Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
thierry billet

Vice président Climat Air Energie du GRAND ANNECY

Sur le chemin de STEVENSON

Publié le 1 Août 2013 par Thierry BILLET

Une semaine sur le chemin de STEVENSON, du nom de l'écrivain écossais qui emprunta cette route avec son âne MODESTINE, au 19° siècle.

Plus d'info sur ce chemin ici

DSC00040.JPG

Nous y retrouvions des amis partis avec 3 enfants de VEZELAY à SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE...et retour avec 3 ânes, une tente 6 places, et leurs jambes... De retour chez eux après 18 mois de voyage à pied, près de Saint Jean du Gard, à travers la LOZERE, qui n'arrive pas à regagner des habitants depuis dix ans, après en avoir tant perdu. Moins de 80.000 personnes dans un département superbe de l'AUBRAC aux CEVENNES... Ici se déroula la révolte des Camisards cévenols après la révocation de l'Edit de NANTES, notre guerre entre chiites et sunnites, il y a quatre siècles, aussi brutale, aussi sanguinaire, mais avec des moyens moins "performants"...

Une semaine donc au rythme du pas des ânes, de la recherche d'un endroit propice pour la tente, le dîner des ânes, le bain des enfants...

Et la quête d'un projet familial tourné vers la sobriété, la convivialité et le respect de l'autre... En rentrant, détour chez des amis drômois qui nous racontent l'histoire du village de NOZIERES, le prochain lieu de vie de nos amis ? La scène où les gamins vont déjeuner dans le restaurant bar du village où ils croisent leurs aînés vaut le détour, les paroles de l'institutrice de la classe unique sont un vrai bonheur...

 

 

 

 

commentaires

Nucléaire: le mensonge jusqu'où?

Publié le 31 Juillet 2013 par Thierry BILLET dans Environnement

Par Corinne LEPAGE...

Pour tenter de justifier non seulement le maintien mais la relance de l'énergie nucléaire, jusqu'où le lobby nucléaire est-il capable d'aller?

La question mérite d'être posée lorsque l'on voit le niveau de désinformation et de déni de réalité auquel nos concitoyens sont soumis, avec le soutien à des degrés divers qui vont du silence au soutien actif, de la part du plus grand nombre des décideurs publics.

Commençons par la question économique et financière puisque c'est visiblement celle qui sert de prétexte au tout-nucléaire, que la France reste le seul pays au monde à prôner. En effet, il n'aura échappé à personne que le pompeusement dénommé débat national sur la transition énergétique ne sera même pas capable d'écrire le scénario proposé par le président de la République dans la campagne présidentielle de passer à 50 % d'électricité nucléaire en 2025, ce qui constituerait encore le niveau le plus élevé des grands pays dans le monde.

Le nucléaire serait une énergie d'avenir avec des perspectives de croissance mirobolantes. C'est un mensonge. Le niveau de production nucléaire dans le monde a rejoint le niveau qu'il avait en 1999 et la part du nucléaire dans le monde est aujourd'hui de 8%, soit le même niveau que 1983! Les énergies renouvelables représentent davantage aujourd'hui que le nucléaire. Pour une industrie d'avenir, le moins qu'on puisse dire est que la courbe est peu attrayante. Elle l'est d'autant moins que les coûts du nucléaire sont croissants, alors que ceux des énergies renouvelables sont décroissants. Déjà, le coût de production du KWh éolien est largement inférieur à ce que sera le coût du KWh sorti de Flamanville... S'il sort un jour.

Et encore, les calculs sont effectués alors que cette industrie n'est pratiquement pas assurée, et que les provisions pour le traitement des déchets à long terme et le démantèlement sont ridicules. Le nucléaire coûte d'autant plus cher que le contribuable est largement mis à contribution. Outre la recherche, le financement du commissariat à l'Énergie atomique (CEA), la prise en compte des régimes spéciaux des agents du nucléaire, le contribuable paye également pour ITER, Astrid, sans compter les investissements préalables faits par l'État, ce qui signifie que la rente nucléaire devrait appartenir en totalité au contribuable. En réalité, le nucléaire coûte plus cher aux contribuables que les énergies renouvelables, qui reviennent globalement à 60 euros par an par usager dans le cadre de la contribution au service public de l'électricité (CSPE).

