Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

Le loup...


La manifestation des éleveurs à THONES ce samedi ne peut laisser les écologistes indifférents. En effet, même si le chiffre de 4.500 personnes est celui des manifestants et peut être pas celui de la Police , ce rassemblement est important et doit être pris en compte. Il marque une exaspération réelle qui doit être entendue.

Alors que jusqu'à ces derniers temps, le dialogue avait été maintenu, y compris après le braconnage caractérisé du Petit Bornand, entre les associations de protection de la nature, les chasseurs et les agriculteurs, on sent aujourd'hui nettement une crispation sur ce dossier en HAUTE SAVOIE.

Alors qu'ailleurs dans les ALPES, y compris au MERCANTOUR, il ne semble pas que le loup pose autant de problèmes.

Mais ici, soudain, la présence d'une dizaine de loups pose des problèmes qui apparaissent insolubles aux éleveurs qui demandent le déclassement de sa protection et la possibilité de leur tirer dessus. Sur cette revendication, la Confédération paysanne est au moins aussi "anti loup" que la FDSEA : les syndicats agricoles du département sont donc d'accord sur un point. Pas forcément celui que l'on attendait le plus !

Pour connaître personnellement quelques éleveurs ovins, je ne me contente pas de certaines déclarations de guerre contre les urbains "qui ne comprennent rien à nos problèmes".

Le loup est arrivé seul en HAUTE SAVOIE. C'est un animal intelligent qui s'adapte à l'homme.

On ne peut accepter que la réponse soit celle de la pure et simple éradication "comme l'ont fait nos grands parents". Ils ont aussi liquidé l'ours dans les Pyrénées, le gypaéte et empoisonné combien d'autres espèces "nuisibles"...

Mais il est évident que le loup ne doit pas décimer les troupeaux  ou s'approcher des fermes et des habitations comme il l'a fait cet hiver à cause de la longue période de neige et il faut  prendre tous les moyens de l'en empêcher.

Cela peut se faire par la recherche d'un consensus entre les différentes parties intéressées; non pas en montant les intérêts particuliers les uns contre les autres et en attisant le conflit entre urbains et ruraux.

Hier ce département s'est mobilisé contre le classement d'espaces naturels en zone NATURA 2000; aujourd'hui il ne peut que se féliciter des mesures de gestion financées par l'Union européenne.

Avant-hier, il s'est mobilisé contre les réserves naturelles, aujourd'hui elles sont un atout touristique majeur pour la HAUTE SAVOIE.

Il peut en être de même demain pour le loup.

Encore faut-il s'assoir autour d'une table et réfléchir ensemble à ce qui est acceptable par les éleveurs et à ce qu'il est nécessaire de mettre en place pour protéger les troupeaux. Je ne suis pas sûr que la question du loup ne masque pas d'autre enjeux économiques et sociaux dans les vallées et les alpages que la présence du loup rend plus prégnants.



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :