Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

CDDRA, quelle gouvernance ?

Publié le 4 Octobre 2011 par Thierry BILLET

La Région RHONE ALPES a incité et/ou contraint les établissements de coopération intercommunale à se regrouper au sein de comités de développement durable Rhône Alpes avec lesquels elle contractualise sur les investissements que ces collectivités souhaient réaliser sur leur territoire.

Le problème posé est simple : il n'y a pas de structure politique à ce niveau qui est globalement celui du bassin de vie.

Pour le bassin annécien, la cohérence territoriale est évidente : de Thônes à Faverges avec la Communauté d'agglomération, on se trouve effectivement sur le "bon" niveau en matière d'aménagement du territoire.

Pour autant dès qu'il s'agit de se lancer dans l'opérationnel, l'absence de structure politique porteuse d'une vision du bassin de vie devient une lacune insurmontable ou presque.

Si c'est l'agglo qui porte le projet, les "petites" intercommunalités ont le sentiment d'être dépossédées.

Si c'est une intercommunalité "périphérique" porteuse d'une démarche qui devrait être globale, elle a tendance à s'en désintéresser dès que l'investissement est réalisé chez elle.

Quant aux projets réellement fédérateurs, comme la lutte contre le réchauffement climatique, ils ne sont portés par personne et le plan d'action  à l'échelle du bassin de vie dort à l'agglo depuis plus de deux ans, sans aucune chance d'être ressorti au niveau de l'ensemble du bassin de vie.

Pour les intercommunalités rurales qui ne connaissent que l'usage de la voiture, aborder la question du climat apparaît hors de leurs forces et de leurs urgences.

Quant à l'agglo d'ANNECY, toujours incapable de recruter un chargé de mission pour engager les travaux de son plan climat, elle est tétanisée par l'impératif catégorique de M. ACCOYER : pas d'embauche publique !

Le séminaire organisé par le CDDRA le 27 septembre à Thônes sur la méthodologie permettant de rendre opérationnels au niveau de l'ensemble du Comité des projets portés par des EPCI, tels que la méthanisation des boues de la station d'épuration de SILOE par le SILA ou des fractions fermentescibles par la Communauté de communes de FAVERGES, ou la "trame nature" sur laquelle travaille l'agglo, a bien montré cet écueil très difficilement franchissable même pour des personnes et des élus de bonne volonté...

Globalement, seul le SILA, compte tenu de son assiette géographique, peut porter des projets qui intéressent tout le bassin de vie, voir au-delà. Mais il est l'exception et ses compétences sont réduites : déchets et assainissement.

Pour le reste, le CDDRA risque de demeurer un lieu d'agrégation de projets locaux pouvant intéresser la Région, et non un lieu de fédération d'un territoire large sur des enjeux communs; ce qui est pourtant la demande de la Région.

La qualité du travail qui est fourni y est pourtant d'une telle richesse qu'il appartient aux présidents des EPCI de se montrer à la hauteur des ambitions de la Région pour ses CDDRA.