes façons ce terrain est destiné à une vocation agricole et si la fermaculture décline cette proposition, cela ne changera rien à cette vocation.

 

commentaires

La solaire du Lac, point d'étape

Publié le 10 Octobre 2017 par Thierry BILLET

Le projet de coopérative solaire annécienne avance et le groupe s'étoffe doucement pour créer cette société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) dont les statuts sont pratiquement établis et seront adoptés à la prochaine réunion du 6 novembre prochain.

Les bénévoles ont visité plusieurs sites qui permettraient l'installation de panneaux photovoltaïques de 100 KWc sur des toitures publiques. Il reste maintenant à creuser la question économique pour passer dans la réalisation. La baisse continue du prix de rachat de l'électricité verte est évidemment un frein majeur puisque nous devons prendre en considération cette diminution au regard du coût de l'installation des panneaux et de leur maintenance (très faible heureusement, voir nulle).

Nous espérons pouvoir passer à l'installation au premier semestre 2018. Bienvenue si vous voulez participer !

commentaires

Plan de déplacements urbains, l'atelier du 5 octobre

Publié le 8 Octobre 2017 par Thierry BILLET

Le plan de déplacements urbains du Grand ANNECY est maintenant dans un phase de finalisation. L'atelier du 5 octobre était ouvert à la société civile très largement, sur le modèle du club air climat qui essaime maintenant dans la plupart des réflexions engagées par l'agglomération, en lien avec le conseil local de développement qui en constitue un autre volet plus généraliste. Le questionnaire sur les pratiques et les attentes des habitants a été rempli plus de 2.000 fois et constitue donc une base de travail pertinente. Il en ressort plusieurs enseignements forts.

J'en retiens que le principal frein au développement du vélo est le manque de sécurité perçu par nos concitoyens. C'est donc la nécessité d'une circulation apaisée qui est centrale et la zone 30 déployée d'ici la fin 2017 est une première réponse adaptée à cette demande sociale forte. Le second frein est le vol et donc l'agglomération a pris la responsabilité de mettre en place en 2018 plusieurs parcs à vélos ou consignes sécurisées. Le club air climat va donc travailler sur les différentes options possibles pour une bonne sécurisation, un accès facile des vélos et une insertion urbaine agréable et pourquoi pas végétalisés ?

L'autre élément qui m'a marqué est qu'en période de pointe le matin, l'occupation moyenne des voitures est de 1,1 personne par voiture. Il suffirait que nos concitoyens se prennent par la main pour covoiturer et nous circulerions immédiatement beaucoup mieux... Nous avons quand même 6.150 déplacements en voiture par jour pour circuler à l'intérieur de la rocade sans en sortir et parcourir moins de 3 kilomètres. Autrement dit un déplacement qui peut se faire sans problème à pied ou en vélo ! Ce n'est pas raisonnable...

Quand on s'intéresse aux déplacements extérieurs à l'ancienne C2A, les bus qui viennent de DUINGT avec 14 aller retour par jour, c'est à dire une fréquence tout à fait acceptable, la fréquentation moyenne est de seulement 7 personnes par bus... Et de TALLOIRES où il y a 8 AR/jour de 10 personnes par bus. Il y a une marge de progression considérable mais qui nécessite non seulement des investissements, de la réglementation qui limite les zones de parking gratuit - tant qu'on peut se garer on prend sa voiture, même si l'offre de transports collectifs est bonne - mais aussi un changement de comportement qu'il faut susciter et accompagner dans la durée.

 

commentaires

ALPAR, le projet prend forme !

Publié le 8 Octobre 2017 par Thierry BILLET

 
06/10/2017
 Lancement du Groupement d’Achat

Dernière ligne droite !

OUVERTURE IMMINENTE ...

Vous le savez déjà, Alpar est sur le point de s'engager dans la première étape de son développement, l'ouverture d'un groupement d'achat.

