Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

A 41, dernier dinosaure haut savoyard ?

Publié le 3 Octobre 2008 par Thierry BILLET in Politique locale




La construction de l'A 41 et son achèvement en pleine crise énergétique, financière et sociale restera pour moi un échec politique. On peut rêver qu'elle soit le dernier exemple d'une politique ringarde des transports dans notre département. Mais rien ne permet d'en être sûr.

C'est néanmoins avec une certaine délectation que l'on prend connaissance des déclarations de M. RIGO, président d'ADELAC qui annonce
dans le DAUPHINE des tarifs exorbitants pour emprunter l'autoroute, l'absence de toute rentabilité & même les interrogations de ce grand bitumeur sur l'avenir du transport routier :

«On quitte le monde de l'autoroute pour le monde des services» annonce Xavier Rigo. Il souligne l'originalité du système de tarifs et les équipements de haute qualité tout au long des 19 kilomètres. «Donner un tarif au kilomètre ne signifie pas grand-chose» indique-t-il.

Et pour cause. La comparaison en plein tarif avec le tronçon Annecy-Chambéry est édifiante.

Un automobiliste paie en moyenne à peine 0,10 centime le kilomètre pour ce dernier trajet contre 0,29 centimepour la distance Villy-le-Pelloux - Saint Julien.
Presque trois fois plus !



«Construire une autoroute comporte maintenant plus de risques. Il n'y a pas la même visibilité du retour sur investissement. On sait que l'A41 Nord ne sera pas rentable dans les 10 premières années. On peut aussi se poser la question, par exemple, de la place de l'automobile dans 20 ans» explique le président de Adelac.

Cette autoroute absolument pas rentable mais que le privé (BOUYGUES et AREA) a financé, alors que ce ne sont pas des philanthropes me laisser toujours interrogatif : pourquoi ont-ils accepté de financer cette autoroute la plus chère de FRANCE au kilomètre ?

Quelle est la contrepartie que l'UMP leur a donnée pour qu'ils acceptent de perdre de l'argent aussi longtemps ?

Un jour nous le saurons peut être dans 20 ans en lisant les mémoires de Jacques CHIRAC, de Rémi CHARDON ou de Bernard ACCOYER...