Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Téléphonie mobile, prédire les émissions

Publié le 26 Mai 2011 par Thierry BILLET in Politique locale

La Ville d'ANNECY a décidé de mettre en place une procédure innovante de contractualisation avec les opérateurs de téléphonie mobile pour mieux contrôler les niveaux d'émission d'ondes électromagnétiques sur la commune.


En effet, les "besoins" en matière de téléphonie mobile sont exponentiels et l'on verra prochainement arriver la "4G" qui permettra de voir des films sur son téléphone portable, de payer ses achats et d'ouvrir la porte de sa maison grâce à des applications domotiques variées.


J'ai déjà développé la stratégie municipale  ici :

Téléphonie mobile, un pas supplémentaire pour la santé publique


La mise en oeuvre de cette politique est en cours.


La Ville a choisi la CRIIREM, association totalement indépendante des opérateurs, pour effectuer des mesures complémentaires à celles des opérateurs pour les antennes installées sur des bâtiments municipaux.


La Ville a également sélectionné un cabinet d'experts qui vont nous aider à prédire les émissions en fonction de la localisation des antennes sur tel ou tel bâtiment public, mais également nous aider à compléter nos préconisations en disposant d'un appui technique de la part de ce cabinet indépendant. Une cartographie prédictive sera ainsi disponible et servira d'aide à la décision pour que la Ville choisisse d'accepter ou de refuser une antenne en fonction des niveaux d'exposition prévus, avant même que l'antenne ne soit installée.

Ce conseil pourra y compris préconiser de réduire presque à zéro un des faisceaux si il est susceptible de concerner un établissement sensible.


La première réunion de travail avec ce cabinet a permis d'engager le travail concrètement avec des résultats attendus pour l'automne.

La Ville communique ainsi les données cartographiques utiles au travail des consultants, la liste des établissements sensibles (crèches, écoles, etc.) et la liste des antennes existantes et les dossiers en cours de manière à ce que le cabinet puisse modéliser les impacts à partir de tel ou tel bâtiment municipal.


Au quotidien, le travail de mesure continue au niveau des établissements sensibles comme par exemple la semaine dernière pour l'Ecole Vaugelas qui a permis de constater des niveaux pratiquement nuls provenant des antennes installées sur des bâtiments privés sur lesquelles la Ville n'a pas de droit de regard.