Continuons avec le risque et le cas d'école que constitue Fessenheim. Avec sagesse, François Hollande avait annoncé sa fermeture en raison de son ancienneté et du risque sismique. Pour mémoire, cette centrale est située à proximité de Bâle, victime d'un tremblement de terre classé tout d'abord 6,2 sur l'échelle de Richter et évalué aujourd'hui entre 6,9 et 7,2. Tous les calculs initiaux sont donc faux et le degré de sécurité très insuffisant, même si un coefficient de sécurité de 0,5 avait été pris en compte. Fessenheim est située très en dessous du canal du Rhin, situation aujourd'hui interdite par la nouvelle réglementation. Le risque de rupture brutale des digues a conduit le conseil général à demander des travaux bien précis. Il devra se contenter d'une étude... Dont les résultats seront connus en 2014 au mieux. Cette centrale est la seule de France à ne pas disposer d'autorisation de rejets chimiques en parfaite infraction avec le droit communautaire, sans doute en raison de rejets de bore et d'élévation de la température incompatibles avec la réglementation, dus à l'absence de tour aéroréfrigérée.

Peu importe au Conseil d'État qui vient de rejeter la demande de fermeture réclamée par plus de 100 collectivités locales, allemandes, suisses et françaises, par un arrêt qui ne répond pas aux questions posées et qui confond travaux et études pour considérer un risque réduit a fortiori résolu. Il est vrai qu'il y avait été invité par le ministère de l'écologie et l' Autorité de sécurité nucléaire chantant dans un même cœur l'absence totale de risque à Fessenheim. Cette fermeté justifiera dans l'éventualité d'un accident la responsabilité personnelle de tous ceux qui auront couvert ou émis ces contrevérités. Car de plus en plus, l'État prend en compte la réalité du risque d'accident dont le lobby nucléaire a durant 30 ans prétendu qu'il n'existait pas en France... Sauf que les crédits à la sureté nucléaire baissent selon la ministre sortante, qu'EDF a désinvesti en France depuis 15 ans et n'a pas les moyens de mettre ses centrales aux normes post Fukushima à bref délai. La seule réponse concrète est la constitution d'une force d'intervention en cas d'accident. Nécessaire, mais pas très encourageant!

Finissons avec le risque réalisé. La désinformation et le mensonge post Tchernobyl se poursuit à Fukushima. L'organisation de l'ignorance officielle quant au nombre de morts et de victimes a parfaitement fonctionné à Tchernobyl, même si certains médecins et organismes ont évalué la réalité du drame. Aujourd'hui encore, je peux témoigner, pour être allée inaugurer un modeste centre de soins et de protection des femmes enceintes financé par l'Europe à Ivankov, de la permanence des effets. Les enfants d'aujourd'hui dans ce district, qui jouxte la zone interdite, sont à plus de 90% considérés comme victimes de Tchernobyl, car ils souffrent de maux qui vont de malformation à des pluripathologies lourdes qui incluent les malformations et les cancers. En Corse, les effets de Tchernobyl ont provoqué une hausse de 30% des cancers de la thyroïde chez les hommes selon une étude très récente. Mais le nuage a épargné la France comme chacun sait... La même tragédie se met en place au Japon avec le concours du lobby nucléaire français qui espère pouvoir recevoir quelques contrats de ce pays martyr du nucléaire, dont 80% de la population ne veut plus. Le mensonge préparé par les "experts" est si gros que les experts belges se sont désolidarisés et l'ont fait savoir. L'agence européenne de l'environnement a dans son dernier rapport, signaux précoces, leçons tardives, bien analysé les conséquences d'une exposition post accident nucléaire.

Ainsi, alors que les progrès technologiques, notre intérêt économique, industriel et financier, le risque vital auquel nous exposerait un accident nucléaire en France nous enjoignent de changer de cap, l'oligarchie constituée autour de l'industrie nucléaire nous expose, dans son seul intérêt, à tous les risques à commencer par celui de rater le coche de la ré-industrialisation.

commentaires

Mort annoncée...Trop drôle !

Publié le 26 Juillet 2013 par Thierry BILLET

commentaires

Le tour du lac à pied, la carte

Publié le 25 Juillet 2013 par Thierry BILLET

Lors de la dernière réunion des vice-présidents du SILA, la décision a été prise d'une communication plus élargie sur le chemin piétonnier autour du lac.

C'est désormais chose faite comme le précise la lettre électronique de la Ville

Le tour du lac d'Annecy à pied

16/07/2013

Un itinéraire de promenade de 42,8 km au plus près du bord du lac d’Annecy proposé par le Syndicat mixte du Lac d'Annecy et l'Office de Tourisme du Lac d'Annecy.

Un cheminement varié et agréable de 42,8 km, parmi les villes et les villages, les roselières, les plages et deux réserves naturelles, offrant des panoramas sur les massifs alentours.

Des points de départ répartis tout le long du parcours:
- Parkings voitures
- Débarcadères bateaux
- Transports en commun
qui vous permettent de combiner votre itinéraire selon votre envie etle temps dont vous disposez.
Des panneaux thématiques et des panoramas pour mieux connaître les paysages.