Pour y parvenir, nous vous avons sollicités à travers une campagne de dons, sous la forme d'une avance sur part sociale ou d'un don libre.

Vous avez été nombreux à répondre présents et à nous manifester votre soutien enthousiaste. La collecte s'élève actuellement à 1 800 euros.
 

UN TRÈS GRAND MERCI À TOUS !
 

Grâce à votre générosité, on y est presque ...
Mais pour atteindre notre objectif de 3 000 euros, il nous manque encore des fonds. Alors, si vous souhaitez soutenir le projet et le voir se concrétiser dans les prochaines semaines, c'est le moment !

Vous pouvez encore participer, en cliquant ici :

FAIRE UN DON

>> Vous pouvez nous soutenir par un don libre, du montant de votre choix. À partir de 30 euros*, le montant sera déduit de votre achat de part sociale lors de la création de la société au moment de l'ouverture du supermarché.

>> Si vous n’êtes pas encore adhérent et souhaitez prendre part à l’aventure, rejoignez-nous en remplissant le bulletin d'adhésion en bas de la page ! 


* + adhésion 2018 offerte pour toute participation à partir de 30 euros.

CONCRÈTEMENT, ÇA VA DONNER QUOI ?

  • Nous ouvrons une boutique en ligne* sur laquelle vous pouvez dès à présent découvrir les producteurs avec qui nous souhaitons travailler pour vous proposer des produits de qualité à coût raisonné. Pour le moment, nous démarrons avec une sélection de produits “secs”, déclinés autant que possible en trois références (BIO, local ou conventionnel).
     
  • L’idée ? Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les budgets. Nous avons tenu à respecter vos demandes et vos attentes, en tentant de coller au plus près à vos réponses à notre enquête sur vos habitudes de consommation.
     
  • D’ici quelques semaines, vous pourrez passer votre première commande en ligne, puis venir la récupérer à notre local de distribution. Ensuite, nous vous proposerons deux ventes par mois, selon les mêmes modalités.

* Alpar proposera des tarifs 5 à 30% moins élevés qu'ailleurs, selon les fournisseurs et les produits. Les prix affichés actuellement ne sont qu'indicatifs. Plus le nombre d'adhérents augmentera, plus les tarifs seront bas et plus le nombre de références augmentera !
Télécharger le bulletin d’adhésion
 
 
 
Page Facebook
Page Facebook
Website
Website
YouTube
YouTube
ALPAR Bureau de l’Association
Maison de la Nature et de l’Environnement
21 grande rue d’Aléry - Cran-Gevrier - 74960 ANNECY
Copyright © 2017 Alpar, All rights reserved.
Vous recevez cet email car vous avez souscrit à notre newsletter lors d'une réunion d'information ou d'un évènement.
se désabonner


Email Marketing Powered by MailChimp
commentaires

SOLAIRE DU LAC, comprendre le statut de SCIC

Publié le 3 Octobre 2017 par Thierry BILLET

La société commerciales d'intérêt collectif (SCIC) est un hybride entre la société commerciale classique et la coopérative où chaque actionnaire compte pour une voie. C'est le statut choisi pour développer notre coopérative "SOLAIRE du LAC" en vue de développer l'implantation de capteurs photovoltaïques sur le GRAND ANNECY. Si vous voulez participer au groupe qui prépare la finalisation du projet, écrivez moi ! Un exemple en vidéo ci-dessous dans le domaine du bois énergie.

commentaires

Qualité de l'air, de la nécessité d'une démarche globale

Publié le 26 Septembre 2017 par Thierry BILLET

Sur la qualité de l'air, nous avons initié avec CHAMONIX et CHAMBERY dans le cadre de l'association des villes des alpes de l'année, une démarche territoriale de coordination entre nos collectivités locales pour échanger sur les bonnes pratiques des uns et des autres et pour interpeller l'Etat sur les difficultés ou les incohérences rencontrées. 

La dernière réunion nous a permis de faire le point sur les actions menées d'ores et déjà et dont nous pouvons nous inspirer. 

