Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Pour un rassemblement écologique au centre ?

Publié le 6 Janvier 2014 par Thierry BILLET

Dans la sinistrose écologiste actuelle, je ne sais pas encore que penser de cet appel de Mmes JOUANO et VICHNIEVSKY et de MM. LAVAL et WEHRLING à "un rassemblement écologique au centre"; ce qui est certain, c'est que le bilan de François HOLLANDE en matière écologiste sera pire que celui de SARKOZY et que la croyance irraisonnée dans le productivisme et le retour de la croissance comme seule solution aux maux du Pays de ce gouvernement nécessitent de prendre toutes les initiatives pour convaincre les élus de gauche comme de droite de la nécessité d'une rupture idéologique avec ces mythes qui nous condamnent à la sinistrose et au déclin.  Pour parler ainsi à tous, la posture centriste est sans doute la plus pertinente (je l'ai déjà écrit ici cent fois au temps béni d'EUROPE ECOLOGIE)...
Pour un rassemblement écologique au centre

TRIBUNE - Chantal Jouanno, de l'UDI, Yann Wehrling, du MoDem, Laurence Vichnievsky, ex-porte-parole EELV et Franck Laval, cofondateur du Grenelle de l'environnement signent une tribune pour placer l'écologie au centre, ni à droite, ni à gauche.


Nous qui venons d’horizons politiques différents et qui avons voté, au premier et au second tours de l’élection présidentielle, pour des candidats différents, prenons aujourd’hui l’initiative de rassembler celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de l’écologie, de l’Europe, de la responsabilité individuelle et de la solidarité.


Nous sommes d’abord écologistes parce que nous pensons que l’écologie est le grand projet de société du XXIe?siècle. Nous pensons que nos économies doivent s’orienter, très vite, vers un modèle de développement soutenable, fondé sur des modes de production et de consommation préservant les ressources naturelles de la planète et protégeant celle-ci des risques liés au dérèglement climatique.


Nous sommes européens parce que nous pensons que dans ce monde multipolaire en formation, l’Europe est le seul espace dans lequel la France puisse inscrire son avenir et continuer à peser sur son destin.


Enfin, nous pensons qu’il faut trouver un équilibre entre la solidarité, condition première du vivre ensemble, et la responsabilité individuelle, sans laquelle il n’y a ni esprit d’entreprise, ni dynamisme économique, ni création de richesses.


À s’en tenir aux seules exigences de l’écologie, la politique mise en œuvre par l’actuelle majorité ne répond pas à nos attentes. L’action, si l’on ose dire, du gouvernement s’est bornée à installer des commissions et à organiser des conférences, à caractère strictement consultatif, ainsi qu’à formuler des promesses aussi vagues que lointaines, non contraignantes.


Le bilan parle de lui-même: effondrement de la filière industrielle des énergies renouvelables, renoncement de fait à l’engagement de fermer la centrale de Fessenheim en 2016, poursuite du projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, soutien à l’agriculture intensive et à la pêche en eaux profondes, assouplissement des conditions d’ouverture des porcheries industrielles, encouragement à l’orpaillage en Guyane, maintien d’une fiscalité incitative à la consommation mortifère du diesel. Sans compter, au plan institutionnel, la mise à l’écart des ONG lanceurs d’alerte en matière de santé environnement et le limogeage de deux ministres de l’écologie en l’espace de treize mois. Le gouvernement aura presque réussi à faire prendre en grippe l’écologie aux Français !


L’écologie n’est ni de gauche, ni de droite mais ce clivage structure encore aujourd’hui le champ politique. C’est pourquoi nous inscrivons notre action dans l’opposition, une opposition constructive, républicaine, respectueuse des échéances constitutionnelles, ouverte au dialogue avec l’actuelle majorité, mais une opposition déterminée.


Pour les écologistes qui partagent nos valeurs et notre approche, quelle que soit leur famille d’origine, le temps est venu de produire une nouvelle offre politique. Ce qui se construit au centre est l’espace possible de ce projet. Pour toutes celles et tous ceux qui refusent l’irréversibilité de la dégradation de la planète, mais qui n’opposent pas écologie à économie, le temps est venu de se rassembler.


Chantal Jouanno, sénatrice de Paris, vice-présidente  de l’UDI, ancienne ministre;

Laurence Vichnievsky, conseillère régionale Paca, ancienne porte-parole d’EELV;

Yann Wehrling, porte-parole du MoDem, ancien secrétaire national des Verts;

Franck Laval, chef d’entreprise, cofondateur du Grenelle de l’environnement.