 

Télécharger le plan et les explications (pdf -3,9Mo) 

 

Renseignements :
Syndicat Mixte du Lac d'Annecy - www.sila.fr
Office de Tourisme du Lac d'Annecy - www.lac-annecy.com


commentaires

Repartir vers SAINT JACQUES...

Publié le 24 Juillet 2013 par Thierry BILLET dans C'est personnel

Etrange sentiment que cette impatience de repartir sur le chemin de SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE. Jean-Christophe RUFFIN raconte extrêmement bien l'emprise de ce chemin sur lui, parti pour faire la Haute Route des Pyrénées et bifurquant dès son arrivée sur le chemin de SAINT JACQUES, le chemin du Nord par la Côte atlantique, puis le chemin primitif, le plus beau...

Pas besoin d'être croyant et en même temps, pas question de ne pas entrer dans une chapelle ou une église pour découvrir, s'imprégner, s'inscrire dans un passé nécessaire... Cet éloge de la marche, de la lenteur, des 3 kilomètres qui restent à faire et qu'on ferait si vite en voiture, sauf qu'on n'a même plus l'idée de ce que peut être un déplacement rapide, idée saugrenue quand on marche sur les traces de millions de pélerins avant nous. "IMMORTELLE RANDONNEE" écrit RUFFIN, écartant volontairement le mot "PELERINAGE" trop marqué religieusement; car le pélerin d'aujourd'hui est d'abord un être humain qui fait de la sobriété sa régle de vie, avant de se positionner comme un croyant. Le moins de choses possible sur le dos pour aller à l'essentiel...

commentaires

Un guide pour une bonne politique climatique

Publié le 23 Juillet 2013 par Thierry BILLET dans Environnement

 Il existe déjà de nombreuses stratégies dédiées à la neutralité climatique. Sur la voie de la neutralité carbone, les communes et les territoires des Alpes se heurtent à des écueils et identifient des facteurs de réussite. Le guide Alpstar en donne un aperçu

Sensibiliser la population à la mobilité à vélo est un pas en direction de la neutralité climatique dans les Alpes. D'autres mesures sont présentées dans le guide Alpstar.

4458_Alpstar.jpg

Comment pouvons-nous changer nos modes de vie et nos comportements de consommation ? Comment économiser l'énergie, la produire de manière plus responsable et l'utiliser plus efficacement ? Chaque territoire doit se poser lui-même ces questions. Les difficultés et les obstacles sur la voie de la neutralité carbone sont toutefois très similaires dans l'ensemble des Alpes. Les partenaires du projet Espace Alpin Alpstar ont réuni dans un guide succinct des idées pour réussir sur cette voie. La vision de la " neutralité climatique " doit susciter l'adhésion d'un large public et fédérer les différents acteurs et la population. L'initiative doit aussi être bien ancrée dans le territoire et contribuer au renforcement de l'identité locale. Elle doit se fixer des objectifs réalistes et un plan de réalisation très clair avec des étapes bien définies. Les écueils possibles sont les éventuels conflits d'intérêts ou le manque de temps et de moyens financiers. L'engagement des acteurs impliqués doit aussi se poursuivre sur une longue période pour que les objectifs visés puissent être atteints.
Parallèlement aux obstacles et aux facteurs de réussite, le guide présente également plusieurs exemples de bonnes pratiques, par exemple le Plan Climat de l'agglomération grenobloise, et des entretiens avec des personnalités qui ont joué un rôle moteur dans la réussite de ces projets.
Dans le cadre d'Alpstar, les treize partenaires du projet présentent des voies possibles pour réduire efficacement les émissions de CO2 dans les Alpes. Alpstar contribue ainsi à la mise en œuvre du Plan climat de la Convention alpine. CIPRA France est l'un des partenaires du projet, et CIPRA International accompagne le territoire pilote de la vallée du Rhin alpin ainsi que l'association " Ville des Alpes de l'Année ". Alpstar est co-financé de 2011 à 2014 par le programme européen Espace Alpin.
Source et informations complémentaires : http://alpstar-project.eu/ (en)

 

Pdf: Alpstar Guideline Alpstar Guideline (5.2 MB)
commentaires

Antinucléaire, donc abonné chez ENERCOOP

Publié le 22 Juillet 2013 par Thierry BILLET

 

On ne peut pas être opposé au nucléaire et continuer d'acheter son électricité à EDF. La solution alternative est chez ENERCOOP. ENERCOOP est une coopérative de consommateurs qui assure concrètement le développement des énergies renouvelables en créant un débouché pour les producteurs d'électricité renouvelable et sans danger nucléaire. Les prix d'Enercoop n'augmenteront pas cet été, et baisseront même légèrement pour la plupart des puissances souscrites.

