Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Contrat local de développement Rhone Alpes

Publié le 19 Juin 2008 par Thierry BILLET in Politique locale


Réunion intéressante de lancement du Forum du CLD sur le développement durable, animé par Patrick LANDECY.

Les présentations ont permis de discuter des notions d'étalement urbain et de périurbanisation, et de les appliquer à l'évolution de l'aire urbaine d'ANNECY depuis 15 ans.

Malgré sa faible part en termes de logements, la maison individuelle se taille la part du lion dans la consommation d'espace.

Les 5% de maisons individuelles construites
 ont consommé 800 hectares.


Les 70% des collectifs ont consommé 250 hectares...

Cette situation est stable depuis 15 ans; c'est à dire que 500 maisons individuelles sont construites chaque année.

Ce qui signifie que les politiques conduites jusque là n'ont pas été efficaces pour limiter cette course folle au "mitage" de l'espace agricole.

Il faut dire que l'on n'a pas fait grand chose en ce sens, et notamment Bernard ACCOYER qui a volontairement laissé stagner la mise en oeuvre du Schéma de cohérence territoriale... et vient d'annoncer au conseil municipal d'ANNECY LE VIEUX qu'il ne serait pas adopté avant 6 ans !!!

Le directeur de l'OPAC devait rappeler à cette occasion que le collectif coûte plus cher au mètre créé à construire qu'une maison individuelle...

Ce qui s'explique aisément puisque le coût d'équipement collectif de la maison individuelle est largement socialisé (réseaux, route,etc.) tandis que le prix du foncier y est plus faible.

Nous marchons donc bien sur la tête, et François BLANCHUT, ancien maire d'EPAGNY, devait rappeler que le maintien de 36.700 communes en FRANCE était une situation insupportable eu égard à la nécessaire coordination des politiques d'aménagement du territoire.

Mais surtout, l'éloignement géographique croissant de familles peu fortunées venant ensuite travailler sur ANNECY ne prend pas en considération le "coût d'usage" de cette décision imposée et notamment les déplacements qui seront nécessaires.

Ce coût d'usage, alors que le pétrole flambe, va rendre la vie impossible à court terme à une partie croissante de nos concitoyens.

Le chiffrage de cette dépense à venir devrait être intégré dans le choix d'investissement : il est aujourd'hui encore ignoré.