Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

EUROPE ECOLOGIE et les alliances

Publié le 16 Juin 2010 par Thierry BILLET in C'est personnel

Les derniers scrutins électoraux en Rhône Alpes conduisent à poser la question des alliances.

Lors d'une législative partielle en ISERE, les écologistes ont décidé de ne pas appeler à voter pour la candidate socialiste qui refusait de s'engager clairement sur quelques points chers aux défenseurs de l'environnement.

Lors d'une cantonale partielle à VILLEURBANNE ce dimanche la candidate EUROPE ECOLOGIE a été battue de 11 voix par le candidat socialiste. Ils sont tous les deux membres de la majorité municipale dans cette commune. La candidate EE est 2° maire adjoint à la Mairie. La droite avait été éliminée au premier tour...

Claude COMET, conseillère déléguée au Tourisme et à la montagne dispute demain à M. PERISSIN FABERT la présidence du Comité régional du Tourisme que M. QUEYRANNE lui avait promis en échange de sa désertion de la liste UMP en HAUTE SAVOIE...

Ainsi se dessine une carte politique où en Rhône Alpes, EE maintient ses scores des Régionales dans les élections partielles, par exemple récemment dans le canton de LA RAVOIRE, mais où loin d'être automatique, la question du désistement "républicain" en faveur du candidat de gauche le mieux placé ne donne plus lieu à une réponse univoque.

Ceux-là même qui défendent un ancrage nécessairement à gauche de l'écologie revendiquent d'être traités d'égal à égal par le PS et exigent des engagements pour se désister officiellement.

Cette nouvelle donne ouvre la voie à un changement profond de notre conception des alliances : des alliances sur des programmes et des engagements réciproques et non plus des alliances sur des théories et des belles paroles.

Pour autant, ces alliances sont nécessaires car l'écologie ne peut plus se permettre d'être en marge des prises de décisions et de ne pas participer aux exécutifs.

Se retirer sur son aventin après avoir réalisé un bon score au premier tour est stérile : il faut s'allier au second pour avoir des élus.

Mais si cela fonctionne aisément avec un scrutin majoritaire à la proportionnelle à deux tours (les régionales de  2010), cela ne fonctionnera plus avec les scrutions départementaux et régionaux que l'UMP nous prépare pour 2014 : uninominaux à deux tours. L'objectif de l'UMP est clair : liquider les centristes et les écolos. Et à ce jeu-là, l'UMP a un allié qui ne dit pas son nom mais est ravi de ce renforcement de la bipolarité.

Les écologistes auront le choix : être en tête au premier tour ou disparaître au second.

A moins qu'un partenarait équilibré du style de celui que nous avions conclu en 2002 avec le PS soit possible : c'est la seule chance d'obtenir plus d'élus écolo et plus d'élus socialistes au Conseil général, comme nous l'avons réussi pour le régionales de cette année.