Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Politique de civilisation

Publié le 9 Janvier 2008 par Thierry BILLET in C'est personnel

Nicolas SARKOZY sort de son chapeau une nouvelle idée de gauche dont il détourne le sens pour en faire un coup médiatique. Bernard GINISTY, philosophe, le commente ce 06 janvier 2008 sur RCF Saône & Loire

En ce début du mois de janvier, la coutume est de nous adresser mutuellement des vœux pour une année meilleure et pleine de succès. Pour formuler les miens, je reprendrai un de ceux formulés par le Président Sarkozy lors de sa présentation des vœux aux Français. Il a exprimé le souhait, reprenant le titre d’un  ouvrage publié en 1997 par le sociologue Edgar Morin[1], de développer une « politique de civilisation ». Cette expression a suscité un certain étonnement à droite et quelques railleries à gauche.


Interrogé sur ce point par le Journal La Croix, Edgar Morin déclare : « Le contexte dans lequel Nicolas Sarkozy a employé ce mot n’indique en rien pour l’instant que ce sont les orientations que je propose qui sont retenues. La politique de la civilisation, ce n’est pas simplement réaffirmer des valeurs d’égalité et de justice. Ce sont aussi des éléments concrets : l’humanisation des villes, la lutte contre la désertification des campagnes, la création des maisons de la Fraternité, le service civique obligatoire, la réduction des inégalités sociales ou la diminution de l’agriculture industrielle au profit de l’agriculture fermière. (…) Il n’y a aucune indication qu’on aille dans ce sens, de la part de Nicolas Sarkozy comme de la gauche. Les hommes politiques ne vivent que dans l’immédiat, ne réfléchissent pas au long terme. D’où le vide actuel de la pensée politique » [2].

En effet, il ne faudrait pas que la période de voeux soit celles de ce qu’on appelle des « vœux pieux », c’est-à-dire celle ou l’on affirme des grands principes en évitant de préciser comment ils s’incarnent. Au-delà des formules, peut-être convient-il d’aller voir de quoi il s’agit. En 2000, Edgar Morin publiait, dans le cadre de l’UNESCO, un ouvrage passionnant intitulé : Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur [3].

Je ne saurais trop vous conseiller, chers auditeurs, de lire cet ouvrage qui ouvre à une réflexion sur la façon d’aborder les chances et les incertitudes du monde qui vient. Je ne sais si Nicolas Sarkozy a lu ce livre. Je voudrais simplement citer une des conclusion de cet ouvrage :


         « La réduction du politique au technique et à l'économique, la réduction de l’économique à la croissance, la perte des repères et des horizons, tout cela produit l’affaiblissement du civisme, la fuite et le refuge dans la vie privée, l’alternance entre apathie et révoltes violentes. Ainsi, en dépit des institutions démocratiques, la vie démocratique dépérit. (…) La régénération démocratique suppose la régénération du civisme, la régénération du civisme suppose la régénération de la solidarité et de la responsabilité » [4].

         Un des slogans préférés du Président et de l’actuelle majorité, c’est de travailler plus pour gagner plus et ainsi consommer plus, redonnant ainsi du lustre au bon vieux slogan du règne de Louis-Philippe exprimé par Guizot et Thiers :
« Enrichissez-vous ». 
C’est en effet une forme de civilisation.
Ce ne semble pas être celle souhaitée par Edgar Morin et  qu’il dénonce dans un livre intitulé Amour, Poésie, Sagesse sous le nom de « l’hyper-prose ». 
« Le déferlement de l’hyper-prose, écrit-il, c’est le déferlement d’un mode de vie monétarisé, chronométré, parcellarisé, compartimenté, atomisé, et pas seulement d’un mode de vie, mais aussi d’un mode de pensée où les experts spécialistes sont désormais compétents pour tous problèmes, et cette invasion de l’hyper-prose est liée au déferlement économico-techno-bureaucratique » [5]


         Alors oui, chers auditeurs, je vous souhaite une année où vous soyez des acteurs d’une authentique politique de civilisation, celle pour qui le temps de l’homme ne s’épuise pas dans l’injonction binaire production-consommation, mais dans ce qu’Edgar Morin appelle « la régénération de la solidarité et de la responsabilité ».

[1] Edgar MORIN : Politique de civilisation. Éditions Arléa 1997.

[2] Journal La Croix  3 janvier 2008, page 9

[3] Edgar MORIN : Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Éditions du Seuil, 2000

[4] Id. Page 127

[5] Edgar MORIN : Amour, Poésie, Sagesse. Éditions du Seuil 1997 page 45
Bonjour,