Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Le tramway pour la transition écologique

Publié le 15 Novembre 2021 par Thierry BILLET

JLR présente nos propositions pour des transports collectifs pertinents et ambitieux pour la transition énergétique et la qualité de l'air en vue du prochain conseil communautaire du Grand Annecy. 

 

Tram et bus: choisir avec les habitants.

    1. l’histoire récente et le projet de territoire 
En 2017, plusieurs EPCI se sont regroupés pour former le Grand Annecy concomitamment à la création de la commune nouvelle d’Annecy.
Ce nouveau périmètre a permis d’envisager une organisation plus structurée de la mobilité , ce qui n’était pas possible avant.
L’Agglomération Grand Annecy avec ses 210 000 habitants porte aujourd’hui le projet de transport en commun.
Mais il faut considérer le besoin de mobilité à l’échelle du bassin de vie et de son attractivité avec 320 000 habitants environ.
Et l’on sait que l’évolution démographique sera encore en hausse même si un fléchissement aura lieu dans les années à venir.
Les besoins de mobilité seront donc accrus, mais pourront être dans le futur partagés, voir financés, au niveau du bassin de vie.
 
Après la constitution du Grand Annecy, les élus ont décidé de porter avec les habitants, les associations, le monde économique, … un projet de territoire « imagine le Grand Annecy » pour avoir une vision politique partagée à l’horizon 2030.
Cet exercice démocratique sans précédent réalisé en 2018 et 2019 a fait ressortir le besoin de mieux organiser la mobilité et particulièrement d’étudier un réseau de transports à partir du tramway, demande exprimée sans réserve par les habitants.
Un vote du conseil d’agglo en 2019 a donc lancé les études de tramway.
 
2) les enjeux du territoire 
 
Lutter contre le réchauffement climatique, améliorer la qualité de l’air avec la création d’une zone à faible émission au cœur de l’agglomération est un enjeu prioritaire.
Apaiser le cœur de ville et créer des liaisons de transport structurantes pour le territoire contribueront également à une meilleure urbanisation.
L’accès au cœur de ville et la circulation dans Annecy et au bord du lac concerne tout le monde: les Annéciens , les habitants de l’agglomération, les hauts savoyards.
 
3) Un réseau de transport redessiné et hiérarchisé
  • autour de la voie ferrée: pour les liaisons Paris –Lyon–Chambéry–Genève, mais aussi pour un usage local entre Rumilly, Annecy, Pringy, St Martin et Groisy.
  • à partir d’un réseau urbain lourd structurant : Tramway et BHNS avec 5 branches: 
Un axe Annecy le Vieux (Glaisins, université) /gare d’Annecy/ Cran Gevrier/ Meythet / Epagny. 
Un axe Pringy / hôpital / gare Annecy / SEYNOD cap periaz.
L’axe bord du lac Annecy/ Sevrier / St Jorioz / Duingt.
  • Un réseau de bus repensé avec un maillage circulaire et un système de rabattement dans les zones diffuses vers des pôles d’échanges/ P+R en tête des lignes structurantes. Ce réseau représentera toujours environ 80 % du parc et bénéficiera du redéploiement de moyen de 7 millions d’euros par an liés à la création du réseau structurant nouveau.
Et l’on peut penser que pour l’avenir, dans 20 à 30 ans, les lignes structurantes seront prolongées en direction de Chaux/Albi, de la Balme de sillingy et pourquoi pas en direction des vallées de Thônes comme au siècle dernier.
 
4) le financement 
 
A partir des données et des chiffres des études réalisées par SYSTRA et complétées par TTK, en prenant en compte les perspectives d’évolution du réseau à 30 ans avec les zones de report modaux, les zones d’emploi et les zones d’habitat, trois scénarios sont à considérer : 
  • scénario B: coût 872M€ ( infra 717, MR 105, foncier 50) soit + 313M€ / F
  • Scénario E: coût 690M€ ( infra 603,MR 45, foncier 43) soit + 131M€/ F 
  • Scénario F: coût 559 M€ ( infra 485, MR 37, foncier 37) 
 
Les données retenues et proposées actuellement pour le financement sont :
Un amortissement de l’infrastructure sur 60 ans.
Un emprunt sur 30 ans.
Un coût d’infrastructure du tramway de 30 millions d’euros par kilomètre.
Un coût d’exploitation du tramway de 10 euros par kilomètre.
 
Les fourchettes de coût des tramways existants( données CEREMA) sont :
Un coup de l’infrastructure de 16 à 30 millions d’euros au km.
Un coût d’exploitation de 6 à 10 euros par kilomètre.
 
De manière objective, compte-tenu de l’analyse du territoire, des contraintes techniques, de la possibilité de quelques tronçons à voie unique, des nouvelles technologies de tramways légers et batteries embarquées , nous pouvons retenir: 
un coût d’infrastructure de 25 millions d’euros par kilomètre,
un coût d’exploitation de 8 euros par kilomètre.
De même, pour la réalisation d’un tramway, il est possible d’avoir une durée d’amortissement de l’infrastructure sur 100 ans et une durée d’emprunt sur 50 ans
Avec ces nouvelles données correspondant bien à notre territoire, le besoin de financement annuel évolue de la façon suivante:
Scénario B : passe de 36 M€ par an sur 30 ans à 23 M€ par an sur 50 ans.
Scénario E : passe de 28 M€ par an sur 30 ans à 20 M€ par an sur 50 ans.
Scénario F : 22 M€ par an optimisable à 20 M€ par an sur 30 ans.
 
Cela démontre que l’agglomération Grand Annecy peux réaliser le scénario E avec tramway, avec le même effort financier annuel que pour le scénario F du BHNS, soit 20M€ par an.
La différence étant l’allongement de la durée de remboursement de la dette ( plus 20 ans), charge laissée à nos successeurs, mais avec un projet d’avenir beaucoup plus structurant et attractif pour le territoire.
 
5) Notre responsabilité devant les habitants 
 
Se projeter à 50 ans avec un développement harmonieux de notre bassin de vie privilégiant une organisation en archipels de communes reliées par un système de déplacement efficace et pérenne.
Garantir une bonne qualité de l’air à nos petits-enfants et assurer la transition climatique.
Permettre l’extension du réseau de transport à la totalité du bassin de vie, en garantissant un accès facile au cœur de ville apaisé et au bord du lac.
 
Les habitants ont fait le choix avec le projet « imagine le grand Annecy » d’étudier un réseau de tramway.
Celui-ci est réalisable avec le scénario auquel il pourrait être ajouté ensuite la branche gare Annecy/ Cran/Meythet/Epagny en tram.
 
Il est donc nécessaire de retourner devant eux afin qu’ils expriment de nouveau leur choix, par référendum ou consultation populaire, en leur demandant s’ils acceptent de payer plus longtemps pour disposer d’untransport attractif et pérenne, sans alourdir le besoin annuel de financement prévu, ou non.
 
Jean Luc RIGAUT