Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Politique de gestion des déchets : la méthanisation (2)

Publié le 20 Juillet 2009 par Thierry BILLET in Environnement


Le second axe de notre voyage d'étude en SUISSE portait sur la visite d'une usine de méthanisation et de compostage de la "fraction fermentescible des ordures ménagères" (FFEOM) et des déchets verts. En clair, les rebuts de notre cuisine et ceux des commerces de fruits et légumes ou les coupes de gazon, etc.

En SUISSE, ces déchets verts sont collectés séparément : lors du tri sélectif, les citoyens sont appelés à séparer les fermentescibles; ce que nous ne faisons pas à ANNECY.

Nous avons donc visité une usine qui fabrique du méthane avec la fermentation de la FFEOM, puis la partie solide de ce digestat est transformée en compost à l'air libre dans un hangar composé d'alvéoles.



A l'entrée des déchets verts, à la sortie du gaz qui est envoyé dans le réseau public et du compost qui est livré aux agriculteurs locaux.

Dans le projet politique du SILA de fermeture dans les prochaines années du 3° four de CHAVANOD, la recherche de solutions alternatives passe par une démarche de méthanisation et de compostage des déchets fermentescibles.

Un premier scénario est celui d'une usine de traitement mécano biologique : les ordures ménagères continuent d'être collectées "en vrac" et c'est à l'usine que la séparation des fermentescibles a lieu.

Un second scénario est de mettre à contribution le civisme des habitants et de trier les fermentescibles chez soi, comme nous le tentons avec l'expérience du lombricompostage à la C2A (au fait vous êtes vous inscrits au 04 50 33 02 12 ?).

Bien entendu, la structure des coûts est différente : la collecte est moins chère dans le scénario 1, mais le coût d'investissement est plus important.

Quant à la qualité du compost, est-elle la même après le tri mécanique ou avec un tri "à la source" ?

Mais aussi politiquement, préférons nous associer les citoyens à l'acte de trier, ou laissons nous faire des machines ?

C'est ce travail politique de choix qui attend le SILA dans les mois qui viennent.