Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

"Un agent face à un élu c'est comme quoi ?"

Publié le 17 Janvier 2021 par Thierry BILLET

J'ai appris de l'expérience acquise en tant qu'élu local le dévouement et l'envie de bien faire qui animent les agents de la Ville d'ANNECY et de l'agglomération du GRAND ANNECY. On trouve ici ou là quelques contre-exemples comme dans toute collectivité humaine. Cela n'enlève rien au climat général d'attention au service public de la très grande majorité.

L'échange que je reproduis ci-dessous entre Mme LAFARI, maire adjointe et M. OSTERNAUD, maire délégué de PRINGY, montre l'estime que porte la nouvelle équipe municipale au personnel municipal et leur état d'esprit à leur égard.

Loin des affabulations qu'ils développent sur la "bienveillance", la "coopération" et toute cette vulgate bien pensante dont ils abreuvent les réseaux sociaux, voici un échange lors d'une réunion TEAMS  le 17 septembre : "Un agent face à un élu c'est comme quoi ?" demande Mme LAFARI ;  "c'est comme une fougère en plein vent, ça tremble" répond  M. OSTERNAUD, tandis que M. DELEAN se bidonne...  "Agents serviles, vous devez vous plier aux desiderata  de vos nouveaux maîtres",  disent MM. DELEAN, OSTERNAUD et Mme LAFARI aux agents municipaux. On comprend mieux le limogeage récent de 2 directeurs généraux adjoints et la rétrogradation d'un troisième décidés par le duo ASTORG/LARDET ces derniers jours.

"Un agent face à un élu c'est comme quoi ?"

Voilà l'état d'esprit des nouveaux élus de la Ville d'ANNECY issus aussi bien de la liste ASTORG que de la liste LARDET, celui du mépris à l'égard des agents du service public municipal. Mais un mépris masqué par des onces de bonnes intentions déclaratives, des faux-derches (cf. mon article sur le sujet pendant les municipales) auxquels on donnerait le bon dieu sans confession et qui se "lâchent" quand ils croient qu'ils ne sont pas vus. On comprend que l'osmose ait pu se faire entre les deux listes en lisant cet échange : les deux se croient sorties de la cuisse de JUPITER, accablant de leur mépris leurs adversaires et les agents du service public.

Espérons qu'il ne restera bientôt que quelques semaines pour renvoyer ces méprisants à leurs sentiments méprisables.