 

" Dans le contexte de hausse annoncée de 5% des tarifs EDF, Enercoop poursuit son propre modèle, à contre courant.

 
Depuis le lancement de son offre en 2007, Enercoop n'a jamais augmenté ses prix, hors taxes, transport et distribution (ERDF).
 
La démarche de la coopérative, la même depuis ses débuts, est en effet de proposer le vrai prix de l'énergie dans un double objectif de transparence et de stabilité.
 
Les prix d'Enercoop, plus élevés, voient l'écart avec les tarifs réglementés se réduire peu à peu, dans un mouvement prévisible lié à la raréfaction et aux conséquences climatiques des énergies fossiles et aux coûts réels de l'énergie nucléaire (sécurité, déchets et démantèlement), progressivement pris en compte dans les tarifs réglementés.
 
Vous trouverez ici notre communiqué de presse explicitant notre position ainsi que notre grille tarifaire applicable à dater du 1er août.
 
Nous vous remercions chaleureusement de votre confiance et de votre soutien au modèle de transition énergétique que nous portons ensemble."

 

commentaires

Consommation collaborative, kézaco ?

Publié le 21 Juillet 2013 par Thierry BILLET

Le dernier bulletin mensuel d'information de Prioriterre fait le point sur la "consommation collaborative". Partant du constat qu'une voitures reste 90% de sa vie à l'arrêt, qu'une perceuse est utilisée en moyenne 12 minutes dans toute sa vie, on peut imaginer de partager l'usage de tous ces biens de consommation; ce qui limitera l'impact de leur production sur la planète.

Juste une adresse par exemple pour la location de biens entre particuliers qui est un des moyens d'avancer dans cette consommation collaborative :

www.placedelaloc.com

Cela créera aussi moins d'emplois, mais quelle importance puisque les besoins seront satisfaits de la même manière (et en plus convivial en plus !).

Pour recevoir la lettre d'info de prioriterre, vite un courriel à

contact@prioriterre.org

commentaires

Welcome, Mister FROOME !

Publié le 20 Juillet 2013 par Thierry BILLET

Le Tour de France est à ANNECY. C'est bon pour la notoriété de la Ville et les belles images du SEMNOZ et des BAUGES que les hélicoptères vont filmer vont faire le tour du monde.

Le succès populaire du Tour de France reste pour moi une énigme.

Il est en tous cas la preuve que les gens se foutent comme de leur première chemise de la question du dopage.

Les gens veulent du spectacle, et le sport de haut niveau quand il est devenu un marché rentable du fait de sa popularité (le foot, le vélo, l'athlétisme de haut niveau...) n'est rien d'autre qu'un spectacle.

Les chanteurs se shootent, les cyclistes aussi. Après tout PANTANI est mort d'overdose, pas pire que nombre de musiciens depuis 40 ans. "Donnez nous du spectacle et tant pis si pour cela vous prenez des risques pour votre santé", semblent dire les spectateurs toujours aussi nombreux.

FROOME, dopé ou pas, on s'en fiche.

Les camping cars sont en place le long des routes, les gladiateurs sont là, Gérard HOLZ joue MOLIERE à guichets fermés, ne gâchons pas la fête !

Les morts du dopage sont sans doute au paradis pour avoir rendu heureux des millions de spectateurs. Wellcome Mister FROOME !  Je vous souhaite longue vie.

commentaires

Henri ALLEG est mort

Publié le 19 Juillet 2013 par Thierry BILLET

La FRANCE n'en a pas fini avec le traumatisme de la guerre d'ALGERIE. Cet énorme "non dit" et ces souvenirs qu'ils ont voulu cacher à leurs proches, que des générations d'appelés du contingent, envoyés là-bas pour une sale guerre contre le FLN ont ramené dans leurs valises. J'ai commencé mon activité politique auprès de militants du PSU qui avaient été aux premières lignes du combat anti colonialiste, et en particulier en ALGERIE. Ils avaient connu pour les plus anciens le massacre de CHARONNE et en avaient gardé un souvenir brûlant. A l'époque, être militant en FRANCE ne signifiait pas cliquer sur une pétition électronique... C'était risquer la prison voir sa peau. Henri ALLEG fut de ceux qui la risquèrent pour que la vérité sur les méthodes de l'armée française fussent connues, et donc la torture. Son livre "La Question" fut un énorme scandale. Son ami Maurice AUDIN, lui, y laissa la vie. Paix à son âme, homme libre qui fut chassé d'ALGERIE par BOUMEDIENNE qui ne supportait pas non plus sa liberté de ton...

 

 

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 200 > >>