Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
thierry billet

Écologiste annécien

C2A : quel projet politique ?

Publié le 1 Février 2009 par Thierry BILLET in Politique locale


En matière territoriale, l'agglo a pu, depuis sa création, surfer sur un appui financier de l'Etat important dans la mesure où elle avait décidé de prendre beaucoup de compétences en lieu et place des communes : culture, sports, personnes âgées, économie, logement, etc.

L'Etat, pour encourager ces regroupements et mettre fin en douceur au morcellement des 36 000 communes de plein exercice, a aidé plus largement les communautés d'agglo qui mettaient en commun le plus de prérogatives.

La C2A a donc largement bénéficié de ces dispositions incitatives. Et tant mieux pour notre territoire qui a pu investir.

Mais, maintenant que l'Etat ferme les robinets, la contraction de la capacité d'investissement est d'autant plus forte. Cela ne signifie pas que l'agglo n'a plus de moyens. Nous sommes encore fort riches en comparaison d'agglomérations comme MARSEILLE  qui n'ont plus d'autres choix que de voter un impôt sur les ménages.

Mais il nous faut faire plus attention à ce que nous dépensons; ce qui n'est pas en soi dommage.

Cela obligera à revisiter certains investissements critiquables comme la Zone d'activités de MONTAGNY LES LANCHES, en pleine zone NATURA 2000, dont l'aménagement coûtera trop cher pour préserver les espaces naturels significatifs et "compenser" les éventuels dégâts aux zones humides. Nous y reviendrons.

Ce qu'il faut retenir, c'est que la C2A a été plutôt le fruit d'une opportunité financière que d'un projet politique pour le territoire.

Un diagnostic posé par des élèves stagiaires de l'INET est éclairant : nous sommes en présence d'une intercommunalité d'aubaine, marquée par une faible solidarité, et peu de vision intercommunale du territoire et de ses projets; tandis que l'identité de la CA demeure fragile. Encore beaucoup d'élus la perçoivent comme ayant un "train de vie" trop coûteux et le manque de culture d'entreprise de son personnel la rend encore plus fragile face à ces perceptions négatives.

Ces perceptions négatives sont entretenues à longueur de réunions et d'interviews par Bernard ACCOYER qui stigmatise les directeurs des services, explique qu'il y a eu trop d'embauches, etc. Toutes choses fausses, mais qu'il rabâche avec le poids que lui donne une fonction incongrue de vice président de l'agglo, mais surtout de président de l'assemblée nationale.

Dans ce cadre, le projet de mutualisation entre l'agglo et les communes est donc important.

  • Soit il n'est qu'un assemblage de mesurettes techniques qui permettent de faire quelques économies,
  • Soit il devient l'outil d'un projet du territoire s'inscrivant dans celui d'une extension de l'agglo à tout le bassin de vie, comme je l'évoquais à propos du CLD.

 Etalement urbain (2)

C'est ce travail qui s'ouvre à l'agglo pour le premier semestre 2009 : celui de l'élaboration d'un projet commun pour les 5 prochaines années.

Les enjeux sont trop importants pour un simple rafistolage.