Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Bennahmias, des majorités larges indispensables en période de crise

Publié le 17 Avril 2012 par Thierry BILLET

 

 "En période de crise, des majorités politiques larges sont indispensables pour répondre aux efforts"
12 avril 2012

Dans un chat sur Le Monde.fr, Jean-Luc Bennahmias, député européen et proche soutien de François Bayrou, est revenu sur les engagements de son candidat en ce qui concerne la moralisation de la vie publique.


Michelle P : Est-ce que l'élimination des candidatures de Hervé Morin, Christine Boutin et de Jean-Louis Borloo du parti radical a redonné de la force à la candidature de François Bayrou ?

Jean-Luc Bennahmias : En ce qui concerne les deux premières, absolument pas. Bien évidemment, celle du candidat du Parti radical était plus complexe. Son abandon un dimanche d'octobre, à la surprise générale, a laissé sans conteste plus de place à François Bayrou. François Bayrou pensait de toute façon que Jean-Louis Borloo n'irait pas jusqu'au bout.


Antoine V : Bien que non définitifs, les sondages actuels éloignent votre candidatdu second tour. François Bayrou se résignera-t-il à donner une consigne de vote ?

Il a dit depuis plusieurs mois qu'il prendrait position. Je pense qu'il le fera.


Cyril : Le non-cumul des mandats est-elle à votre avis une loi suffisante, nécessaire ou inutile dans l'optique de "moraliser la politique" ?

Le référendum proposé par François Bayrou en même temps que le premier tour des élections législatives de juin porte sur la moralisation de la vie politique, et entre autres, sur le non-cumul des mandats, mais aussi sur la fin des conflits d'intérêts, sur une dose de proportionnelle aux élections, notamment législatives. 

Antoine V : Comment réagit François Bayrou lorsque que le gouvernement émet la possibilité de sa nomination à Matignon dans le cadre d'une victoire hypothétique.

Tant de sollicitude de la part de ses anciens amis... Nul n'est dupe. Avec François Bayrou, j'aspire à construire une majorité nouvelle qui ne peut pas se construire avec le candidat sortant. Un gouvernement d'inspiration d'union nationale peut comporter des personnes ayant soutenu Nicolas Sarkozy, mais en ayant tiré un bilan un tant soit peu critique.


Rpue : Avec qui François Bayrou gouvernerait-il concrètement en cas d'élection ? Quand on voit les déclarations de ses "anciens" amis (Bourlanges, Borloo ou Morin par exemple) on se demande qui à droite pourrait le rejoindre ?

Des personnalités issues de la droite démocratique française ont déjà rejoint François Bayrou dans cette campagne (Jean Arthuis, Dominique Versini, Anne-Marie Idrac, Philippe Douste-Blazy, Daniel Garrigue, Philippe Folliot, Alain Lambert...) . Le président de la République française ne travaille pas avec des appareils. Il travaille avec des personnes, qui peuvent former un gouvernement et une majorité nouvelle. 


Jeanne : Combien de candidats présenterez-vous aux législatives ?

Nous aurons des candidats dans toutes les circonscriptions.

 

Arwe : Que pensez-vous de la proportionnelle aux législatives?

Elle est indispensable. Il est temps de la mettre en place pour que l'ensemble des formations politiques représentatives dans le pays (plus de 5 %) soient présentes à l'Assemblée nationale. Le système allemand est aujourd'hui le meilleur système : chacun y est représenté à son juste poids, ce qui n'empêche pas la formation de majorités. François Bayrou parle d'une Assemblée nationale regroupant 400 députés, dont 20 % seraient élus à la proportionnelle.


(...)


Jean Bar : Eva Joly rappelait hier soir que Nicolas Sarkozy était cerné par les enquêtes liées au financement de ses campagnes, celle de Edouard Balladur en 1995 et la sienne en 2007, comment mettre un terme à ce type d'affaire ? Est-ce que la candidature de Nicolas Sarkozy est indigne ?

Il faut, dans ce genre d'affaires, que la justice puisse faire plus rapidement son travail, ce qui évitera de "condamner" des leaders politiques quand ils ont fini leur carrière. Jusqu'à ce jour, la candidature de Nicolas Sarkozy ne peut être qualifiée d'indigne. 


Cyril : Quelles sont aujourd'hui les dérives politiciennes les plus urgentes à corriger ?

La collusion entre les grands médias audiovisuels, les grandes puissances industrielles et financières et une partie du monde politique. Les présidents des chaînes publiques doivent être nommés par des instances indépendantes et non pas par le chef de l'Etat. L'attribution des canaux, notamment sur la TNT, doit être beaucoup plus diversifiée.


Rpue : Pourquoi François Bayrou néglige l'écologie dans ses propositions. On pourrait espérer que Jean-Luc Bennahmias, ancien des Verts, puisse tirer le candidat dans ce sens. Par exemple sur le nucléaire...

François Bayrou, lors de notre grande réunion publique à Paris au Zénith, a signifié qu'il reprenait toujours à son compte l'ensemble du pacte écologique proposé par Nicolas Hulot en 2007. En ce qui concerne le nucléaire, comme dans de nombreuses organisations politiques en dehors des Verts, le débat continue. Pour François Bayrou, l'énergie nucléaire est une énergie de transition. J'en conclus que ce n'est donc pas une énergie d'avenir. Tout le débat à ce propos est bien de savoir quelle sera la durée de la transition. Je reste pour ma part persuadé que nous devrons, dans les trente ou quarante ans qui viennent, nous passer de l'énergie produite par la fission nucléaire.


Quelle est la position de François Bayrou sur le Traité européen ? Est-il d'accord avec ce qu'a négocié Nicolas Sarkozy ou souhaite-il le renégocier comme François Hollande?

La logique républicaine veut que, quand un accord a été signé par le président sortant, on ne revienne pas sur la parole de la France. Mais il est évident que ce traité ne va pas assez loin dans les possibilités que doit se donner l'Union européenne de relance économique et industrielle. L'Union européenne doit se doter d'un plan pour l'avenir énergétique, pour les transports ferroviaires et pour la recherche. On doit à la fois être dans la rigueur budgétaire et la création d'emplois.


Rpue :  Selon un article du Monde du 11 avril, François Bayrou serait "plus proche humainement de M. Hollande, mais programmatiquement plus proche de M. Sarkozy". Comment réagissez-vous à ces propos ?

Je n'ai jamais entendu François Bayrou prononcer ces propos.

 

(...)


Tellenne : Quelle est votre conception du courage politique ?

Etre capable de penser que son parcours politique, sa culture politique n'est pas la seule valide dans une société démocratique. En période de crises - sociales, économiques, boursières, financières, écologiques -, des majorités politiques larges sont indispensables pour répondre aux efforts nécessaires.