Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Une première, voter une loi en demandant son inconstitutionnalité...

Publié le 26 Novembre 2020 par Thierry BILLET

Il y avait eu la loi promulguée et immédiatement mise à la poubelle lorsque DE VILLEPIN était premier ministre de CHIRAC et son projet de SMIC JEUNES. Il y a maintenant la loi anticonstitutionnelle votée par le Parlement malgré les protestations des journalistes, des défenseurs des droits de l'Homme, etc. et immédiatement déférée par le Premier Ministre lui-même au Conseil constitutionnel.

Mais dans quelle démocratie vivons nous où la majorité vote une loi proposée par le ministre de l'intérieur et que son chef, le premier ministre, annonce déférer à la censure constitutionnelle avant même le vote définitif de la Loi ? Il ne serait pas plus simple de retirer ce texte liberticide qui fait de nous la risée de la communauté internationale ?

On a bien compris que la stratégie politique de MACRON est de se poser en rempart contre LE PEN et d'attirer pour ce faire le vote de la droite au premier tour de la présidentielle par des mesures sécuritaires. Il sait qu'il a perdu le vote de gauche séduit en 2017 par son équilibrisme droite/gauche. Il faut donc qu'il siphonne maintenant l'électorat de l'UMP pour être en tête au premier tour de la présidentielle et ensuite devenir incontournable pour barrer la route aux fascistes.

Et donc voter un texte liberticide en pouvant ensuite se réfugier derrière la censure constitutionnelle pour expliquer que "on aurait bien voulu, mais on n'a pas pu" est une tactique bien connue. Elle donne du grain à moudre aux contempteurs de la "République des Juges"  qui cherchent à croire que le vrai pouvoir est celui des magistrats contre l'esprit réformateur des parlementaires. De DUPONT MORETTI à SARKOZY et LE PEN, c'est cette antienne réactionnaire que MACRON alimente de la sorte. Une aubaine pour les complotistes et les fascistes que de donner ce spectacle dérisoire de députés votant une loi en sachant parfaitement qu'elle sera "annulée".