Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

Benjamin CORIAT

Publié le 17 Décembre 2020 par Thierry BILLET

Mes métiers m'ont conduit à réfléchir et à agir sur le travail d'abord au sein de l'inspection du travail, puis comme avocat travailliste. C'est au cours de cette réflexion que j'ai apprécié les travaux de Benjamin CORIAT sur le "toyotisme", la version japonaise du "fordisme", ce compromis social qui a permis l'émergence des "30 glorieuses" autour d'une massification de la production et d'une élévation continue du pouvoir d'achat des salariés. Cycle "vertueux" arrêté net par les années TATCHER/REAGAN au profit d'une hausse incessante des inégalités si bien documentée par Thomas PIKETTY.

Ici sur France culture par exemple

Aujourd'hui, CORIAT publie un livre intitulé "La pandémie, l'anthropocène et le bien commun" qu'il commente dans une longue interview à LIBÉRATION ce 14 décembre. Le COVID-19 est passé par là, cette "zoonose" produit direct de la déforestation de masse et de l'extraction sans fin des ressources du sous-sol : "on accède à des zones où l'on ne devrait jamais aller" et l'homme se trouve en contact avec des virus dont la Nature l'avait aimablement isolé. Pendant que cette déforestation s'aggrave au BRÉSIL en particulier, CORIAT rappelle que la définition de cette nouvelle ère "l'anthropocène", correspond au moment que nous vivons où "les forces déclenchées par l'industrie humaine l'emportent sur les équilibres "naturels" de l'écosystème TERRE". On n'en sortira, dit CORIAT, que par "l'installation de communs, c'est à dire de formes de propriété partagée, à partir de règles qui protègent la reproduction à long terme des ressources comme des communautés qui en vivent". Fidèle à ses engagements sociaux, CORIAT développe l'idée des "communs sociaux" à partir de deux principes fondamentaux : "garantir l'accès universel aux services jugés essentiels et modifier la gouvernance du système d'ensemble de façon que quelques bureaucrates ne puissent décider de tout", notamment en matière de santé publique.