Par exemple, CHAMBERY a acquis une bonne expérience en matière de mise à disposition de broyeurs aux habitants en vue d'offrir une alternative au brûlage des déchets verts. Mais aussi plus récemment, avec l'achat d'un gros broyeur agricole d'un coût élevé de l'ordre de 160.000 euros qui est exploité par une CUMA (coopérative d'utilisation de matériel agricole) qui va ensuite assurer la prestation de broyage pour le compte d'agriculteurs qui veulent maintenir des paysages ouverts sans recourir à l'écobuage.

Cette dernière rencontre nous a aussi permis d'aborder les difficultés rencontrées dans la mise en place du Fonds Air Bois avec l'ADEME pour lequel nous attendons encore l'accord définitif de prise en charge.

CHAMONIX est engagé dans la révision du plan de protection de l'atmosphère de la vallée de l'ARVE avec une volonté affirmée d'une évaluation prospective des gains attendus par les actions envisagées. Les modèles développés par l'ATMO Auvergne Rhône Alpes permettent de mieux appréhender l'efficacité de telle ou telle action.

De tout cela je reparlerai lors de la réunion de vendredi avec Nicolas HULOT à CHAMONIX car nous sommes encore dans une situation où les incohérences découragent les habitants convaincus de la nécessité d'améliorer la qualité de l'air, mais aussi renforcent le "polluto scepticisme" d'une large part de nos concitoyens qui utilisent ces incohérences pour ne pas changer leur comportement. Au premier rang de ces incohérences, nous avons relevé les différences de vitesse sur l'autoroute entre CHAMONIX et CHAMBERY qui n'ont aucun caractère pédagogique et persuadent les automobilistes que ces différences n'ont pour objectif que de relever des infractions. Nos trois collectivités ont ainsi écrit aux préfets de SAVOIE et de HAUTE SAVOIE pour une réunion commune de manière à harmoniser cela.

 

commentaires

Stratégie lumière, tout éteindre ?

Publié le 22 Septembre 2017 par Thierry BILLET

La définition de notre stratégie lumière avance dans le cadre du Territoire à énergie positive avec le SYANE de manière active en cherchant à définir les axes qui permettront de finaliser un guide opérationnel pour les communes dans leurs choix d'éclairement. Le dernier groupe de travail a abordé tous les aspects que nous devons prendre en considération sur le territoire de l'agglomération en insistant sur les questions de chronobiologie et d'alternance indispensable de périodes claire et sombre pour sécréter en particulier de la mélatonine, substance dont l'importance est de mieux en mieux étudiée.

La biodiversité est directement percutée par l'éclairage public développé indistinctement partout sans réflexion sérieuse sur sa réelle utilité. Est-il nécessaire d'éclairer une coupure verte entre deux hameaux ou communes ? Ne peut-on pas comme le font ARGONAY ou ALLEVES éteindre complètement pour réduire les coûts, améliorer la biodiversité notamment les insectes ou les chauve souris... sans aucune incidence sur la sécurité des biens et des personnes puisque nous n'avons pas de retour d'expérience sur une hausse de la criminalité quand l'éclairage public est éteint !

A l'inverse, les modes doux de transport pour être développés méritent d'être mieux éclairés pour faciliter leur usage : la décision de principe est prise pour la voie verte du tour du lac. Il  faudra veiller à ce que l'éclairage pour les vélos soit efficace pour le roulage et non perturbant pour les animaux : les techniques d'éclairage en détection de présence permettent cela aisément aujourd'hui. Et nous devrons continuer d'éteindre les grandes voies de circulation pour limiter la vitesse et réduire l'accidentabilité comme cela est en cours sur la rocade d'ANNECY de manière déterminée.

On voit bien que se dessine une démarche globale qui économise l'énergie la nuit quand nos énergies renouvelables ont des difficultés à produire, qui améliore la biodiversité et la santé publique.

 

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 80 90 100 200 300 > >>