Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Les chats bien pires que les éoliennes !

1 Décembre 2022 , Rédigé par Thierry BILLET

Qui, des éoliennes ou des chats, sont les plus nocifs pour la biodiversité ?

Chat alors. Les éoliennes sont régulièrement décriées pour leur impact sur la biodiversité, en particulier sur les oiseaux. Pourtant, une autre menace représente un danger davantage méconnu pour nos amis à plumes : le chat.

Commençons par poser les bases. Il y a environ 8000 éoliennes terrestres dans le parc français en 2022. La Fédération des fabricants d'aliments pour animaux (Facco) estime à 15,1 millions le nombre de chats domestiques en France en 2020, selon une étude réalisée par l’institut Kantar, qui ne comptabilise pas les chats errants.

Les éoliennes sont un danger pour certaines espèces, notamment pour les oiseaux et les chauves-souris. Ce danger peut être direct (collision des animaux avec les pales) ou indirect, lorsque le défrichage d’espace au sol pour installer les éoliennes dégrade ou détruit l’habitat d’espèces - même si cela est plus difficile à mesurer. De leur côté, les chats sont des prédateurs naturels qui chassent de nombreux petits mammifères, oiseaux ou reptiles. D’après une étude australienne publiée dans la revue Nature, ils sont responsables, au moins en partie, de l’extinction de 63 espèces de vertébrés, et sont particulièrement dangereux au sein d’écosystèmes insulaires.

 

Selon une étude de suivi menée par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) entre 1997 et 2015, une éolienne serait responsable de la mort de sept oiseaux en moyenne chaque année en France.  Cette étude n’est pas exhaustive, mais il s’agit de la plus aboutie à ce jour dans le pays - tout en gardant en mémoire que certains cadavres ne sont pas retrouvés et peuvent être récupérés par des prédateurs. 8 à 10% des animaux blessés qui sont recueillis dans les refuges et centres de soins de la LPO sont victimes de chats, et 84% d’entre eux sont des oiseaux. Au total, un chat tuerait entre 5 et 10 volatiles chaque année, toujours selon l’association (France info).

Si l’on se concentre sur la « capacité meurtrière » de ces deux entités vis-à-vis des oiseaux, elles sont relativement similaires. Mais lorsqu’on la rapporte à l’ensemble du parc éolien, ou du nombre de chats, on obtient donc au moins 56 000 oiseaux tués par les éoliennes chaque année en France versus environ 75 millions par les chats. Les ordres de grandeur sont simplement incomparables, mais les deux restent problématiques pour la faune et il existe plusieurs manières de réguler ces menaces.

Pour découvrir les solutions pour limiter ces impacts, lire l’article en intégralité sur vert.eco

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :