Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écologiste annécien

Puce du canard, état des lieux mi juillet


Comme chaque été, la question de la "puce du canard" ou "dermatite cercarienne" revient sur le devant de la scéne.

Le SILA a pratiqué comme tous les ans un traitement des fonds de plage par l'action mécanique à l'aide de 2 véhicules amphibies, équipés :

- d'une herse pour "griffer" superficiellement les fonds et détruire les mollusques
- d'un panier pour récolter ceux qui sont mis en suspension à la suite du passage du premier véhicule.

Les sites habituels ont été traités en  2 campagnes (12/05/09 au 14/05/09 + 26/05/09 au 28/05/09) de 3 journées d’intervention chacune.
- Plage d'Albigny à Annecy-le-Vieux (12/05 et 26/05)
- Plage des Marquisats à Annecy (13/05 et 27/05) 
- Plage de l'Impérial à Annecy (14/05 et 28/05)

ces sites et ces périodes sont définies en fonction du cycle de vie et de l’écologie des mollusques hôtes intermédiaires du parasite.

Un suivi de l'évolution des densités de mollusques est assuré par des prélèvements par le SILA, en collaboration avec les plongeurs de la Coulée Douce, au large de l’Impérial.
 
En 2009, 106 mollusques/m² avant le passage des machines fin avril, 14 mollusques/m² après passage début juin; soit une réduction de 88 % de la densité.

Le suivi du parasitisme entre mai et juin 2009 sur plus de 1200 mollusques analysés au laboratoire du SILA indique que un seul individu est parasité par l’agent responsable de la dermatite cercarienne, soit une prévalence (=taux de parasitisme) de 0,08 %.

Pour rappel, en 1999-2000, au plus fort des perturbations liées à la dermatite cercarienne, ce taux a été estimé avec la même méthodologie entre 3 et 5 % (étude INRA Thonon), soit une présence du parasite dans le lac multipliée par un facteur > 10.

Cet été, par plusieurs sources d’information, le SILA estime l'évolution du nombre de cas :

-     visites hebdomadaires des postes de secours des différentes plages du lac, pour recueillir les témoignages des secouristes + fiches de signalement des cas
-   suite aux appels téléphoniques de personnes touchées
-    Par les mairies des communes riveraines, qui informent les cas signalés au SILA

En conclusion,

 Il semble qu’un premier épisode de cas de dermatite ait été enregistré début juillet, sur les plages d’Annecy, Annecy-le-Vieux et Sevrier. Pour autant, on ne peut pas dire pour l’heure que la parasitose soit en augmentation par rapport aux années passées, puisque ce type d’événement se produit généralement au moins une fois au cours de chaque saison estivale.

 Les différents indicateurs du suivi scientifique n’indiquent pas, en 2009, une présence du parasite dans le milieu naturel
plus forte que les années passées.

Il convient d’attendre la fin de l’été pour dresser un état des lieux complet, en lien notamment avec les conditions météorologiques qui conditionnent fortement la fréquentation des plages.

Plus généralement, l’apparition de cas de dermatite dépend de nombreux facteurs. Certains  sont connus (% de mollusques parasités, température de l’eau), mais il  subsiste de nombreuses interrogations  pour la communauté scientifique, et tout ne peut être expliqué.


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :