Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Licenciements dans l'automobile

Publié le 13 Juillet 2012 par Thierry BILLET

L'automobile est le textile des années 1980 et la sidérurgie des années 1990 : elle va être le champ de ruines industrielles du début du 21° siècle.

Voyant Arnaud MONTEBOURG à la Tribune de l'assemblée, je repensais à M. DREYFUS, ancien patron emblématique de RENAULT quand elle était une vitrine sociale, et Ministre de l'industrie de MITTERRAND en 1982, annonçant qu'il fallait "faire rendre gorge aux WILLOT" à propos de la situation du groupe textile BOUSSAC SAINT FRERES...

On a vu ce que cela a donné en PICARDIE et dans le NORD PAS DE CALAIS : il ne reste rien.

Il me semble qu'on ne peut pas en même temps dénoncer la toute puissance de l'automobile et demander des investissements dans les transports collectifs et dénoncer les licenciements dans l'automobile en surcapacité de production parce que la demande d'automobiles individuelles baisse...
La question est celle d'une part du redéploiement industriel  des sites concernés vers des activités industrielles écolo compatibles.
Et de la situation sociale des personnels concernés qu'il faut accompagner vers de nouveaux emplois dans les conditions les plus difficiles : faible scolarisation de base, origine étrangère, etc.
Les écologistes ne devraient pas joindre leurs voix à tous les démagogues de droite comme de gauche qui hurlent contre PSA pour se dédouaner de n'avoir rien anticipé, mais devraient tenir un discours de raison et d'avenir.
La fermeture de sites de production de voitures individuelles est une nécessité car la place de la voiture individuelle doit baisser pour rendre la planète vivable.
Par contre, ce ne sont pas les salariés qui doivent trinquer pour ce défaut de prévisions de leur employeur : il faut reconvertir les sites pour conserver l'emploi de tous.

C'est à cela que devrait servir l'argent public, pas à maintenir sous perfusion une industrie à bout de souffle et sans avenir durable.