Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

SEMNOZ : Un télésiège pour justifier des canons à neige ?

Publié le 4 Mars 2007 par Thierry BILLET in Politique locale


Arès une saison sans neige suivie d'une semaine entière de pluie, je ne sais pas quelle est l'épaisseur de neige qui reste au SEMNOZ.

Mais cette affaire de télésiège (2 millions 300.000 euros, soit 15 millions de francs !) me tracasse.

J'ai déjà évoqué sur ce blog les arguments qui sont développés en faveur de cet équipement.

Mais la discussion de l'autre soir avec M. DELATTRE, maire de QUINTAL et vice président du SIPAS, syndicat de protection et d'aménagement du SEMNOZ, confirme qu'il n'y a pas d'eau sur le SEMNOZ en quantité suffisante pour alimenter des canons à neige; et que le SIPAS y est par principe opposé (mais alors pourquoi un essai aurait-il été tenté ces derniers temps ?).

J'entendais sur FRANCE INTER l'autre matin, un responsable national des remontées mécaniques nous expliquer que la saison avait pu être sauvée, malgré les trop faibles froidures, par les canons à neige. Son discours était clair : sans neige artificielle, pas de salut pour les stations de moyenne altitude.

Or le SEMNOZ est directement concerné par le réchauffement climatique compte tenu de sa faible altitude.

Si l'on ne peut effectivement pas y installer de canons à neige parce qu'il n'y a pas d'eau, alors il ne sert à rien de construire un télésiège sans assurance de neige. Ce serait jeter l'argent par les fenêtres. Et nous savons que nos élus UMP sont très attachés à ne pas aggraver les déficits publics et ne veulent surtout pas augmenter les impôts, c'est donc une hypothèse qui ne peut être retenue.

Sauf à ce que l'on ne construise le télésiège, pour ensuite constater que l'enneigement est insuffisant et justifier l'installation de canons pour rentabiliser l'investissement dans le télésiège ?

Comme au GRAND BORNAND où pour « rentabiliser » l'électricité nucléaire surabondante la nuit, on a construit le lac de retenue des MAROLY en haut des pistes en y montant l'eau, amènerait-on l'eau d'en bas au SEMNOZ pour alimenter les canons ?

Ne faut il pas, au contraire, prendre acte que le stade de neige de ski de piste du SEMNOZ est condamné par le réchauffement climatique, et centrer son développement durable sur le ski de fond, la raquette, la promenade et les alpages ?

Nos ainés ont refusé de créer une station de ski nouvelle au SEMNOZ malgré les pressions des promoteurs. C'est cette philosophie qu'il faut adapter à l'ére du réchauffement climatique : ne faut il pas y regarder à deux fois avant de dépenser inutilement 2,3 millions d'euros pour un dinosaure du XXI° siècle.

Les scientifiques de GRENOBLE peuvent sans aucun doute nous donner des éléments fiables sur les évolutions probables de l'enneigement au SEMNOZ, qui permettront de déterminer si cet investissement est faisable sans neige artificielle. Sinon, il faudra saisir les citoyens : voulez vous des canons à neige au SEMNOZ ou le respect du pastoralisme ? Ce pourrait être l'occasion d'une mise en route de liaisons en bus vers le SEMNOZ y compris l'hiver pour diminuer le nombre de voitures sur le